Tribune libre de l'AJFER - Nou lé kapab :

Pas de retraites durables sans emplois durables


Publié / Actualisé
Depuis plusieurs semaines, les débats autour de la énième réforme des retraites vont bon train : âge légal de départ à la retraite, calcul des annuités, prise en compte de la pénibilité, augmentation des cotisations...
Depuis plusieurs semaines, les débats autour de la énième réforme des retraites vont bon train : âge légal de départ à la retraite, calcul des annuités, prise en compte de la pénibilité, augmentation des cotisations...

Quelle durée de travail et pour quelle retraite, la question est inlassablement posée. Pourtant, le système par répartition fait que les pensions de retraites sont financées par les personnes qui, dans le même temps, sont en emploi : la démarche est simultanée.

L'AJFER - Nou Lé Kapab considère d'une extrême importance de lutter en premier lieu contre la fausse idée, selon laquelle, nous devons cotiser plus longtemps, pour bénéficier d'une retraite basée sur la solidarité des actifs.

La dernière "Enquête emploi 2012 à La Réunion" de l’Insee, fait état d’une situation alarmante : un taux de chômage de 28,5 %. Les jeunes sont d'ailleurs les plus touchés (56,2 %), mais l'Insee note également que le chômage des plus de 50 ans continue à s’aggraver, avec une augmentation de 2,4 points, pour atteindre son plus haut taux depuis 2007 (17,9 %).

Cette même enquête indique que "la génération des jeunes de 15 ans, qui entre en activité est plus nombreuse que celle âgée de 65 ans ".

Face à ce constat, nous considérons que la véritable préoccupation des dirigeants du pays doit être de créer les conditions garantissant aux jeunes un emploi durable. Il s'agit là de l'unique moyen de leur assurer des retraites convenables avec le système actuel. Il ne peut y avoir de retraites durables sans emplois durables.

C'est la raison pour laquelle l’AJFER – Nou Lé Kapab dénonce les mesures envisagées par le gouvernement. Ces dernières mènent à la destruction du système de solidarité intergénérationnelle, aux droits des travailleurs et  participent  à l'augmentation du chômage, de la précarité et de la pauvreté.

Pour l’AJFER – Nou lé kapab, Gilles Leperlier, président

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !