MENU

Chronique de René Paul Victoria :

Le mariage pour tous : priver les enfants de mère et de père


Posté par
"Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou du même sexe". C'est la proposition pour le nouvel article 143 du code civil. Le législateur aborde par ce biais la question des sexualités et fait sauter d'un même coup deux verrous de la loi naturelle organisant la société : le mariage et la filiation. D'un trait, le législateur abolit deux fonctions ; il n'y aura ni père, ni mère, fondements de la vie familiale ; il n'y aura que des êtres asexués, frappés d'indétermination, nommés parents. C'est un découplage entre la sexualité des êtres et leur rôle social au plus près des intimités.
"Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou du même sexe". C'est la proposition pour le nouvel article 143 du code civil. Le législateur aborde par ce biais la question des sexualités et fait sauter d'un même coup deux verrous de la loi naturelle organisant la société : le mariage et la filiation. D'un trait, le législateur abolit deux fonctions ; il n'y aura ni père, ni mère, fondements de la vie familiale ; il n'y aura que des êtres asexués, frappés d'indétermination, nommés parents. C'est un découplage entre la sexualité des êtres et leur rôle social au plus près des intimités.

La démarche est viciée par l’impossibilité de débats. On proclame d’emblée que c’est un combat "pour l’égalité de tous les parents", et que toute contestation est rétrograde et assimilable à l’homophobie, que les convictions des uns sont entachées de pesanteurs religieuses qui ne sont pas de mise dans une société de laïcité. Au-delà des credo des uns, des interrogations des autres sur les droits de l’enfant à une vie sans troubles dans un nouveau cadre homoparental atypique, la démarche du gouvernement est dangereuse pour trois raisons :

1 - Le défaut de père et de mère, l’effacement de la différenciation biologique et de la filiation détruisent un cadre et des repères fondamentaux pour y substituer de la confusion. Cette initiative porte atteinte à l’identité des êtres et dérègle un autre principe fondateur de la vie familiale : l’interdit de l’inceste.

2 - La transgression comme modalité de vie sociale ne peut se substituer à la progression des droits. Un droit nouveau octroyé à une catégorie ne peut légitimement se concevoir sur l’amputation de droits immémoriaux exercés  sans trouble à l’ordre public, et qui structurent durablement les sociétés. Le rapport de force de lobbys ne peut empêcher un débat touchant à l’intérêt général.

3 - Légiférer sur la relation amoureuse c’est faire pénétrer la loi dans la chambre à coucher. C’est une fausse bonne idée. On ne peut, au nom de l’égalité des droits, prendre le risque de faire reculer la liberté d’aimer et le droit à la vie privée. Pour le philosophe Alain Badiou, l’amour est la décision individuelle et libre "d’accepter qu’un(e) autre, au départ parfaitement inconnu(e), fasse désormais, en son entier, sans restriction ni condition, partie de notre existence".

Sur les questions de société, toutes les souffrances sont recevables. Néanmoins, on ne peut être ni pour, ni contre par simple convenance ou commodité personnelle ; la personne, dans sa singularité, cède la place au citoyen, animé par "le bien public". C’est pour cela que je souhaite que le sujet soit réglé par référendum. Ce sera l’occasion d’un large débat sans caricature.

René-Paul Victoria

Ancien député de La Réunion

   

12 Commentaire(s)

Fab733, Posté
Albert Camus " la démocratie ce n'est pas la loi de majorité, mais la protection des minorités "vos propos sont intolérables mr victoria!
LGBT 974, Posté
Dites vous M. Victoria que vous suivez cette personne...
Ce qui largement amoindrit votre propos....
Il ne faut pas mentir aux enfants, ni aux électeurs !
http://youtu.be/1kat5VjPiS4
Agahnor, Posté
Voilà un beau ramassis de bêtises sans nom, où l'auteur se veut un grand penseur mais ne fait, en fait, que répéter des âneries déjà trop souvent ressassées.
Monsieur Victoria, ne vous en déplaise, je vais m'attacher à montrer votre manque de réflexion (pour rester poli) dans ce commentaire que vous ne lirez certainement pas.
Vous faîtes état de "deux verrous de la loi naturelle organisant la société : le mariage et la filiation". Je dois vous arrêter dès ce premier point : ces deux verrous sont légaux, éventuellement culturels, mais certainement pas naturels. Le mariage n'est qu'une institution héritée de la religion, elle n'a rien à voir avec la nature. Les codes et rites organisant le mariage dépendent de la région du globe où l'on se trouve et du système religieux auquel les individus appartiennent. Ainsi, la Torah autorise-t-elle la polygynie, comme le montrent les exemples d'Abraham et de Jacob entre autres. Est-il nécessaire de rappeler que ce que les catholiques appellent "Ancien Testament" est en fait une bonne partie des textes du livre sacré des juifs ?
Pour ce qui est de la filiation, si la naissance d'un individu humain est bien due à la rencontre et à la symbiose de gamètes différentes, le traitement de cette filiation n'est, encore une fois, qu'une question culturelle et fortement orientée par le système religieux dominant dans la zone prise en compte. De nombreux peuples ne reconnaissent pas un père et une mère unique pour les enfants : ceux-ci sont pris en charge par l'intégralité de la communauté ou par une partie seulement, limitée par son genre sexué.rnIl n'y a donc là rien de "naturel", Monsieur Victoria; seulement des façons d'appréhender les choses qui changent du tout au tout d'un groupe d'individus à un autre et d'une contrée à une autre.rnrnVenons-en à votre premier point : la différenciation biologique se fait de fait, grâce aux différences qui existent entre un homme et une femme. Les parties génitales des individus sont, il me semble, un marqueur fort du genre sexué d'un individu. Vous faîtes également un raccourci nauséabond et dénué d'arguments par la suite : quel rapport y a-t-il entre le genre sexué et l'interdit de l'inceste ? Le fait que l'un des deux parents n'ait pas de lien biologique avec l'enfant serait-il un vecteur de situations incestueuses, selon vous ? Si c'est bien là le sens de votre propos, ne faudrait-il pas interdire tout simplement l'adoption à tous les couples hétérosexuels également ?
Vous faîtes état d'un transgression dans votre deuxième point. Quelle est-elle ? La loi qui est proposée par le gouvernement actuel vise justement à donner un statut social, juridique et légal aux familles que vous désignez comme étant dans la "transgression". Quels droits immémoriaux (très joli terme utilisé pour tenter de se donner une contenance, chapeau) seraient amputés par cette loi ?
Votre point numéro 3 est, quant à lui, tout à fait risible. Utiliser des citations qu'on ne comprend pas soi-même et coupées de leur texte d'origine pour se donner une contenance est l'apanage des pauvres en esprit, Monsieur Victoria. Je laisserai le soin aux lecteurs d'aller lire le texte de Badiou sur le site de Le Monde à l'adresse suivante : http://www.lemonde.fr/livres/article/2012/11/09/l-amour-une-aventure-obstinee_1787817_3260.htmlrnVotre argument est fallacieux : il n'est pas question ici de faire pénétrer la loi dans la chambre à coucher, comme cela peut être le cas dans certains états des USA où les _sodomy laws_ ont encore cours et répriment les pratiques sexuelles des individus. Il s'agit ici de permettre à tout une frange de la société de ne plus vivre dans la crainte de se voir opposé que son couple n'a aucune valeur aux yeux de la loi. Il s'agit d'assurer aux couples homosexuels qui élèvent déjà un enfant que le parent n'ayant pas de lien biologique avec l'enfant ne se verra pas opposer qu'il n'a absolument droit, quand bien même il aurait subvenu aux besoins de l'enfant. Il s'agit, enfin, d'assurer aux conjoints dans un couple homosexuel qu'en cas de disparition de l'un d'eux, le survivant ne se retrouvera pas abandonné et sans ressources.rnrn"Néanmoins, on ne peut être ni pour, ni contre par simple convenance ou commodité personnelle" Vous avez d'ores-et-déjà fait état de vos convictions qui découlent d'une convenance personnelle d'ordre religieux. Appeler à un référendum après avoir clairement fait état de votre opposition reposant sur des fondations d'ordre purement idéologique ne fait que renforcer la piètre image que l'on peut avoir de vous (lisez les commentaires précédents).
Ancien à vie quoi, Posté
Le précédent commentaire est plein de vérités, oui, c'est un ancien avec un très petit "a", un ancien en tout, un ancien à vie quoi LOL
Il est bidon ce mec, il était enseignant, et directeur d'école, et il ne sait même pas parler français, il vient nous donner des leçons de moral en donnant son avis sur le mariage pour tous, mais ses arguments sont tout bonnement religieux, mais il ne joue pas le jeu de la morale qu'il tente d'inculquer aux autres... quand il était maire, il avait pour maitresse son attaché parlementaire et membre du cabinet qui a connu une promotion fulgurante si on compare à ses diplômes... et après il vient de parler de valeurs et de morale.
S.M.B., Posté
Sans caricature ? Monsieur, votre billet est à lui seul une caricature ! Vos arguments appartiennent à un autre temps. Vous êtes décalé de la réalité de la société. Je vous conspue et vous méprise.
Jacky Mickael, Posté
Monsieur le Député-maire, Vous parlez de loi naturelle, oseriez vous dire pour autant que les Gays ne sont pas des Hommes ? A regarder l'histoire, l'hétérosexualité existe au même titre que l'homosexualité ; ces deux sexualités sous-tendent notre société l'une toute autant que l'autre. Dans le Banquet de Platon, Socrate explique en quoi l'amour homosexuel est un amour vrai et utile à la société en mettant en avant la sensibilité artistique et le sens esthétique qui émanent de ces amoureux.
Toutefois, je ne reprendrai pas les termes d'Henri Montherlant qui distinguait les espèces des esthètes, comprendre ici ceux qui sont utiles à la reproduction et ceux qui sont au service du beau car ce serait réduire les uns et les autres à une fonction or la personnalité humaine est beaucoup plus complexe et comporte tout un panache de fonctions.
Vous considérez ensuite la légalisation du mariage homosexuelle comme une démarche dangereuse, permettez-moi de vous démontrez en quoi vos mots sont plus dangereux que la démarche en elle-même :
1 - Selon vous, " Le défaut de père et de mère, l'effacement de la différenciation biologique et de la filiation détruisent un cadre et des repères fondamentaux pour y substituer de la confusion ". Pourtant, lorsqu'il a été question d'enseigner la théorie des genres dans les manuels scolaires, beaucoup de politiques se sont ligués contre le projet ; donc, ce qui importe ce n'est pas tant l'apprentissage de la différenciation sexuelle mais bien le maintien des petits privilèges et l'exclusion des gens qui n'entrent pas dans le cadre de l'hétéronormativité ; pis encore, il s'agit le plus souvent d'une sacralisation de l'homophobie comme moyen de marginalisation de certains individus en vue de les obliger à se conformer au groupe majoritaire.
A quand le viol correctif comme en Afrique du Sud ? Si on avait suivi votre raisonnement et chercher à maintenir l'ordre qui préexistait en 1789, les Pauvres n'auraient jamais eu de droit, ou en 1848 et les Noirs n'auraient jamais obtenu la liberté, ou encore en 1945 et les Femmes n'auraient jamais eu le droit de vote ! Vous êtes de droite et donc conservateur par nature, c'est une loi chez vous qui risque de conduire notre société de la sclérose intellectuelle à l'abêtissement ; je vous invite à relire "1989" de Georges Orwell et vous verrez en quoi la pensée unique n'a rien de bon ainsi que toutes ses variantes totalitaires. Vous continuez et dites sans honte aucune que " Cette initiative [des socialistes] porte atteinte à l'identité des êtres et dérègle un autre principe fondateur de la vie familiale : l'interdit de l'inceste ".
A moi de vous informer que, selon une note de la Haute autorité de santé de 2009, 75% des agressions sexuelles sur enfants se produisent dans le milieu intrafamilial, autrement dit, en présence d'un père et d'une mère. Les abus et viols sur enfants n'ont rien avoir avec l'orientation sexuelle des parents mais avec leur santé mentale, il ne faut pas tout confondre !
2 - Vous déclarez encore qu'on ne peut " concevoir l'amputation de droits immémoriaux sans trouble à l'ordre public " alors qu'il n'est pas prévu d'amputer mais d'élargir ces droits pour que tous les Français puissent en jouir et être égaux. Par ailleurs, tout changement nécessite un temps d'adaptation et cette réorganisation ne saurait en rien être plus lourde que celle générée par les événements de 1789, de 1848 ou de 1945 mais toute aussi juste !rnrn3 - Vous affirmer très dangereusement que " Légiférer sur la relation amoureuse c'est faire pénétrer la loi dans la chambre à coucher. C'est une fausse bonne idée ".
Pourquoi vos propos me semblent-ils très dangereux ? Parce qu'ils signifieraient que ce qui se passe dans la chambre échappe à la loi ! Le violeur pourrait-il plaider impunément qu'il est amoureusement attaché à sa victime et agir librement dès lors que ses méfaits se passeraient dans la chambre à coucher ?
Par ailleurs, je vous précise que le droit français règlemente déjà la relation amoureuse ; une telle relation ne peut s'entendre qu'entre personnes " capables " de consentir, c'est-à-dire, entre personnes disposant de toutes leurs capacités mentales et de la maturité nécessaire pour donner valablement leur consentement.
Vous concluez en disant que " la personne, dans sa singularité, cède la place au citoyen, animé par "le bien public" ", Il est bien question de cela, du citoyen qui ne doit pas être discriminé en raison de sa singularité sexuelle, philosophique, religieuse ou par sa couleur de peau ! Tout le fond du problème est bien là, il s'agit de reconnaître au citoyen homosexuel, aussi vieux que le reste de l'humanité, les mêmes droits que le citoyen hétérosexuel !
Pour finir, je reviens sur le philosophe que vous citez, Alain Badiou, qui a une vision de l'être très mathématique pour vous faire remarquer qu'il ne dit rien d'autre que 1 + 1 = 2, que l'amour est la relation consentie entre deux êtres. A en rire, on pourrait même envisager que la relation amoureuse n'est envisageable qu'entre gays dans la mesure où il n'y a pas d'identité plus parfaite que : 1 = 1 et donc que 2 = 2 x 1...
Gay, depuis son mobile, Posté
Monsieur Victoria vous avez perdu une excellente occasion de vous taire,d'autant que personne ne vous a demande votre avis. Cela vous aurait evite de deverser ce flot d'inepties aussi mal ecrites que fallacieuses et surtout insultantes pour ceux que vous rejetez parce que differents de vous. Vous confondez religion et laicite, morale religieuse obscurantiste car mal comprise par vous, et loi civile, sexualite differente et crime odieux. Je n'aurais jamais pensez cela de vous. Vous descendez bien bas dans l'espoir, vain, de redorer un blason politique il est vrai bien terne. Vouloir revenir a toute force a l'avant scene politique n'autorise pas tout et surtout pas l'ignominie. Dommage que vous ne l'ayez pas compris.
Rimbaud, Posté
Comment pouvez vous entretenir la confusion entre homosexualité consentie entre deux adultes qui s'aiment et l'inceste ? Ne vous demandez pas pourquoi vous êtes réduit à signer "ancien député" ! Avec des raisonnements pareils, les électeurs ont eu grandement raison de vous renvoyer à vos élucubrations !
Moi, Posté
Avec des écrits comme celui là l'ANCIEN devrait se consacrer à la culture du zamal ou chanvre pour ouvrir son esprit
Whylliams, Posté
Ben, Monsieur Victoria;kossa larive aou??? Le mariage a toujours eu comme définition l'union d'un homme et une femme. Dites vous que le debat-polemique actuel est arrivé lors que l'on a commencer a parler du mot" mariage homo",hors que ce n'etait pas du tout ce que le législateur pensais. Je pense que vous avez raison de vous poser ces questions, mais l'humanité évolue, il faut toujours une opposition quelque part. Mais malheureusement malgré les croyances, les déclarations de différentes personnes de la société j' avoue que les français ne sont pas encore prêts à accepter certaine contrainte. Les Français a mon avis sont trop conservateurs , vivent trop de clichés, Si vous voulez que la loi ne soit pas voter il faudrait, beaucoup d'alliance, et de concertation, Moi en tant que parent je ne vois pas pourquoi vouloir un referendum, sur ce sujet la et pas sur d'autre plus urgent.
Citoyen, Posté
Monsieur, vous osez tout et rien ne vous fait peur même pas le rapprochement entre l'homosexualité et l'inceste. Honte à vous
Ancien à tous les niveaux, Posté
Ancien député, ancien maire, ancien chef de file de la droite dionysienne, ancien directeur d'école et ancien raisonnement, sclérosé et dépassé... Pitoyable