Il a pour rôle d'aider l'équipe :

Mondial-2018: le pôle Pogba pour orienter les Bleus


Publié / Actualisé
Paul Pogba, c'est pas (encore) le Pérou, mais ça pourrait le devenir, et pourquoi pas jeudi contre ce pays pour le deuxième match des Bleus au Mondial-2018: le charismatique milieu détient la clef pour réanimer un secteur offensif apparu apathique contre l'Australie (2-1).
Paul Pogba, c'est pas (encore) le Pérou, mais ça pourrait le devenir, et pourquoi pas jeudi contre ce pays pour le deuxième match des Bleus au Mondial-2018: le charismatique milieu détient la clef pour réanimer un secteur offensif apparu apathique contre l'Australie (2-1).

"Il a une allure tellement facile, on a toujours envie de lui dire, tu pourrais en faire un peu plus, or c'est son jeu, c'est son naturel qui est comme ça", explique à l'AFP Pierre Mankowski, son entraîneur chez les sélections de jeunes. Comme samedi dernier à Kazan, où il a laissé une impression aigre-douce. "Dans ma prestation, il y a des bons et des mauvais moments. J'ai eu la chance d'être décisif, c'est important. On peut et on doit faire mieux", a-t-il commenté dimanche sur TF1.


Côté doux: "la Pioche" a été à l'origine des deux buts français, un penalty transformé par Antoine Griezmann et un but contre son camp d'un adversaire, et ne s'est pas caché sur le terrain. Côté aigre: le manque de "liant" au sein de l'équipe, pointé notamment par Didier Deschamps, un rôle qui incombe forcément à un relayeur, a fortiori leader technique de l'entrejeu. D'autant qu'il se trouve dans la position qu'il revendique, comme l'a souligné le sélectionneur: "Il est dans un registre qui lui convient bien, il a la liberté de se projeter, évidemment un rôle défensif aussi. Dans ce milieu à trois, il est plus à l'aise que dans un milieu à deux, forcément".
"PP" (55 sélections, 9 buts), qui voulait les clefs de l'équipe de France, a au moins celle d'Ekaterinbourg, car il aura une réponse à apporter face aux Péruviens.


"Plus de physique que de talent"


Pas forcément une réponse statistique. "Vous attendez qu'il mette quatre buts dans un match? Non, il a un rôle de milieu, pour aider l'équipe. Mais il est capable de dépasser sa fonction, ce qui fait la différence entre un très bon joueur et un grand, et Paul fait partie des grands", l'a défendu Blaise Matuidi, pressenti pour occuper l'autre poste de relayeur jeudi, à la place de Corentin Tolisso.
Plutôt une réponse dans le jeu, dans les transmissions plus rapides vers l'attaque, comme il l'avait esquissé face aux Etats-Unis (1-1 en amical le 9 juin). Epurer son jeu sans pour autant en perdre les étincelles, l'équilibre est précaire, comme l'a souligné "DD" dans Téléfoot: "Paul a toujours une attitude par rapport à un collectif. Ce n'est peut-être pas ce qui ressort, des gestes ne sont pas toujours efficaces mais il est toujours dans cette créativité".


Pogba (25 ans) a quelques détracteurs à faire taire, comme Xavi, la légende du Barça, qui lui a mine de rien adressé un tacle au détour d'une réponse sur Kylian Mbappé, dans le Journal du Dimanche: "Je lui trouve plus de physique que de talent, comme Pogba je crois, même si je ne l'ai pas vu jouer cette saison"... Le milieu de Manchester United se construit aussi en opposition, assurant sur TF1 qu'il est "passé du plus gros transfert du monde à joueur le plus critiqué du monde", du fait de sa stature et de son exposition - à laquelle il participe grandement.


"Enervé" mais "pas aigri"


"Devenir le patron, je l'ai dit. Je veux le devenir. C'est des paroles. C'est quelque chose que j'ai dans le coeur, je ne joue pas un rôle. Ça se fait naturellement, il ne suffit pas de le dire", a-t-il martelé. Il a justement montré un autre visage lundi à l'entraînement, où il est apparu agacé, frustré; ce n'était plus "la Pioche" solaire, c'était "Pogboom" l'ombrageux. "Il était énervé parce qu'il a perdu (pendant une petite opposition entre les Bleus), et parce que Benjamin Mendy avait raté un but facile", a expliqué Raphaël Varane mardi en s'en amusant.


"Il n'est pas aigri, il reste positif de toute façon", assure le défenseur central. "Si vous pouviez être un peu plus positifs aussi, ce serait cool", a aussi dit "Raph" dans un sourire. Peu avant l'entraînement de lundi, Pogba avait tweeté un message sibyllin, en anglais, qui disait: "Travaille dans l'ombre, laisse les gens faire du bruit". Mise en lumière ce jeudi ?

 - © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !