Courrier des lecteurs de Stéphane Ducamp, délégué régional du Refuge Réunion :

Un 13 janvier sur la Terre : on est tolérant mais faut pas exagérer !


Publié / Actualisé
Tolérance, discrimination, droit, amour, enfant, sexualité... Chacun y va de sa vérité sans tenir compte de sa réalité. Que dire de l'Eglise sur ces sujets ? Après tout l'Eglise est, nous dirons "en tant qu'employeur" la seule institution à pratiquer la discrimination. Pour être clair, les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant les représentants terrestres de Saint Pierre. Chercher à devenir prêtre pour une femme est catégoriquement impossible. Imaginez ce fait dans une quelconque autre organisation que ce soit une entreprise, une administration, une association, ceci serait clairement considéré comme une discrimination, et de fait sanctionné par la loi pour "sexisme".
Tolérance, discrimination, droit, amour, enfant, sexualité... Chacun y va de sa vérité sans tenir compte de sa réalité. Que dire de l'Eglise sur ces sujets ? Après tout l'Eglise est, nous dirons "en tant qu'employeur" la seule institution à pratiquer la discrimination. Pour être clair, les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant les représentants terrestres de Saint Pierre. Chercher à devenir prêtre pour une femme est catégoriquement impossible. Imaginez ce fait dans une quelconque autre organisation que ce soit une entreprise, une administration, une association, ceci serait clairement considéré comme une discrimination, et de fait sanctionné par la loi pour "sexisme".

L'Eglise est-elle au dessus des lois ? A tout dire, nous finirions par le penser, en tout cas la loi de 1905 sur la laïcité. Je vous rassure, il en va de même, au sujet du sacerdoce pour les personnes, en l'occurrence les hommes suspectés d'homosexualité, le Vatican revendiquant ouvertement dans une instruction de 2005, d'écarter les homosexuels de celui-ci.

Mais vous me direz donc que l'homosexuel abstinent, n'a pas la même valeur que l'hétérosexuel abstinent devant la prêtrise ? On peut en déduire qu'il existe une hiérarchie des pratiques et des abstinences. Paradoxe quand on écoute nos évêques pour qui les pulsions homosexuelles sont plus dures à réfréner, les candidats à la prêtrise ne devraient qu'en être plus méritants.

Mais non, la tendance homosexuelle autorise une discrimination juste... "Discrimination juste", comme s'il pouvait exister des discriminations justes, c'est pour autant une idée très prisée par le clergé catholique, dixit les évêques "on évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste", l'injuste implique le juste, surtout chez ceux qui apprécient l'opposition binaire entre bien et mal. Donc il y aurait chez nos amis religieux deux types de discriminations, l'une juste et l'autre injuste.

Discriminer les homosexuels fait partie de celles qui sont justes, que les homosexuel(le)s  dénoncent les positions de l'Eglise (je distingue volontairement Eglise et croyants) c'est pour elle une discrimination injuste. "Nous ne condamnons pas les homosexuels, mais les pratiques homosexuelles".

Nous ne condamnons pas les meurtriers, seulement leurs actes, c'est même pour cela que nous les jugeons, nous jugeons des meurtres et nous condamnons les meurtriers. Il semblerait que les responsables religieux n'aient pas les même vues sur le vocabulaire. L'Église, elle ne juge que les actes homosexuels, et ne condamne pas les homosexuels. Les voies de l'Eglise sont impénétrables.

Que dire du Collectif Mariage un homme-une femme ? Un point qui me taraude, une question bien mathématique, concernant le fait de légiférer vis-à-vis d'une minorité de 1%. Et oui pourquoi légiférer pour une minorité au vu des problématiques qui assiègent notre pays ?

Parlons chiffres. Une étude de l'IFOP (études menées par l'Ifop du 1er février au 10 mars 2011  effectuées auprès d’un échantillon de 800 à 1.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus)  comptabilisait environ 3,2 millions de personnes lesbiennes, gay, bi, et trans en France, soit environs 5% de la population.

5% sans compter ceux qui sont leur famille, parenté, ascendante ou descendante (Pour faire 5% de population, il faut 10% de population, 5% de femmes, et 5% d'hommes) et qui sont, excusez-moi du peu, partie prenante sur ce projet de loi tout autant que les 1 800 personnes qui ont manifesté ce dimanche...

Je vous assure que bon nombre de parents d'homosexuels se sentent très largement concernés par ce projet de loi ! Là ce n’est plus 5% mais au moins 10% (15% mathématiquement mais bon...) du fait que nous sommes issus d’un homme et d’une femme que nous aussi nous appelons papa et maman et qui ne sont pas indifférents à notre avenir, tous n’étant pas homophobes heureusement pour nous. "Il a été présenté dans la précipitation sous prétexte de satisfaire 1% de la population" s'exclamait Monsieur Guillaume Alexandre (Collectif mariage un homme-une femme) parlant du projet de loi. J'ai bien vu les mots "1 papa 1 maman ca même la vérité" sur les pancartes des manifestants ? En clair "5% ou 10% ou 15% ca même la vérité". "Tu ne mentiras point" peut-on lire dans la bible.

Vous êtes vous demandé combien  représentait la population d'outre-mer, Guyane, Martinique, Guadeloupe, Réunion réunies ? 1,9 millions d'habitants soit 3% ! Faut-il légiférer pour les DOM-TOM ? Quand on entend le représentant du collectif Mariage un homme-une femme, apparemment non, pas assez nombreux !

Et puis concernant cette intox sur l’état civil, en clair " Parent A, parent B y a jamais eu dans le projet de loi, ca même la vérité". Vous pouvez toujours brandir les livrets de famille ils ne seront pas périmés. Pour tout dire, ceux qui luttent contre le " mariage homosexuel " sont à mes yeux homophobes, le projet de loi s’intitule " mariage pour tous " ne fait que concrétiser l’union de deux personnes d’un même sexe dont les pratiques sexuelles sont (comme pour les hétérosexuels) de l’ordre de l’intime et du privé. Dans ce débat on a tort de fournir son opinion sur l’homosexualité qui n’a rien à voir avec ce débat (l'homosexualité n'est pas plus une maladie mentale depuis 1992, et elle a été dépénalisée en 1981). Cette concrétisation de ces unions passe par l'extension du mariage aux personnes d'une même sexe, et non pas par la destruction du mariage.

Ces confusions permanentes sont bien ce qui rend la réflexion improbable pour ne pas dire impossible pour nos contemporains. Ce mariage pour tous, ce n'est que reconnaître l'existant, famille, couple, personne en terme de droit, et légiférer c'est offrir un cadre légal. Il n'est ici question, ni de sacrement, ni de normalité d'une orientation sexuelle mais de droits.

Ce n'est plus tolérer, mais accepter ces familles comme toutes familles au regard de l'Etat. C'est protéger ces enfants qui vivent dans des familles homoparentales, au même titre que ceux qui vivent dans des familles "hétéroparentales" ou monoparentales. Aussi peu nombreux soient-ils (?!), ils méritent protection et non pas une charitable tolérance.

Posez-vous les bonnes questions nous concernant, à savoir sur l’éducation, la filiation, la protection de l’enfant, la solidarité du couple, mais faites moi grâce de votre opinion sur nos pratiques sexuelles comme j’ai pu le lire : Jean-René, 53 ans - "C'est insensé de marier deux hommes ou deux femmes. Je ne déteste pas les personnes homosexuelles. Mais je déteste l'acte... Même les chiens ne font pas ça". Propos relevés à cette marche blanche* par un journaliste. Cette personne manifestait bien plus contre l'homosexualité que pour défendre le "mariage un homme-une femme"... Je ne déteste pas ce monsieur mais je combats l'homophobie, même les bonobos me semblent plus raisonnables.

Vous avez raison de jurer Monsieur Guillaume Alexandre que vous n’êtes pas homophobe mais il y a bien plus d’homophobes dans vos rangs que vous ne nous autorisez à le penser. Vous avez raison de demander le retrait de ce projet de loi sans le moindre débat au vu des arguments quelque peu tronqués et erronés qui sont les vôtres. Il est possible de faire comme si nous n'existions pas, pas plus qu'Oscar Wilde, Proust, Léonard de Vinci, Andy Warhol, Jodie Foster, Jean Cocteau, le coiffeur du coin, le postier, le pompier, cela  permet de nous nier tout droit d'exister.

L'homophobie drapée de blanc, reste de l'homophobie. L'enfer n'est il pas pavé de bonnes intentions ? Et puis comme disait Albert Camus " la démocratie ce n’est pas la loi de majorité, mais la protection des minorités ", et j’y souscris en ultramarin d'adoption".

   

2 Commentaire(s)

Lassssaaaad, Posté
franchement; ça m’étonne un peu cet article , mais ensuite ça me fait mal de comprendre.
comme musulman , j'ai pas le droit à une relation hors les normes de mariage légal avec les témoins et un juge qui précise les responsabilités de chacun du couple. c'est vrais il nous arrive d'avoir des difficultés matériel a se marier dans notre pays ; mais aussi on gagne une vie propre le jour ou on réussie notre relation avec notre conjoint ; ici j'ai parler évidement à une relation entre homme et femme car tous autre formes ne trouve pas de place dans mes idées , je suis contre même d'y penser ...
LGBT 974, Posté
Icone de la beaufitude, organisatrice de la manif contre "le mariage pour tous" ! Exemptée de talent Frigide Bardot s'est lancée dans le buzz ...La vidéo de l"artiste pour ne pas dire "l'art triste"...Français ce 13 janvier vous avez marché derriére ça ===> "Fais moi l'amour avec deux doigts", Si elle vient à la Réunion chantera elle devant Mgr Aubry ???rnhttp://youtu.be/f1LDnMkDkdg