Tribune libre :

Solidaires Finances Publiques dénonce l'interdiction de payer en espèce des créances de plus de 300 euros


Publié / Actualisé
Les années passent et la file d'attente aux guichets des centres des Finances Publiques s'allonge. L'échéance de taxe foncière, combinée à l'augmentation de l'Impôt sur le revenu, amène en masse les contribuables à demander des étalements de paiement. L'application de la règle des 300 euros depuis le 1 septembre 2014 est venue couronner cette rentrée fiscale malheureuse.
Les années passent et la file d'attente aux guichets des centres des Finances Publiques s'allonge. L'échéance de taxe foncière, combinée à l'augmentation de l'Impôt sur le revenu, amène en masse les contribuables à demander des étalements de paiement. L'application de la règle des 300 euros depuis le 1 septembre 2014 est venue couronner cette rentrée fiscale malheureuse.

Il n'est plus possible de payer en espèces une créance supérieure à 300 euros aux caisses de la DRFIP.

Beaucoup de gens se sont donc vus refuser leurs paiements à nos guichets et sont repartis sans payer avec consigne d’utiliser des moyens modernes de paiement (Chèque, CB, prélèvement sur compte bancaire courant, mandat, Internet etc...).

Solidaires Finances Publiques soutient que contraindre les citoyens à utiliser un service privé payant pour régler leurs impôts est une atteinte grave au service public qui, tout en se modernisant, doit rester accessible à l’ensemble des citoyens quelque soit leurs ressources et leur niveau social.

Solidaires Finances Publiques dénonce la dématérialisation et l'informatisation à outrance imposées sans alternative par le gouvernement à la population.

Solidaires Finances Publiques affirme avec force que cela va à l'encontre de notre obligation de protection des personnes les plus fragiles, qui est la base même du service public et du principe d'égalité entre les citoyens. Ce sont les personnes déjà éprouvées par les difficultés financières et sociales qui subissent de plein fouet ce genre d’expérimentations sauvages.

La sécurité des agents, invoquée en parfaite hypocrisie pour l'édiction de cette règle par l’administration, est mise à mal, lorsqu'ils se retrouvent, seuls, face au contribuable justement excédé.

Pour Solidaires Finances Publiques Réunion,
Eric METRO

   

2 Commentaire(s)

RV, Posté
bonjour,
je voudrai savoir si, en ayant 700 euros d'impôts, je peux régler au guichet du trésor public ce montant en plusieurs échéances inférieures à 300euro en espèce
SICOCENDO, Posté
COMMENT FAIRE ALORS???? PAYER EN NATURE...>>