Courrier des lecteurs - Opération 10 000 arbres aux Seychelles :

Reforester des îlots, un symbôle d'un engagement commun pour un développement durable de l'Océan Indien


Publié / Actualisé
LaRéunionEcolo estime que les représentants du groupe Alliance, lors de la commission permanente du mardi 19 février 2013, se sont lancés dans une opposition de posture et tendancieuse lors de l'examen du programme de reboisement aux Seychelles :
LaRéunionEcolo estime que les représentants du groupe Alliance, lors de la commission permanente du mardi 19 février 2013, se sont lancés dans une opposition de posture et tendancieuse lors de l'examen du programme de reboisement aux Seychelles :

1. Concernant le coût de l'opération, les élus de l'Alliance font preuve d'une mauvaise fois, d'un simplisme et de démagogie évidentes. En effet, cette action est financée par l'Union Européenne à hauteur de 75 % des dépenses éligibles dans le cadre du Programme Opérationnel de coopération Territorial POCT "Océan Indien. Rappelons que le POCT est un programme pluriannuel pour la période allant de 2007 à 2013, donc déjà en vigueur lors de la mandature précédente ! Crise ou pas crise, ces fonds européens issus de la programmation INTERREG III B doivent être déployés dans le cadre de la mesure 1.02 " valorisation et préservation de l'environnement et des ressources naturelles " ;

2. Pour ce qui est du mode de déplacement pour remplir cette action de coopération régionale, il est difficile de faire de la coopération efficace sans utiliser l'avion. La liaison entre les îles, quel quelles soient, ne permet pas d'autre moyen de transport plus efficient ! ;

3. En ce qui concernent les montants de l'expertise, il faut rappeler qu'ils correspondent aux coûts moyens d'une telle prestation en terme d'ingénierie et que certaines dépenses non pas été retenues éligibles (frais indirects sur salaires) ;

4. Enfin la situation de Madagascar et des Comores est beaucoup trop instable pour que des projets de coopération de ce type (long terme) puissent être menés à bien. A contrario, le Président de Région a su instaurer, depuis février 2012, entre la collectivité régionale et l’Etat Seychellois un partenariat solide basé sur une formule de réciprocité assurant un retour gagnant-gagnant dans des secteurs comme le tourisme et l’environnement ;

5. Ensuite à propos de la critique relative à l’état écologiquement dégradé de l’île de Persévérance : cet état écologique justifie encore plus l’intervention de la Région Réunion avec un reboisement qui protégera le littoral et renforcera les digues de protection dans un contexte de hausse du niveau de la mer dans le cadre du changement climatique.

Rappelons qu’après avoir réalisé un plan d’actions visant à réduire à la source ses émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de son Bilan Carbone, la collectivité régionale a souhaité aller plus loin, et mettre en oeuvre une démarche de compensation carbone volontaire. La Région Réunion a engagé des actions de compensation carbone à la Réunion depuis deux ans. Cette compensation consiste justement dans la plantation d’espèces végétales, 10000 arbres, (mais aussi 35000 plants d’espèces endémiques à La Réunion).  Ces plantations se font également dans le cadre des "Green Days", journées d'Education à l'Environnement et au Développement Durable (EEDD) mises en place par la Collectivité Régionale en 2012 à destination des lycéens. Ce sont des journées de sensibilisation à la biodiversité, à la préservation de l'environnement et à la compensation carbone.

C'est également ce dernier aspect qui soustend cette coopération avec les Seychelles. Les enjeux environnementaux sont internationaux et il est nécessaire de sensibiliser les Seychelles à la diminution de l'empreinte écologique et à la compensation carbone.

De plus cette opération menée avec le CIRAD permet d'étudier et  d'enrayer le recul de la biodiversité aux Seychelles avec la plantation d'espèces endémiques.

Pour LaRéunionEcolo, reforester des ilots seychellois est symbolique d’un engagement commun Seychelles-Réunion pour un développement durable en faveur de notre région Océan Indien.

Marie-Annick Fougeroux
Secrétaire de LaRéunionEcolo

   

3 Commentaire(s)

Contribuable couilloné, Posté
1. Le problème n'est pas d'utiliser les fonds européens mais que ces fonds soient déployés sur les Seychelles, dans le cadre de la coopération régionale, sans contre-partie affichée du pays. Normalement, ce n'est pas comme cela que ca se passe. Aucune précision n'a été apporté par la majorité régionale sur le sujet.
2. Selon les articles parus cette semaine, les billets d'avion, les locations de voiture seront également financés par la collectivité régionale, en plus de salaires exhorbitant, à savoir :- pour le directeur du CIRAD, 19 000 ? pour 14 jours soit 1360 ?/JOUR c'est à dire que cette personne va toucher en moins de deux semaines environ ce que touche un travailleur au SMIC en 1 an. pour un technicien, 24 000? pour 56 jours soit 500 ?/jour, cette personne va toucher en moins de deux mois, ce que touche un travailleur au SMIC en un an et demi environ.
Vous trouvez ça normal en période de crise où l'on demande à tout le monde de se serrer la ceinture ?
Vous trouvez ça normal que la Région accepte de financer de tels salaires pour deux personnes alors qu'elle refuse de mettre en place les emplois d'avenir pour des centaines de jeunes parce que " pas d'argent " ?
Moi en tout cas non. C'est bien joli d'aller pleurer auprès de la ministre après mais quelle crédibilité, quelle répartition des richesses, quelle justice ?
3. Faut-il rappeler qu'en matière de soi-disant coopération régionale, des milliers d'euros, peut-être même des millions ont été utilisés par la collectvité régionale d'abord en Australie (Adélaïde et compagnie) puis à Maurice sans véritable retour sur investissements ?
Que ces élus n'ont eu de cesse de jeter l'argent par les fenêtres, d'aller bat karé avec l'argent des Réunionnais ? Faut-il faire remarquer que de ces soit-disant grands projets avec la zone, on en entend plus parler ?
4. Faut-il rappeler qu'à son arrivée à la région, Robert and co ont décidé de hierarchisé les pays prioritaires en matière de coopération régionale, envoyant aux oubliettes les aides par exemple à Madagascar, aux Comores pays qui en ont surement plus besoin ?
5. Faut-il rappeler qu'au cours de ce dernier mois, en pleine crise sociale, Didier Robert et sa clique n'ont rien trouver de mieux à faire que d'aller se la couler douce aux Seychelles par deux fois une semaine, dont l'un pour assister à un carnaval ? Ce qui veut qu'en un seul mois, le président de région a passer la moitié de son temps aux Seychelles ?
6. Faut-il rappeler que la Région a déjà donné pas mal de l'argent aux Seychelles, que sa réactivité est visiblement plus forte quand il s'agit de ce pays au lieu de Madagascar touché par un cyclone par exemple ?
7. Pouvez-vous nous indiquer puisque vous semblez bien informé, combien de Seychellois viennent en vacances à La Réunion ? Les avions en provenance des Seychelles à La Réunion sont-ils pleins et rentables ? Si non, quels partenariats gagnant-gagnant en matière de tourisme ? Au fait, rappelez nous quels sont les derniers chiffres du trafic aérien sur La Réunion ?
8. Pourquoi omettez-vous de rappeler le caractère artificiel de l'îlot qui va être boisé et non reboisé ? Depuis quand les îles artificielles, production humaine, contre nature est-elle écologique ?
9. C'est à croire que chacun à sa manière de voir l'écologie, aux Seychelles ils construisent des îles sur la mer, à La Réunion, on envisage d'y construire une route. A cette allure, il en faudra des arbres pour compenser le bilan carbonne de la Région, les Seychelles peuvent dormir sur leurs deux oreilles !
Arrêtez d'essayer de cautionner des actes absurbes sous couvert d'une organisation soi disant écologique. Arrêter de faire croire que vous en avez quelque chose à faire de la biodiversité alors que vous vous apprêtez à deverser des millions de tonnes de cube de béton en mer, à proximité d'un récif.
Arrêter de nous faire croire que le développement durable vous inspire alors que la région a tout mis en oeuvre pour nourrir le tout automobile, avec la suppression d'un moyen de transports alternatifs. Bref, arrêtez de prendre les Réunionnais pour des couillons !
Saint Denis, Posté
Les Seychelles sont loin d'être un pays sous-developpé, venez y faire un tour et vous serez surpris. Ils y sont champions par contre pour la mendicité auprès des autres nations ou institutions. Aucune fierté de leur part, aucun scrupule à mendier. Les malgaches ou mauriciens qui se prennent de vrais cyclones sur la figure sont bien plus dignes.
Zarin, Posté
Trop de monde aux Seychelles !