Tribune libre :

Transports en commun : l'UNEF exige une réforme dans l'intérêt des jeunes


Publié / Actualisé
Depuis le 11 décembre 2014, une réforme des transports en commun est mise en place, plus précisément en ce qui concerne le réseau de bus " car jaune ". Cette réforme devait consister à rendre plus efficace le système de bus à La Réunion, proposer une alternative à la voiture et contribuer au développement du territoire.
Depuis le 11 décembre 2014, une réforme des transports en commun est mise en place, plus précisément en ce qui concerne le réseau de bus " car jaune ". Cette réforme devait consister à rendre plus efficace le système de bus à La Réunion, proposer une alternative à la voiture et contribuer au développement du territoire.

Une réforme d'ampleur est attendue par les jeunes pour qui la mobilité interne est un véritable enjeu. Pour trouver un travail, accéder aux études... aujourd'hui les réseaux de transport en commun ne sont pas adaptés et représentent un frein à nos études.

Mais le nouveau réseau de bus car jaune ne fait pas l’unanimité, surtout chez les étudiants. Basé sur un sondage (*) des étudiants de l'université de Saint Denis, 86% des étudiants et usagers de ce réseau de bus seraient contre cette réforme appliquée telle qu'elle est actuellement. Dans sa perspective d'amélioration des transports en commun, le conseil général n'a pas su voir tous les aspects qui concernaient cette réforme en particulier concernant les jeunes et les étudiants.

Au lieu d'améliorer l'accès aux transports pour les jeunes, la réforme va dans le sens inverse : la suppression de plusieurs arrêts sur toute l'île obligera parfois à parcourir plusieurs kilomètres à pied ou sur un réseau de bus différent pour se rendre en ville. C'est par exemple le cas à l’Étang-Salé ou les usagers n'ont plus qu'un arrêt.

De plus, les plages horaires sont bien trop souvent en inadéquation avec les cours dans les établissements universitaires, rendant le réseau inutile aux étudiants.

Enfin aucun renforcement du volume de bus n'est prévu, condition nécessaire pour une véritable réforme des transports en commun dans le département. Mais surtout, alors que les jeunes subissent de plein fouet la précarité, aucun nouveau dispositif n'est prévu pour réduire le poids des transports dans leur budget.

Ainsi l'UNEF Réunion a participé le 29 janvier 2015 au rassemblement devant les gares routières pour contester les conséquences de ces réformes. Le président de l'UNEF Réunion a ensuite fait partie de la délégation reçue le matin même par le Département qui a débouché sur une réunion de travail qui aura lieu le vendredi 6 février 2015 et sur la promesse de la mise à disposition de locaux du conseil général afin de permettre la réunion de la CADED (Communauté des acteurs des déplacements durables).

L'UNEF participera en tant que représentants des étudiants à ces deux réunions pour reporter les revendications des étudiants. L'UNEF portera des solutions dans l'intérêt des jeunes et des étudiant.

Pour améliorer le service de transport en commun de l'île, nous revendiquons :

• La gratuité du dispositif libre circulation pour tous les étudiants.

• Une remise à plat de la réforme afin de la rendre réellement plus efficace et adaptée aux besoins des étudiants (nombre de lignes, horaires,...)

(*) Le sondage a été réalisé par des militants de l'UNEF sur des réponses à un questionnaire distribué sur la journée du lundi 26 janvier 2015.

L’UNEF Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !