Courrier des lecteurs du SAIPER PAS 974 :

Ça sent le bouillon


Publié / Actualisé
Plus le ministre de l'éducation nationale intervient dans les médias pour vanter la réforme des rythmes scolaires et plus le mécontentement grandit à tous les niveaux et dans toutes les régions.
Plus le ministre de l'éducation nationale intervient dans les médias pour vanter la réforme des rythmes scolaires et plus le mécontentement grandit à tous les niveaux et dans toutes les régions.

L’absence de dialogue et la volonté persistante d’asséner cette réforme envers et contre tout, s’arcboutant sur l’intérêt sacré de l’enfant (alors même que le travail le mercredi est unanimement jugé néfaste) a conduit M. Peillon à cette impasse politique et stratégique. Il a ainsi réussi à mécontenter l’ensemble des partenaires : ici ce sont les parents qui sont furieux : les enfants sont fatigués et privés de sieste, les activités proposées sont inadaptées, la sécurité des élèves n’est plus assurée car il ne peut plus y avoir de contrôle sur les adultes qui se trouvent dans les écoles.

Là ce sont les mairies, qui pour certaines croyaient véritablement à ce projet, créateur d’emploi et qui se trouvent maintenant confrontées au mécontentement des animateurs (à Angers ce sont 135 animateurs qui ont ainsi démissionné, d’autres seront en grève jeudi) au mécontentement des parents alors que les élections municipales se profilent dans quelques mois. Plusieurs maires ont ainsi appelé à ne pas appliquer la réforme à la rentrée 2014, inquiets du fait que le budget prévu par le gouvernement soit déjà en quasi-totalité utilisé alors que seuls 20% des communes sont concernées.

Le plus grave finalement est  que le ministère au fait d’un fonctionnement optimum pour les enfants aurait du jouer son rôle de chef d’orchestre et ne pas laisser s’installer un tel gâchis.

La participation à la grève de jeudi 14 novembre 2013 est un point d’orgue de notre lutte contre l’application forcée d’une réforme dont aucun partenaire ne veut, en l’état.

En effet, si les grèves et les manifestations sont suffisamment relayées alors se dessinera la fin programmée de cette réforme telle qu’elle est conçue actuellement ; les aménagements annoncés pour les écoles maternelles préfigurent sans aucun doute une latitude laissée aux communes pour l’application en 2014. Mais nous serons vigilants pour que les conseils d’école jouent pleinement leur rôle.

SAIPER PAS 974

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Jean-Denis, Posté
    "La loi sur les rythmes scolaires est, sur les principes, extrêmement bonne",
    Luc Ferry et Xavier Darcos, ministres de l'Éducation nationale sous des gouvernements de droite, ont tour à tour exprimé vendredi leur soutien à la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon, très décriée par l'UMP.
    Dois_je rajouter que 4000 communes ont franchi le pas, mais comme les réultats sont bons, la généralisation de cette réforme donne des sueurs froides aux syndicalistes, à la Droite.

    Alors que les parents sont libres d'empêcher leurs enfants aux activités périscolaires, car elles ne sont pas obligatoires, pourquoi les activités ont autant de succès ?