Tribune libre de la LDH Réunion :

Renforcer l'éducation civique et laïque à La Réunion


Publié / Actualisé
A l'occasion de la fête nationale, fête de la République, la Ligue des Droits de l'Homme à la Réunion tient une nouvelle fois à s'exprimer pour rappeler l'importance de renforcer durablement l'action collective en faveur de l'EDUCATION CIVIQUE ET LAÏQUE à la Réunion.
A l'occasion de la fête nationale, fête de la République, la Ligue des Droits de l'Homme à la Réunion tient une nouvelle fois à s'exprimer pour rappeler l'importance de renforcer durablement l'action collective en faveur de l'EDUCATION CIVIQUE ET LAÏQUE à la Réunion.

La situation révélée par les assassinats terroristes en France depuis janvier 2015 constitue un défi à la cohésion de notre espace social et démocratique. Elle nous rappelle que nous sommes tous CO-RESPONSABLES des droits et des libertés de tous, dans le respect des convictions et des croyances de chacun,  afin de redonner corps aux valeurs de la République et d'en assurer une transmission effective. La montée des périls et plus souvent encore des frustrations sociales sont susceptibles de nourrir un sentiment de défiance et de désenchantement, affaiblissant dangereusement l’éthique démocratique et la citoyenneté tandis que les monstres de la haine raciale, de l’antisémitisme, de l’islamophobie, et de la violence terroriste,  agressent les fondamentaux républicains.

C’est pour tenter de proposer une réponse de la société civile à cette situation que s'est constitué le RESEAU REUNIONNAIS POUR UN AVENIR SOLIDAIRE, réunissant à ce jour quelques 18 associations engagées localement, à des titres divers, dans l'éducation populaire. Ce réseau ouvert d'associations appelle à consolider notre "VIVRE-ENSEMBLE" par un "FAIRE-ENSEMBLE".  Il a proposé, à cet effet, la signature d'une convention partenariale pluriannuelle entre l'Etat, les Collectivités et le mouvement associatif.

L'objectif est clair. Il s'agit, dans le respect du pluralisme des convictions et en continuité avec les actions locales déjà engagées,  de renforcer, par la coopération, l'efficacité de notre action collective concrète, dans les établissements scolaires et dans les quartiers, en matière d'apprentissage de la CITOYENNETE et de la LAÏCITE et pour la transmission des valeurs de la République. Les contacts pris à ce jour, sur ce sujet, avec les principales Collectivités et l'Etat sont assurément encourageants. Mais nous souhaitons, à l'occasion de la Fête nationale, lancer un nouvel appel à tous les acteurs publics et associatifs comme à l'ensemble de nos concitoyens.

Une telle coopération locale est aujourd'hui possible et nécessaire. Les bases nous en sont fournies par nombre d'éléments convergents : la "Charte des engagements réciproques" signée le 14 février 2014 et reconnue par les parties comme appelant une application locale; les récents plans gouvernementaux en faveur de l'éducation civique et laïque et de la lutte contre le racisme;  le "quatrième pilier" de la politique de la Ville relatif aux valeurs de la République et à la citoyenneté; l'engagement à ce titre des municipalités, de la Région et du Département; enfin les préconisations du CCEE et d'autres acteurs…

C'est pourquoi, après les envois faits à toutes parties et dans la ligne des conversations engagées, il nous faut désormais d'un commun accord fixer à brève échéance la date à laquelle nous pourrons signer la convention partenariale en cours d'élaboration par toutes les parties volontaires.

La Réunion, le 14 Juillet 2015
Pour le bureau de la LDH à la Réunion
Isnelle GOUJAR, Présidente

   

1 Commentaire(s)

Mécoué, Posté
Désolé mais à mon avis, on pourra faire et construire toutes les associations possibles, si on ne se rend pas compte que Liberté sans responsabilité, est impossible à vivre en société.
Avec la déliquescence des valeurs et moeurs, beaucoup de jeunes en recherche de repère ne s'y retrouvent plus. La violence sous toutes ses formes, la permissivité doublée d'un certain laxisme ou démission, relayées sans retenu et retard par les médias, tourmentent plus qu'il en faut les jeunes cerveaux en formation et pas encore préparés à faire face aux insanités et turpîttudes du monde, déversées quotidiennement au coeur même des foyers.
L'irrespect que nous permettons ou tolérons que la société porte à nos enfants est me semble-t-il cause en partie de ces jeunes qui vont essayer par des actes répréhensibles donner du sens à leur existence. Les prêches des "loups déguisés en brebis" qui n'ont rien de religieux, n'expliquent pas tout sur le comportement de ces "jeunes" prets au sacrifice ultime.
Pour contrecarrer le discours "des "marchands de canons", la véhémence contre les "ismes" ne suffit pas car bien souvent contre productif. Il nous faut redevenir exemplaire pour nos enfants tout simplement en redevenant l'éducateur qu'ils souhaitent malgré tous les balivernes du modernisme, voir et avoir. Le monde a toujours fonctionné sur ce schéma, n'en déplaise aux spécialistes nouveaux qui prônent de plus en plus le culte de "l'enfant roi".