Courrier des lecteurs :

Le drapeau réunionnais ? Il est déjà hissé !


Publié / Actualisé
Un média de la presse écrite a lancé récemment le débat sur la question du drapeau réunionnais. Pour, contre ? Quel dessin ? Quelles couleurs ? Que le débat soit passionné, même si certains trouvent cela secondaire, c'est normal. On touche au symbolique et au politique et c'est sensible.
Un média de la presse écrite a lancé récemment le débat sur la question du drapeau réunionnais. Pour, contre ? Quel dessin ? Quelles couleurs ? Que le débat soit passionné, même si certains trouvent cela secondaire, c'est normal. On touche au symbolique et au politique et c'est sensible.

En tant qu'êtres de culture, les êtres humains vivant en société ont besoin d'un emblème qui les représente, une figure en laquelle ils se reconnaissent comme appartenant à un même groupe. Fleur, animal, dessin géométrique, couleurs, l'imagination n'a pas de limites.

Marqueur de l'identité du groupe, le drapeau fonctionne alors comme signe de ralliement, celui derrière lequel on se rassemble. On pense par exemple au tableau d'Eugène Delacroix, "La liberté guidant le peuple", évoquant Les trois Glorieuses de juillet 1830 : une femme aux seins nus brandit le drapeau bleu, blanc, rouge.

Dans l'histoire des peuples, les expressions politiques se sont manifestées à travers le choix des drapeaux. Le drapeau rouge, à l'origine, a signifié l'union des prolétaires au-delà des frontières nationales, l'internationalisme de la lutte. Les anarchistes préfèrent le drapeau noir, protestation contre l'oppression de tout Etat. Lors d'une manifestation des sans travail, Louis Michel aurait attaché un vieux jupon noir à un balai : quel symbole !

Et La Réunion, dans tout ça ? Une fois de plus, elle est à part. Bien sûr, le drapeau bleu, blanc, rouge flotte devant tous les bâtiments officiels, conformément à la loi. Si bien, qu'il y a quelques décennies, Daniel Vabois faisait rire son public en disant : "mi koné lo drapo réyoné ! Lé blë, blan, rouz". Mais pourquoi n'y aurait-il pas - aussi - un drapeau réunionnais spécifique ?

Finalement, les secteurs commerçants sont plus réactifs que les politiques et depuis quelques années on voit le modèle proposé par Guy Pignolet reproduit sur divers supports commercialisés. Au point d'offusquer certains qui considèrent que c'est un manque de respect. Peut-être ces commerciaux ont su percevoir une aspiration encore timide, à laquelle ils ont répondu. Pour que cela ne soit pas qu'une affaire publicitaire, il suffirait de donner au drapeau réunionnais une forme d'existence officielle et de le hisser haut !

Eh bien, cela existe déjà. Devant la nouvelle mairie du Port, quatre drapeaux voisinent sans problème depuis quelques mois : celui de l'Europe, celui de la République française, celui de la ville, Le Port sa mèm mèm, et le drapeau triangle rouge, rayons jaunes sur fond bleu, drapeau Larényon. Ce n'est qu'un début : à qui le prochain tour ?

Angela

   

1 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Je ne peux pas croire que je suis le seul à avoir l'oeil et l'âme blessés par cette écriture : "larényon". Pourquoi pas aussi carrément "larayon"?