L'épidémie se poursuit sur l'île :

Mayotte : recrudescence des cas de Covid-19 à l'hôpital


Publié / Actualisé
Santé publique France fait un point sur la situation épidémique à Mayotte. Sur l'île aux parfums, l'épidémie sévit depuis bientôt neuf mois consécutifs. Après un pic épidémique observé début mai, l'incidence de la maladie avait ensuite diminué progressivement pour passer sous le seuil d'alerte de 50/100.000 habitants en juillet et se maintenir en dessous de ce seuil durant les trois mois d'hiver austral, de juillet à septembre. Aujourd'hui l'épidémie de Covid-19 se poursuit sur l'ensemble de l'île et les dernières semaines ont été marquées par une recrudescence des cas hospitalisés dans les services du centre hospitalier de Mayotte. Depuis mi-octobre, on compte six nouveaux patients par jour, principalement des formes sévères. Nous publions ci-dessous les observations de Santé publique France. (Photo DR)
Santé publique France fait un point sur la situation épidémique à Mayotte. Sur l'île aux parfums, l'épidémie sévit depuis bientôt neuf mois consécutifs. Après un pic épidémique observé début mai, l'incidence de la maladie avait ensuite diminué progressivement pour passer sous le seuil d'alerte de 50/100.000 habitants en juillet et se maintenir en dessous de ce seuil durant les trois mois d'hiver austral, de juillet à septembre. Aujourd'hui l'épidémie de Covid-19 se poursuit sur l'ensemble de l'île et les dernières semaines ont été marquées par une recrudescence des cas hospitalisés dans les services du centre hospitalier de Mayotte. Depuis mi-octobre, on compte six nouveaux patients par jour, principalement des formes sévères. Nous publions ci-dessous les observations de Santé publique France. (Photo DR)

Alors que la fin des congés d’hiver s’est accompagnée d’une recrudescence de cas ; depuis trois semaines, les indicateurs suggèrent un ralentissement de l’épidémie. Cependant, le nombre de nouveaux cas hebdomadaire se maintient à un niveau élevé avec une incidence à 57/100 000 habitants. Par ailleurs, la surveillance des hospitalisations pour Covid-19 montre une nette recrudescence de cas admis au Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) depuis mi-octobre.

Enfin, pour la première fois depuis quatre mois, une hausse de l’incidence a été observée chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Entre mi-octobre et mi-novembre, le taux d’incidence dans cette classe d’âge a triplé. Ce signal invite à renforcer la protection de cette population particulièrement vulnérable face à l’infection.

- Nouveaux clusters chaque semaine -

De nouveaux clusters émergent chaque semaine. Depuis la semaine 37, 45 nouveaux clusters ont été identifiés, soit plus de la moitié de l’ensemble des clusters recensés depuis le début de l’épidémie. Ces clusters, dont certains ont été à l’origine de transmissions secondaires et tertiaires ont généré 941 cas. Ainsi à Mayotte, près d’un cas de Covid-19 sur cinq est relié à un cluster.

Une attention particulière doit être portée aux milieux professionnels et aux rassemblements privés. Malheureusement, les investigations ont montré leurs limites quant à l’identification exhaustive des sujets contacts lors de grands rassemblements (cérémonies religieuses, fêtes, réunions publiques, etc). La problématique des sujets contacts non identifiés, dont certains sont des personnes infectées qui s’ignorent contagieuses, contribue au maintien de chaînes de transmission sur l’ensemble du territoire. Afin d’optimiser la qualité du contact tracing, de nouveau outils doivent être imaginés sur le principe de solutions numériques telles que l’application "TousAntiCovid".

En date du 27 novembre 2020, 72 clusters ont été comptabilisés depuis le début de l’épidémie à Mayotte dont 64 sont clos. Les 72 clusters rapportés sont à l’origine de 941 cas (18,1% des cas). Le nombre moyen de cas par cluster est de 13 (médiane : 7 cas, min : 3 cas et max : 236 cas). Au sein de ces clusters, 16 cas ont été hospitalisés et 6 cas sont décédés.

Les clusters récemment identifiés se situent sur l’ensemble du territoire plus particulièrement dans le grand Mamoudzou, la commune de Bouéni, de Chirongui et de Sada. Depuis la semaine 37, le nombre de clusters est en hausse.

Au cours des investigations, la plupart des personnes interrogées ont rapporté ne pas respecter les gestes barrières et notamment, la distanciation physique. Pour 40% des clusters, le potentiel de diffusion était élevé. Récemment, le potentiel de diffusion du virus a été illustré au sein de plusieurs clusters de grande taille (jusqu’à 20 cas) :

- Compétitions sportives (football, rugby) : embrassades, regroupement avant/après matchs, partage de bouteilles d’eau.
- Réunion de travail : absence de port du masque dans un espace clos et mal ventilé.
- Caserne : pas de respect strict des gestes barrières, notamment de la distanciation physique durant les temps de pause, le partage des repas ou les trajets en véhicule partagés.
- Hébergement collectif de soignants : promiscuité, partage des lieux de vie (salle TV, cuisine), activités de loisir communes
sans distanciation physique.

- Des admissions en hausse à l'hôpital -

• 554 hospitalisations de patients ayant un diagnostic Covid-19

Depuis le 13 mars 2020, 554 patients avec un diagnostic de Covid-19 (cas confirmés ou cas probables) ont été hospitalisés au CHM (toutes causes, toutes durées, sans notion d’imputabilité de l’infection sur l’hospitalisation). La majorité des patients hospitalisés sont passés par le service de médecine : le dernier service d’hospitalisation (ou le service actuel) était la médecine pour 62,8 % des hospitalisés, la maternité pour 15,3%, l’UHCD pour 9,6 %, la réanimation pour 5,4 % et la pédiatrie pour 3,1%. De plus, au 25 septembre, 39 patients avaient bénéficié d’une évacuation sanitaire vers La Réunion (données non disponible après le 25 septembre). Enfin, 35 patients sont décédés en milieu hospitalier.

• 304 patients hospitalisés en service de médecine

Entre le 13 mars et le 22 novembre 2020, 333 patients avec un diagnostic de Covid-19 ont été hospitalisés dans le service de médecine du CHM. La plupart des admissions en médecine (78%) ont été recensées entre avril et juin 2020. Cependant, depuis mi-octobre, les admissions en médecine sont en augmentation avec en moyenne, 6 nouveaux patients par jour, principalement des formes sévères.

Sur 333 patients, on comptait 214 hommes et 119 femmes. L'âgé médian de ces cas était de 57 ans et 55% avaient moins de 60 ans. Il s’agissait de formes sévères de la maladie dans 52% des cas. Parmi eux, 136 cas (79%) présentaient au moins une comorbidité. Il s’agissait principalement de patients atteintes d’HTA (67%), de diabète (56%, principalement non insulino-dépendant), de pathologie rénale (17%), cardiaque (14%), respiratoire (8%) ou en état d’immunodépression (13%). De plus, 36% d’entre eux étaient en situation d’obésité. La durée médiane de séjour dans le service était de 7 jours.

• 97 patients hospitalisés en service de réanimation

Entre le 13 mars et le 25 novembre 2020, 97 patients ont été admis en réanimation avec un diagnostic de Covid-19 : 64 hommes et 33 femmes. L'âgé médian de ces cas était de 53 ans et 60% avaient moins de 60 ans. Il s’agissait de 87 adultes et 10 enfants. Le cas le plus jeune était âgé de 6 ans et le plus âgé de 85 ans.

Parmi ces patients, plus de la moitié ont présenté une forme pulmonaire du Covid-19 (57%). Dans 32% des cas, les patients étaient admis pour un autre motif et la découverte du portage Sars-Cov-2 était fortuite. Enfin, depuis le début de l’épidémie, 11% des cas admis en réanimation présentaient une atteinte cardiaque associée à une infection par le Sars-Cov-2 (11 cas dont 6 enfants).

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !