Portugal :

Après sa crise historique, le Sporting souhaite tourner la page


Publié / Actualisé
Le Sporting Portugal, plongé dans la pire crise de son histoire centenaire, recevait ce samedi à Lisbonne, dans une ambiance particulière, l'Olympique de Marseille pour son premier match à domicile depuis les graves incidents survenus en fin de saison dernière.
Le Sporting Portugal, plongé dans la pire crise de son histoire centenaire, recevait ce samedi à Lisbonne, dans une ambiance particulière, l'Olympique de Marseille pour son premier match à domicile depuis les graves incidents survenus en fin de saison dernière.

Le coup d'envoi de ce match amical a été donné peu avant 21H45 (19H45 GMT) et s'est soldé par un match nul équilibré entre les deux équipes (1-1), prélude à ce que beaucoup espèrent être le début d'une nouvelle ère pour le club formateur de Luis Figo et Cristiano Ronaldo.

Aux abords de son antre d'Alvalade, l'équipe lisboète a montré qu'elle pouvait toujours compter sur ses nombreux supporters, comme en témoigne les longues files d'attente et les tribunes bien garnies pour assister à la rencontre de présentation de l'effectif des Lions face aux finalistes de la dernière Ligue Europa.

"Malgré les conditions difficiles pour cette nouvelle saison on garde la passion et le même objectif, voir le club champion", dit à l'AFP Diogo Abrantes, un 'socio' du Sporting de 25 ans. Mais il règnait une atmosphère étrange parmi les 'sportinguistas'. D'habitude ce match est une fête et en cette belle journée estivale, il ne suscite cette fois pas l'entrain escompté et cède place à des visages fermés.

Ici personne n'a oublié les événements de la mi-mai, quand une cinquantaine de supporters cagoulés ont envahi le centre d'entraînement du club et agressé violemment les joueurs, le coach et le personnel. Quelques jours avant la défaite d'un Sporting traumatisé et démobilisé en finale de la Coupe du Portugal.

Depuis, le caractériel Bruno de Carvalho, président que beaucoup accusent d'être à l'origine de la crise par ses critiques acerbes à l'encontre des joueurs, a été poussé vers la sortie par une assemblée générale des socios.

L'entraîneur Jorge Jesus est parti pour l'Arabie Saoudite et neuf joueurs ont décidé de briser unilatéralement leur contrat en invoquant une juste cause. Les champions d'Europe 2016 portugais Rui Patricio et William Carvalho ont respectivement rejoint Wolverhampton et le Betis Séville. De son côté, l'international lusitanien Gelson Martins s'est envolé pour l'Atlético de Madrid.

"Cette saison sera décisive, notre équipe est très différente, nous allons avoir un nouveau président, il faut retrouver de la stabilité", estime Joana Macedo, supportrice de 39 ans. Au moment d'entendre leur nom prononcé par le speaker pour être présentés, les internationaux Bas Dost et Bruno Fernandes puis l'Argentin Rodrigo Battaglia essuient quelques sifflets mêlés aux applaudissements. Alors qu'ils avaient rompu leur contrat, ils ont tous les trois décidé de revenir au club contre l'assurance de garanties financières et sécuritaires.

Dernier à pénétrer sur la pelouse, le nouvel entraîneur José Peseiro, déjà coach des Lions quand ils ont atteint la finale de Coupe UEFA en 2005, résume de quoi sera faite la saison, sous les vivats : "Dans la difficulté, c'est l'heure d'être ensemble, c'est l'heure d'être unis, vive le Sporting !".

- © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !