A Qatar en 2022 :

Mondial-2022: à 32 ou 48? "Ce sera discuté dans les mois à venir" affirme Infantino


Publié / Actualisé
Savoir si la Coupe du monde au Qatar, en 2022, aura lieu avec 32 (comme en 2018) ou 48 équipes (comme en 2026), "cela va être discuté dans les mois à venir, avec les Qataris d'abord", a expliqué le président de la Fifa, Gianni Infantino vendredi.
Savoir si la Coupe du monde au Qatar, en 2022, aura lieu avec 32 (comme en 2018) ou 48 équipes (comme en 2026), "cela va être discuté dans les mois à venir, avec les Qataris d'abord", a expliqué le président de la Fifa, Gianni Infantino vendredi.

"Cela va être discuté dans les mois à venir, avec les Qataris d'abord, et ensuite il y aura la possibilité d'en parler avec toutes les parties intéressées", a détaillé le président de la Fifa lors d'une conférence de presse au stade Loujniki de Moscou, où France et Croatie s'opposeront dimanche en finale du Mondial-2018.

Il a aussi répété que ce Mondial-2022 se déroulerait du 21 novembre au 18 décembre. "Les championnats ont déjà été informés de cette décision, qui est une bonne décision parce qu'on ne peut pas jouer au football en juin et juillet au Qatar".

Dix pays membres de la CONMEBOL, l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, l'Equateur, le Paraguay, le Pérou, l'Uruguay et le Vénézuéla avaient soumis l'idée de faire évoluer le format de la reine des compétitions dès 2022, contre un calendrier prévoyant initialement cette réforme à partir du Mondial-2026.

Mais juste avant le coup d'envoi du Mondial, le conseil de la Fifa s'est "à l'unanimité accordé pour que le sujet soulevé par les associations membres (...) sur la proposition d'une étude de faisabilité sur l'augmentation du nombre d'équipes lors de la Coupe du monde 2022 serait d'abord discutée par la Fifa avec le pays hôte, le Qatar".

Interrogé sur la date limite pour qu'une décision soit prise, Gianni Infantino avait alors expliqué qu'elle devrait "être prise avant le début des matches de qualifications" pour ce Mondial-2022.

 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !