Courrier des lecteurs de LaRéunionEcolo :

Les derniers mensonges des communistes réunionnais


Publié / Actualisé
A quelques jours de la visite du ministre de l'Outre-Mer à La Réunion, le PCR tente désespérément de faire monter la pression contre la Nouvelle Route du Littoral. Dans l'éditorial du journal communiste du lundi 14 octobre, un certain J.B propose de qualifier de crime le gaspillage de l'argent public et prend comme par hasard l'exemple du financement de la nouvelle route du littoral.
A quelques jours de la visite du ministre de l'Outre-Mer à La Réunion, le PCR tente désespérément de faire monter la pression contre la Nouvelle Route du Littoral. Dans l'éditorial du journal communiste du lundi 14 octobre, un certain J.B propose de qualifier de crime le gaspillage de l'argent public et prend comme par hasard l'exemple du financement de la nouvelle route du littoral.

Ce papier communiste amène plusieurs réflexions.

Primo, le financement de la Nouvelle Route du Littoral est bouclé : ce chantier coûte 1,6 milliards d'€ et les accords de Matignon II signé par le Président de Région Didier Robert et le Premier Ministre de l'époque, assure le bouclage financier de l'opération. D'ailleurs les réponses aux appels d'offre de ce chantier confirment ce montant initial puisque les coûts estimés sont de -5 à -10 % des coûts prévisionnels.

Deuxio, concernant le gaspillage d'argent public, les communistes réunionnais devraient éviter de donner des leçons car si on prend le cas de la commune de St-Louis dirigée par le PCR, c'est un très mauvais exemple : cette municipalité est sous tutelle financière et la chambre régionale des comptes de manière régulière dénonce la mauvaise gouvernance financière de cette commune.

Enfin en matière de crime, les communistes sont vraiment mal placés en donneurs de leçons. Il suffit simplement de lire le livre noir du communisme écrit en 1997 sous la direction de l'historien Stéphane Courtois. Sur 840 pages, les auteurs décrivent les crimes, plus de 80 millions de morts, commis par les dirigeants des pays se revendiquant du communisme en Russie, en Chine, en Corée du Nord (guerres, purges, répressions, famines provoquées. travaux forcés et tortures dans les camps...). Et qu'a dit le PCR de ses exactions de ces partis frères ?
Rien ! Alors Messieurs les communistes : un peu de dignité, et cessez de donner des leçons et faites plutôt votre introspection, quelles fautes avez-vous commis pour avoir été ainsi rejeté dans tous les pays y compris à La Réunion ?

Marie-Annick Fougeroux, Secrétaire de LaRéunionEcolo

   

2 Commentaire(s)

Le goupil, Posté
C'est étrange que les discours anti communiste se bornent systématiquement à citer les déviances de certains pays (léninisme, stalinisme etc.). Ont peut certainement faire la même chose en parlant des dictatures de droite... c'est un raccourci facile et sans intérêt. En revanche, il paraît étrange que les écolos à La Réunion penchent à droite alors qu'ils ont historiquement de gauche... en supposant que ses dirigeant soient issues en majorité d'une source métro, peut-on parler d'héritage du colonialisme ? (ben oui, tout le monde peut faire des raccourcis dans les discours)
Citoyens du sud, Posté
En effet, les électeurs réunionnais n'ont plus aucune confiance au PCR et n'en veulent plus! Les dernières élections en sont la preuve! Mais pour ce qui est du projet délirant de la route sur l'océan, c'est une autre histoire: c'est prouvé que tout chantier dépasse de 200 à 250% les coûts estimés lors de son démarrage. Donc en effet ce sera bien plus que 1,6 milliards qu'il finira par coûter en final. Et ce sera aux pauvres contribuables réunionnais de trouver les 3 à 4 milliards à le payer. Pour ma part, je suis non imposable (comme la plupart des réunionnais), donc voyez comment vous allez le payer ce chantier débile et inutile! Je vous rappelle que la Route des Tamarins qui avait aussi dépassé très largement le budget, a été payé à 80% par le contribuable réunionais (l'Etat et l'Europe n'ayant pas voulu compenser plus)! Il y a déjà une route, la corniche, qu'il suffirait de sécuriser par une couverture comme dans toutes les routes de montagnes dans le reste du monde.