Une annonce du ministre des Outre-mer :

Variant sud-africain: possible renforcement des contrôles entre La Réunion et l'Hexagone


Publié / Actualisé
Il aura davantage de contrôles de contrôles des "allers-retours entre la Réunion et l'Hexagone" pour faire face à la menace du variant sud-africain de la Covid-19 a annoncé Sébastien Lecornu ce jeudi 14 janvier 2020. Le ministre des outre-mer était auditionné au Sénat par la délégation aux Outre-mer.
Il aura davantage de contrôles de contrôles des "allers-retours entre la Réunion et l'Hexagone" pour faire face à la menace du variant sud-africain de la Covid-19 a annoncé Sébastien Lecornu ce jeudi 14 janvier 2020. Le ministre des outre-mer était auditionné au Sénat par la délégation aux Outre-mer.

"Je ne veux pas être alarmiste, mais je veux quand même alerter l'opinion publique (...) en disant que si le virus variant 501 devait circuler aux Comores, cela nous conduirait à prendre des mesures de protection plus importantes", a déclaré Sébastien Lecornu, cite par Réunion la 1ère

"L'OMS a fait une campagne de test aux Comores, à Mohéli en particulier, car c'est là où les craintes sont les plus fortes, et l'ARS de Mayotte, sous l'autorité de Dominique Voynet, a mené également une campagne de test pour voir l'évolution du virus", a expliqué le ministre toujours cité par nos confrères. Les résultats de ces tests sont attendus d'ici la fin de semaine.

Les dépistages vont être systématisés notamment "à l'arrivée des Comores". Le ministre a précisé que les préfets de Mayotte et de La Réunion (qui tiendra une conférence de presse vendredi après-midi -, vont annoncer "la protection de nos frontières, entre Mayotte et les pays étrangers, dont les Comores, et bien sûr entre la Réunion et Mayotte".S

Sébastien Lecornu a donc ensuite annoncé plus de contrôles des "allers-retours entre La Réunion et l'Hexagone car il faut qu'on soit capable de tracer, de surveiller, et les tests PCR nous permettront de le faire". Le ministre a aussi indiqué que parmi les pistes de réflexion se trouvait également "l'observance d'une septaine"  "pour permettre de tester deux fois les personnes descendant de l'avion" précise Réunion la 1ère.

Interrogé par franceinfo ce mercredi - après la découverte de trois cas du variant sud-africain en Métropole -, le président du Conseil scientifique, le professeur Jean-François Delfraissy, était allé dans le même sens. "Notre inquiétude porte beaucoup aussi sur La Réunion et sur Mayotte puisqu'il y a beaucoup de liens entre l'Afrique du sud et ces territoires" disait-il

Questionnée, l'ARS de La Réunion n'a souhaite pas s'étendre sur le sujet à ce stade puisqu'une conférence est prévue vendredi 15 janvier à 17h. "Le sujet (y) sera développé" nous informe l'agence régionale de santé qui assure prendre la question "au sérieux".

Lire aussi :Virus mutant : contaminations en Afrique du Sud, inquiétude à La Réunion et Mayotte

Le président du Conseil scientifique pour sa part recommande le moins de déplacements possibles entre notre département et l'Afrique du Sud. "Il faut sûrement restreindre nos relations avec l'Afrique du sud, c'est vrai pour la Métropole, ça l'est encore plus pour La Réunion et Mayotte" a-t-il déclaré sur franceinfo.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !