Douloureuse défaite :

Mondial-2018: le Pérou, 36 ans d'attente et déjà poussé vers la sortie


Publié / Actualisé
Ils avaient attendu 36 ans avant de se qualifier à nouveau pour un Mondial: les Péruviens ont accueilli en larmes, jeudi, l'élimination des Incas en Russie, face à la France (1-0).
Ils avaient attendu 36 ans avant de se qualifier à nouveau pour un Mondial: les Péruviens ont accueilli en larmes, jeudi, l'élimination des Incas en Russie, face à la France (1-0).

"Nous sommes déjà éliminés. La défaite est douloureuse, nous avons perdu à cause d'une erreur (...) Il faut pleurer la défaite et en souffrir" les conséquences, a confié à l'AFP Fernando Zelada, 49 ans, qui a regardé le match sur un écran géant installé sur une place du quartier Miraflores, à Lima.

Les supporters péruviens ont vécu cette année des émotions fortes, avec la qualification de leur équipe, pour la première fois depuis 1982, avant la suspension pour dopage puis le repêchage, à deux reprises, de leur joueur star Paolo Guerrero. Les Incas ont finalement été éliminés dès jeudi, après deux matches seulement, en perdant face à la France à Ekaterinburg, comme ils l'avaient fait face au Danemark (1-0) samedi.

"Perdre et échouer, ce n'est pas la même chose, le Pérou s'est battu à un haut niveau. Cela n'a pas marché cette fois-ci", a commenté sur Twitter l'écrivain Jeronimo Pimentel. "On part très tristes. (La sélection) avait tout donné pour arriver au Mondial, c'est déjà une belle expérience. On se verra au Qatar (en 2022) et là-bas nous continuerons", a déclaré à l'AFP Jacqueline Tenorio, supportrice de 44 ans portant le maillot péruvien.

Le Pérou est le premier pays sud-américain éliminé du Mondial de Russie et des milliers de Péruviens avaient enfilé le maillot national jeudi pour regarder le match sur des écrans géants. Mario Bryce, responsable de presse du Parlement péruvien, s'est dit sur Twitter "fier de ma sélection. Construisons de meilleurs moments".

"Notre équipe n'a pas manqué de football, elle a manqué de buts", a souligné le commentateur télévisé Eddie Fleischman. "On est partis trop tôt par rapport à notre qualité de jeu. Merci, les gars, de nous faire revenir au Mondial. La revanche sera au Qatar, allez le Pérou", a écrit sur Twitter l'écrivain et journaliste Renato Cisneros.

- © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !