Mondial-2018 :

Griezmann moins ténor, un peu plus chef d'orchestre


Publié / Actualisé
Ceux qui voulaient voir un Antoine Griezmann aussi flamboyant qu'à l'Euro devront patienter, au moins jusqu'à la finale dimanche: l'attaquant des Bleus a endossé un rôle plus discret dans ce Mondial en Russie, où il donne le tempo à une équipe de France défensive.
Ceux qui voulaient voir un Antoine Griezmann aussi flamboyant qu'à l'Euro devront patienter, au moins jusqu'à la finale dimanche: l'attaquant des Bleus a endossé un rôle plus discret dans ce Mondial en Russie, où il donne le tempo à une équipe de France défensive.

Statistiquement, Griezmann n'a pas à rougir de sa Coupe du monde: le joueur de l'Atlético Madrid est impliqué sur cinq des dix buts français, avec trois réalisations - dont deux penalties - et deux passes décisives.

En demi-finales contre la Belgique (1-0), sur un corner, c'est lui qui adresse le ballon à Samuel Umtiti pour son but de la tête, comme il l'avait fait en quarts contre l'Uruguay (2-0), cette fois sur coup franc et pour Raphaël Varane.Après un premier tour difficile physiquement, sa montée en puissance est donc réelle, même si quelques déchets subsistent dans ses derniers gestes, comme sa frappe du droit qui s'envole contre les Belges ou des passes mal assurées vers l'avant, inhabituelles chez lui.

Interrogé sur sa Coupe du monde, l'attaquant de 27 ans, 60 sélections (23 buts), a réagi en rigolant vendredi: à l'Euro, "en étant meilleur buteur, on a perdu. Je me suis dit: +Je vais mettre moins de buts pour voir si on la gagne+".

- "Conseils et astuces" -

Puis il a expliqué son nouveau rôle dans cette équipe de France robuste et solidaire. "Mon jeu change, je suis plus à mettre le rythme, garder le ballon ou accélérer. Si je marque, tant mieux mais je suis plus un joueur qui pense à l'équipe qu'à mettre mes buts".
Quand le match s'emballait contre l'Argentine (4-3), c'est lui qui a dit à son coéquipier de l'Atlético Madrid Lucas Hernandez de calmer un peu le jeu et de revenir défendre pour tenir le score.

Et puis il y a des petits détails, comme pour le premier but contre l'Uruguay (2-0). Il avait discuté avec Varane de la manière dont il allait lui adresser le ballon: "Raph m'avait demandé de mettre un temps d'arrêt", avant de tirer le coup franc.L'équipe de France 2018 -son style défensif et son jeu en contres- plaît à Griezmann. Elle le renvoie à son quotidien en club à l'Atlético où il évolue sous l'égide de l'entraîneur argentin Diego Simeone.

"J'ai la chance de travailler avec Cholo (le surnom de Simeone, ndlr), le meilleur entraîneur défensivement. Donc je donne des conseils et des astuces pour recadrer défensivement", l'équipe de France, explique-t-il.

- Palmarès mince -

A 27 ans, Griezmann, dont le palmarès reste mince, veut absolument gagner des titres. Il vient de le faire avec l'Atleti en remportant l'Europa League et rêve maintenant de Coupe du monde, après les larmes versées en 2016 lors de la défaite contre le Portugal en finale de l'Euro (1-0 après prolongation).

Il se moque donc du beau jeu ou du Ballon d'Or. Il l'a même affirmé dans la presse avant le Mondial: si Kylian Mbappé lui fait remporter la Coupe du monde, il laissera volontiers la prestigieuse récompense au prodige de 19 ans et demi.Mais Griezmann suscite forcément des attentes très fortes depuis sa troisième place au Ballon d'Or 2016.

Avant la demie, l'ancien international français Rio Mavuba, interrogé par l'AFP, espérait un "Grizi" plus en jambes et aussi brillant qu'à l'Euro."On peut en attendre plus. C'est légitime, c'est le leader technique de l'attaque et il a eu encore un peu trop de déchet. Dans le contenu, il peut mieux faire, même s'il défend beaucoup pour l'équipe", estimait l'ex-milieu de terrain, présent aux côtés de Griezmann il y a quatre ans à la Coupe du monde au Brésil.

Depuis, l'enfant de Mâcon a frappé le corner décisif pour Umtiti. Et il a l'occasion de s'offrir la Coupe du monde dont il rêvait petit. Si la France gagne, qu'il soit étincelant ou pas, la deuxième étoile brillera dans le ciel Bleu.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !