Tribune libre de la FSU Réunion :

Gaston Crochet : un collège abandonné ?


Publié / Actualisé
Suite à l'agression d'un enseignant et à la mise à sac de l'infirmerie du collège Gaston Crochet à la Plaine-des-Palmistes le 17 avril dernier , la FSU tient à apporter son soutien à l'ensemble de la communauté éducative de cet établissement.
Suite à l'agression d'un enseignant et à la mise à sac de l'infirmerie du collège Gaston Crochet à la Plaine-des-Palmistes le 17 avril dernier , la FSU tient à apporter son soutien à l'ensemble de la communauté éducative de cet établissement.

Ce collège souffre d'un manque de moyens humains flagrant (CPE malade non remplacé, pas de principal adjoint, pas d'agent d'accueil, trop peu de surveillants) qui rend difficile, pour les personnels, l'exercice serein de leurs métiers puisqu'en effet les conditions de sécurité des élèves et des personnels ne sont pas réunies.

Ces carences s'illustrent tout particulièrement à la pause méridienne : le collège n'étant pas doté d'une cantine, les quelques 200 demi-pensionnaires doivent se déplacer à l'extérieur de l'établissement uniquement accompagnés par un ou deux adultes, faute de personnel d'encadrement en nombre suffisant !

Les personnels du collège ont interpellé les autorités (Rectorat, Conseil Général, Mairie) pour obtenir un renforcement des effectifs de Vie Scolaire.

La FSU demande que des décisions responsables soient rapidement prises. Elles auraient dû l'être depuis des années que cet établissement est sous-doté et sous-équipé.

Pour la FSU Réunion
Marie-Hélène Dor, Léandre Billaud

   

1 Commentaire(s)

GOYAVLET, Posté
Abandonné???
Non pas abandonné mais très mal géré.
Mal géré par une principale incapable de la moindre discussion.
mal géré par son autorité déplacée, elle-même disant qu'il n'y a qu'elle qui connait sont métier.
Ce n'est pas par manque de moyens humains ou financiers, mais par l'incapacité de cette jeune principale à instaurer un dialogue entre toutes les parties du collèges, enseignants, vie scolaire, administration, qui a créé cette situation de pourrissement latent dans ce petit collège de l'île.
A croire, en permanence, que l'on ne lui veut que du mal, on finit par se l'attirer.
La FSU démontre une nouvelle fois son incapacité à réagir quand il le faut, car voilà des années que certains attirent leur attention sur le fait que ce collège est en désuétude, par la faute du rectorat, par la faute de notre conseiller général fantôme, et par la faute de cette principal-adjointe nommée à la plaine, qui n'est juste là que pour avoir un meilleur poste.
Sans oublier les demandes de mutation des professeurs remplacés par des contractuels qui viennent au collège la boule au ventre.
Plutôt que de demander un renforcement des effectifs de la vie scolaire, il serait plus judicieux de changer de principal, un vrai, qui lui se battra pour la réussite de nos jeunes : élèves et enseignants.
Quand à l'infirmier, ne vous laisser pas aveugler par les syndicats, et interroger les parents et enseignants, il y aurait beaucoup de choses à dire et à savoir.