Tribune libre du Conseil représentatif des Français d'Outre-mer :

Le CREFOM intervient en faveur d'une élite administrative locale


Publié / Actualisé
A la veille du déplacement à l'Ile de la Réunion et à Mayotte du Ministre de l'Intérieur les 19 et 20 juin et du président de la République, fin juillet, Patrick Karam, Président du Conseil Représentatif des Français d'Outre-Mer (CREFOM), saisit M. Bernard Cazeneuve et M. François Hollande, par courriers (en pièce jointe) sur deux sujets : la formation et la présence de cadres ultramarins dans la fonction publique en outre-mer, sujets explosifs qui avaient compté dans l'engrenage qui a conduit la Guadeloupe au bord du gouffre en 2009 avec la crise du LKP (Photo d'archives).
A la veille du déplacement à l'Ile de la Réunion et à Mayotte du Ministre de l'Intérieur les 19 et 20 juin et du président de la République, fin juillet, Patrick Karam, Président du Conseil Représentatif des Français d'Outre-Mer (CREFOM), saisit M. Bernard Cazeneuve et M. François Hollande, par courriers (en pièce jointe) sur deux sujets : la formation et la présence de cadres ultramarins dans la fonction publique en outre-mer, sujets explosifs qui avaient compté dans l'engrenage qui a conduit la Guadeloupe au bord du gouffre en 2009 avec la crise du LKP (Photo d'archives).

Les Réunionnais qui ont accordé une confiance massive au Président de la République lors des dernières présidentielles dénoncent de plus en plus fortement leur absence de toute instance ministérielle et de toute nomination dans la haute fonction publique et dans les postes d’encadrement, en dépit du poids démographique de leur Département.

La République doit aujourd'hui s'efforcer de répondre à cette attente populaire et donner les signaux nécessaires pour apaiser ce ressentiment.

Le Président de la République a été saisi en urgence par courrier du président du CREFOM sur la mesure injuste prise à l’encontre des nouveaux lauréats Réunionnais au concours de Personnel de Direction de l’Education Nationale 2014 qui doivent effectuer leur première année de stage dans un établissement de l’Hexagone où ils sont affectés : contrairement à ce qui se faisait jusqu’à présent, l’avance de leurs frais de déménagement par l’académie d’origine est supprimée, au mépris de leurs difficultés particulières : coût exorbitant des billets d’avion ajouté aux frais de déménagement et autres désagréments financiers (crédits en cours, taux d’endettement, perte de la majoration outre-mer sur le salaire, perte d’emploi pour certains conjoints accompagnateurs)

Cette décision administrative nouvelle dans l’académie de la Réunion, en contradiction avec la pratique des autres académies ultramarines, notamment de Martinique et de Guyane, lèse les intérêts des Réunionnais et les privent, de fait, d’un égal accès aux postes d’encadrement.

Cette situation portée à la connaissance des 14 lauréats, un mois avant leur départ le 23 juin, peut conduire certains à renoncer au bénéfice du concours et contredit les intentions affichées de l’Etat de créer les conditions de l’émergence d’une élite administrative locale.

Le Ministre de l’Intérieur, quant à lui, a été saisi de la prochaine nomination d’un nouveau Directeur Départemental de la Sécurité Publique à la Réunion.

Le CREFOM :

- souligne que la relative absence de représentativité sur le plan national contribue à une défiance de la population vis-à-vis des institutions, et cette défiance se manifeste avec encore plus d’acuité lorsque la population a le sentiment de ne pas être suffisamment représentée sur le plan local.

- rappelle la Circulaire du 23 juillet 2010 qui incite chaque Administration à " mettre en place un plan d’action visant à promouvoir la diversité des recrutements et comportant un volet relatif aux orientations en matière d’affectation et de gestion des personnels dans les départements d’Outre-mer. "

Sur cette base, le Président du CREFOM, dans une lettre adressée au Ministre de l’Intérieur lui suggère de nommer au poste de Directeur départemental de la Sécurité Publique de la Réunion, Monsieur Jean-François Lebon, actuellement directeur adjoint de la Sécurité publique de la Réunion qui a été régulièrement en poste dans plusieurs départements de l’hexagone et qui possède une parfaite connaissance de la région et des états de service exceptionnels, reconnus et salués de manière unanime.

Une telle décision serait non seulement conforme à la demande du Président de la République qui estime avec le CREFOM que " la représentation des Outre-mer en tant que composante de la diversité de la population de notre pays doit être favorisée ", mais surtout, elle constituerait à la veille du déplacement à l'Ile de la Réunion du Ministre de l’Intérieur été du Président de la République un signal fort qui sera bien reçu par l’ensemble des Réunionnais et contribuera à l’apaisement des tensions qui se font jour suite aux dernières nominations et aux incompréhensions consécutives.

A la lumière de ces deux dossiers, et d’une façon générale, le Conseil Représentatif des Français d’Outre-Mer plaide pour une meilleure représentation des ultramarins, composantes de la diversité de la population française, à tous les niveaux de responsabilité sur la base de leur compétence et de leur talent.

Richel Sacri, délégué régional du CREFOM REUNION sera donc présent le 20 juin 2014 à 9h devant La Préfecture de la Réunion à l’appel de deux associations membres du Bureau réunionnais du CREFOM, Nou lé kapab (AJFER), dirigée par Gilles Leperlier  et du collectif GPX 974 (Police Nationale), dirigé par Idriss Rangassamy sur la problématique de l’accès à l’emploi et aux mutations des réunionnais.

Conseil représentatif des Français d’Outre-mer

   

5 Commentaire(s)

KETTY WALPO, Posté
Joliiiiiiiiiiii Monsieur RINALDO , Bien vu , bien analysé, bien évalué, et des propositions concrètes, pratico pragmatiques
Parny, Posté
Depuis que la tendance est à la désignation de ministres ultra marins pour s'occuper des outre mers (et jamais encore de réunionnais), j'ai souvenir de plusieurs polémiques autour de leur partialité notamment au profit des Antilles. Aujourd'hui on nous affirme qu'un Chef de la Police Créole sera plus profitable aux réunionnais....C'est un discours simpliste et réducteur au service de l'ambition d'un homme, qui au prix d'artifices administratifs, se maintient en poste sur l'île depuis 10 ans. C'est long 10 ans, c'est trois fois plus que ce que permet ordinairement le statut des Commissaires de Police, un corps que le postulant a le mérite d'avoir rejoint, mais un corps qui s'enorgueillit d'être astreint à la noble mobilité. Une sorte de sacrifice essentiel auquel seuls les vrais chefs sont soumis. C'est assez en tout cas dix ans, pour organiser le bas de fer auquel nous assistons, assez pour construire un réseau suffisamment fort pour faire plier Paris. Après notre DDSP créole nous n'auront plus qu'à avoir un Préfet Réunionnais pour avoir définitivement tourné le dos à l'idée même d'un Département Français d'Outre Mer. Je ne sais quelle sera l'appellation la plus appropriée, mais La Réunion aura de fait, cessé d'être le DOM dans lequel je suis né.
Payet, Posté
Le commentaire de la soi disant martinebonbois est toujours le même utilisé par un aigri lâche qui se cache sous différent pseudo. Patrick Karam a été élu à l'unanimité des 263 membres fondateurs du conseil représentatif des français d'outre mer dont toutes les grandes associations antillaises. Un sondage fait de lui l'un des hommes les plus populaires de la Guadeloupe, celui que les Guadeloupéens souhaitent voir jouer un plus grand rôle à l'avenir. Bonne chance au CREFOM et bonne chance à Patrick Karam qui par son parcours a largement montré son dévouement pour l'outre mer
Rinaldo maurice, Posté
Pour que cette proposition soit crédible,il faut que la FRANCE COLONIALE REPARER SES NOMBREUSES PREDATIONS COMMISES DANS NOTRE REGION LATINE ET CARAIBE DEPUIS 1505 T OUT PARTICULIEREMENT RAPPATRIE CHEZ EUX LES MILLIERS DE DEPORTES ANTILLAIS SE TROUVANT ENCORE EN BRETAGNE A TOULON EN CORSE A ISLE D'ELBE SE SONT PARMIS EUX QUE LA ROUTE AJACCIO BASTIA FUT CONSTRUITE DE 1802 A 1824 ..LE PAIEMENT DES 15 PRODUCTIONS VOLEES QUI VONT DU MANIOC A TORTUES MARINES ..QUE NOTRE DELEGUE KARAM PUBLIE LES SUBVENTIONS ACCORDEES PAR LA VILLE DE PARIS ET VOIR SI LES DOMIENS EN ONT OBTENU POUR CREER DES CRECHES DES,DES CENTRES AERES ECOLES PRIVEES COMME L'ONT LES MEMBRES DE LA COMMUNAUTE JUIVE 550000 MEMBRES ALORS QUE NOUS PLUS DE 2 MILLIONS ... .ALORS QUE NOUS PAYONS IMPOTS TAXES REDEVANCES TELES AMENDES ...
Martinebonbois, Posté
patrick karam est conspué pour sé démagogie aux antilles, il n'y a qu'à la Réunion pour récupérer tout les mauvais....qu'est que l'AJFER est allé faire cette bande d'arriviste ??