Courrier des lecteurs du Syndicat national des lycées et collèges :

Le SNALC/FGAF dresse un bilan nuancé de la rentrée 2013


Publié / Actualisé
La réforme des rythmes scolaires est indéniablement une erreur. Quatre communes sur 24 l'ont mise en place, avec les difficultés qui s'en suivent. Outre la fatigue supplémentaire d'un jour de plus ouvrable pour les élèves, l'efficacité du péri-scolaire, surtout dans la façon dont il est dispensé, laisse à désirer.
La réforme des rythmes scolaires est indéniablement une erreur. Quatre communes sur 24 l'ont mise en place, avec les difficultés qui s'en suivent. Outre la fatigue supplémentaire d'un jour de plus ouvrable pour les élèves, l'efficacité du péri-scolaire, surtout dans la façon dont il est dispensé, laisse à désirer.

Pour le SNALC, une réforme efficace du primaire passe par un renforcement des fondamentaux, notamment en français et en calcul, et non par une introduction forcée du péri-scolaire comme solution à l'échec. Le SNALC/FGAF demande l'abrogation de cette réforme inefficace, coûteuse et mauvaise pour les élèves.

Pour le secondaire, le SNALC, même s'il reconnaît les efforts faits sur les postes d'enseignants, demande une réelle réflexion sur l'orientation. Le professionnel ne peut plus représenter une voie de garage et doit être revalorisé à La Réunion. Le SNALC a demandé le renforcement de cette voie par la création d'un lycée hôtelier dans le sud et regrette qu'on ne revienne pas sur la réforme du bac pro 3 ans, véritable usine à gaz du lycée professionnel, soutenue par certain syndicat. L'abrogation du décret Cherpion et la limite des 15 ans pour l'accès aux classes de dispositif d'alternance vers l'apprentissage représentent une condamnation des ces structures, véritables solutions au décrochage scolaire en collège.

La mise en place de l'ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l'éducation) montre des problèmes de coûts trop élevés pour les jeunes stagiaires contractuels, dont une quarantaine a déjà démissionné. Le SNALC demande une clarification du parcours de professionnalistion de la formation enseignante et une gratuité de l'accès aux ESPE.

Enfin, le SNALC déplore que la date de la rentrée 2014 ne soit pas connue à ce jour, et plaide pour un calendrier adapté prenant en compte la spécificité du mois de janvier, véritable tradition à la Réunion. Le SNALC/FGAF rejette la copie du calendrier néo-calédonien, dit climatique.

Le bureau académique du SNALC/FGAF Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)