Lettre ouverte au préfet :

Sicalait - Les salariés ne veulent ni du nouveau président ni d'Olivier Dekokère


Publié / Actualisé
Ce vendredi 19 décembre 2014 en matinée, les chefs de services et le personnel administratif de la Sicalait ont été convoqué afin d'être informés des éléments suivants : élection d'un nouveau bureau du Conseil d'Administration avec 7 membres présents ; élection d'un nouveau président avec 7 membres présents. La nouvelle n'ayant pas été comprise de la part de salariés convoqués, il a été décidé de convoquer l'ensemble des salariés (de Sicalait - SDPMA-Fermes et Jardins - ndlr).
Ce vendredi 19 décembre 2014 en matinée, les chefs de services et le personnel administratif de la Sicalait ont été convoqué afin d'être informés des éléments suivants : élection d'un nouveau bureau du Conseil d'Administration avec 7 membres présents ; élection d'un nouveau président avec 7 membres présents. La nouvelle n'ayant pas été comprise de la part de salariés convoqués, il a été décidé de convoquer l'ensemble des salariés (de Sicalait - SDPMA-Fermes et Jardins - ndlr).

Au vu des éléments ci-après qui ont été portés à notre connaissance :

Attendu que Monsieur Patrick Hoarau président du conseil d'administration de la Sicalait n'a pas expressément formulé sa volonté de démissionner ;

Attendu que le Conseil d'Administration n'a reçu aucun écrit avec accusé de réception en ce sens ;

Attendu que tous les conseils d'administration requièrent la présence d'un représentant du personnel pour toute réunion et instance délibérante ;

Attendu qu'aucun représentant du personnel n'ait été convoqué à cette instance délibérante.

Nous, salariés de l'Unité Economique Sociale : ne reconnaissons pas le nouveau bureau élu ; ne reconnaissons pas le nouveau président élu.

Nous considérons donc l'élection de ce nouveau bureau et l'élection de son président en son sein illégales et sans autorité aucune.

En conséquence, nous en appelons au Préfet de La Réunion et au Président de la Chambre d'Agriculture et toute autre autorité compétente sur le territoire dans ce domaine, de bien vouloir intervenir pour que l'ordre et la raison soient rétablis au sein de l'entreprise Sicalait dont nous sommes salariés.

Nous demandons à ces autorités de bien vouloir prendre en compte les antécédents récents relatés dans l'ensemble de la presse locale concernant la demande de départ du directeur Monsieur Olivier Dekokère pour divers motifs non des plus négligeables.

Il est important de porter à la connaissance de ces autorités que ladite demande a été immédiatement abandonnée par ce nouveau bureau et en son sein, son président Monsieur Julien Huet, seul agriculteur présent aux côtés de Monsieur Olivier Deokokère lors du précédent mouvement de grève qui avait retenu l'attention et la participation de la grande majorité des salariés de la Sicalait.

Il est important de porter à la connaissance de ces autorités que ladite demande avait été la condition sine qua non pour l'arrêt immédiat de la grève et reprise sans délais du travail et que la majorité des revendications avaient été purement et simplement abandonnées au profit de celle-ci.

Il est important de porter à la connaissance de ces autorités que des menaces verbales avaient été proférées par certains membres du conseil d'administration, à savoir Messieurs Laurent Vitry, Jacky Clain et Johnny Barret à l'encontre de la délégation composée de salariés grévistes de l'UES et de leur porte-parole.

Il est important de porter à la connaissance de ces autorités qu'une société en communication a été employée afin d'élaborer des communiqués de presse et intervention de Monsieur Olivier Dokokère et que ces communiqués ont été envoyés après que l'annonce de sa mise à pied conservatoire ait été faite aux salariés. Cela démontrant qu'au sein même du conseil d'administration, la mésentente est de mise.

Il est important de porter à la connaissance de ces autorités que la majorité des éleveurs avaient rejoint le mouvement et fait acte de leur mécontentement à l'égard du directeur Olivier Dekokère.

Aux vus de ces éléments, Monsieur le Préfet, Monsieur le Président de la Chambre d'Agriculture, vous comprendrez que la sérénité ne peut être retrouvée au sein de notre entreprise et que nous estimons que ce nouveau bureau et en son sein son directeur Julien Huet n'ont aucun pouvoir à diriger la Sicalait.

Afin de pouvoir vous aider dans vos missions respectives et dans l'ultime fin de nous aider nous-même pour la sauvegarde de notre entreprise, nous tenons à votre entière disposition tous les éléments que nous avons en notre possession justifiant le départ de Monsieur Olivier Dokokère en raison de sa politique sociale et des décisions économiques qu'il prend au sein de la Sicalait.

Nous vous informons que le président de la Sicalait, Monsieur Patrick Hoarau, en présence de Monsieur Michel Picard (administrateur) avaient ainsi pris connaissances de l'ensemble des griefs à l'encontre de Monsieur Olivier Dekokère suite à la remise d'un document en mains propres d'un projet de lettre afin de remercier Monsieur Olivier Dekokère de ses fonctions. La décision de mise à pieds conservatoire a suivie immédiatement. En effet, ce document comporte des éléments qui vont à l'encontre d'une bonne gestion et de l'étique que doivent avoir des dirigeants au sein de toute entreprise. Certains faits pouvant engager la responsabilité directe de certains membres du conseil d'administration, nous pensons qu'une pression directe est exercée sur les administrateurs, moins au courant des faits et de la situation juridico-économique. Nous pensons très sérieusement que le conseil d'administration est revenu sur sa première décision afin de masquer Ces faits.

Nous sollicitons de votre haute bienveillance votre intervention sans délais et vous remercions de nous avoir lu.

 Les salariés de Sicalait - SDPMA-Fermes et Jardins

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !