Tribune libre de la FCPE 974 :

Journée banalisée : consulter, c'est bien, mais pas au détriment des élèves !


Publié / Actualisé
La ministre de l'Éducation nationale ouvre une consultation des enseignants sur les programmes de l'école maternelle et le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Dès que la fédération nationale a eu connaissance des dates choisies pour la demi-journée banalisée (ce jeudi 9 octobre, ndlr), contact a été pris avec le ministère pour exprimer notre désaccord et demander que cette consultation ait lieu hors temps scolaire.
La ministre de l'Éducation nationale ouvre une consultation des enseignants sur les programmes de l'école maternelle et le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Dès que la fédération nationale a eu connaissance des dates choisies pour la demi-journée banalisée (ce jeudi 9 octobre, ndlr), contact a été pris avec le ministère pour exprimer notre désaccord et demander que cette consultation ait lieu hors temps scolaire.

Pour la FCPE, cette consultation importante ne doit pas se faire au détriment de l’accueil des élèves.

Parce que les parents - membres à part entière de la communauté éducative - n’ont pas à subir les consultations internes à l’Éducation nationale, la FCPE dénonce cette demi-journée banalisée qui ne tient pas compte des contraintes des familles.

La FCPE a convenu avec le ministère que ce temps banalisé, aurait lieu le mercredi après-midi, et qu’en échange, les enseignants pouvaient récupérer sur le vendredi de l’ascension, ce qui correspond aussi à une de nos demandes.

Or, le ministère de l’Éducation nationale nous a prévenus qu’il serait laissé liberté aux recteurs de changer ou non, la date de consultation initialement prévue par eux, en fonction des difficultés rencontrées sur le terrain.

La FCPE demande que la consultation soit reportée sur des temps hors scolaire. La FCPE974 a sollicité le recteur de l'académie de La Réunion et l'inspecteur académique sur ce sujet.

Pour la FCPE il faut tenir compte des contraintes des familles réunionnaises, et de ne pas pénaliser les enfants en leur retirant une demi-journée d'école et de saisir l'opportunité offerte par le ministère de l'Éducation nationale.

Daniel Amouny, président de la FCPE 974

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !