Tribune libre :

Jean-Jacques Vlody a-t-il les qualités pour être maire du Tampon ?


Publié / Actualisé
La récente mise en examen du député socialiste et vice-président du Conseil général de la Réunion pour complicité de discrimination à l'embauche dans l'affaire du foyer de l'enfance de Terre-Rouge jette le discrédit sur la tête de liste socialiste pour les élections municipales du Tampon en mars 2014. Comment les électrices et les électeurs tamponnais peuvent-ils faire confiance à un élu de la République qui est mis à nu dans une affaire politico-judicaire de cette ampleur.
La récente mise en examen du député socialiste et vice-président du Conseil général de la Réunion pour complicité de discrimination à l'embauche dans l'affaire du foyer de l'enfance de Terre-Rouge jette le discrédit sur la tête de liste socialiste pour les élections municipales du Tampon en mars 2014. Comment les électrices et les électeurs tamponnais peuvent-ils faire confiance à un élu de la République qui est mis à nu dans une affaire politico-judicaire de cette ampleur.

Bien sûr qu’il faut respecter la présomption d’innocence mais en l’espèce l’affaire est grave puisqu’il s’agit quand même  de favoritisme. L’élu socialiste est  accusé de faits gravissimes : le recrutement des militants PS pour services rendus sans expérience ni formation dans le domaine social en remplacement du personnel expérimenté  du Foyer de Terre Rouge qui a été mis à la porte à la suite de l’alternance politique en 2008 alors que les agents de ce type de structure eu égard au public difficile qu’il héberge doit nécessairement avoir un profil professionnel spécifique.
  
Les Tamponnaises et les Tamponnais ne peuvent pas se permettre de voter pour le candidat Vlody car il risque gros dans cette affaire en particulier l’inéligibilité. Au contraire, le 23 mars 2014, les Tamponnaises et Tamponnais vont faire un choix nécessaire, logique et réfléchi en élisant  sans hésitation pour les 6 années à venir un maire sans prendre le risque d’un changement de majorité en cours de mandature ce qui augmenterait le danger d’une d’instabilité politique dans la commune.
  
Par ailleurs, Jean-Jacques Vlody risque également l’inéligibilité en raison du probable dépassement de ses frais de campagne. Rappelons que lors du meeting de son lancement de campagne, le député socialiste a bénéficié  du soutien physique en la personne de Victorin Lurel présent à ses côtés, Ministre des Outre-Mer,  le 17 octobre dernier. D’ores et déjà il faudrait inclure le montant des frais de voyage du ministre Lurel dans les comptes de campagne du candidat Vlody. On peut ainsi être sûr que son compte de campagne a explosé ; Il est opportun de rappeler que beaucoup d'Hommes politiques  ont été déclarés inéligibles pour beaucoup moins que çà (cf. Eric Fruteau).
  
Enfin on remarquera curieusement que Jean-Jacques Vlody est mêlé en tant qu’administrateur ou Président à la gestion de certains organismes qui se sont faits remarqués par une mauvaise gestion, des licenciements et des recrutements assez obscures (Redetar, Saphir et maintenant GCEIP
  
Là encore Jean-Jacques Vlody a brillé par sa médiocrité et son manque de souci pour  que s'applique le principe de "bonne gouvernance". Il a appliqué un principe de gestion très connu du PS : ...faire fanfaron dans la poche camarade...Avec un tel bilan catastrophique et prometteur dans le mauvais sens du terme, c’est clair, Jean-Jacques Vlody ne mérite pas notre vote au Tampon.   
  
Xavier-Luc Picard
Le Tampon   

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !