Selon la justice suisse :

Brésil: le Péruvien Guerrero peut jouer avec Flamengo


Publié / Actualisé
La vedette péruvienne Paolo Guerrero peut jouer avec son club brésilien de Flamengo, le Tribunal fédéral suisse considérant que l'"effet suspensif" du recours que le joueur a formulé contre sa suspension pour dopage était toujours "valable".
La vedette péruvienne Paolo Guerrero peut jouer avec son club brésilien de Flamengo, le Tribunal fédéral suisse considérant que l'"effet suspensif" du recours que le joueur a formulé contre sa suspension pour dopage était toujours "valable".

"L'effet suspensif accordé par le Tribunal fédéral le 30 mai 2018 est actuellement valable", a répondu un porte-parole de cette instance, interrogé par l'AFP. La plus haute juridiction suisse avait en effet estimé fin mai que le "recours formé par le footballeur péruvien Paolo Guerrero contre la sentence non motivée rendue par le Tribunal arbitral du sport (TAS)" le suspendant devait être accompagné d'un "effet suspensif", cette décision permettant au joueur de disputer le Mondial.

"Ceci est valable tant que le Tribunal fédéral n'autorise pas d'autres mesures ou jusqu'à ce qu'il rende une décision finale", a précisé le porte-parole du Tribunal fédéral.
Lors du Mondial en Russie, Guerrero, meilleur buteur de l'histoire des Incas (36 buts en 91 sélections), avait notamment été passeur et buteur pour son équipe lors du dernier match du Pérou face à l'Australie (2-0).

Joueur emblématique de la sélection péruvienne, Guerrero avait été testé positif à un métabolite de cocaïne, substance inscrite sur la liste des interdictions de l'AMA, à la suite d'un contrôle effectué après un match des qualifications pour le Mondial-2018 contre l'Argentine, le 5 octobre dernier.

D'abord suspendu 6 mois, il avait fait appel de cette décision, demandant son annulation. L'AMA avait également fait appel, sollicitant au contraire une sentence alourdie.
Le 14 mai, le TAS a finalement décidé de porter sa suspension de 6 à 14 mois, privant ainsi le joueur du Mondial, jusqu'à son recours devant le Tribunal fédéral suisse qui a donc un "effet suspensif".

- © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !