Tribune libre des associations environnementales :

Cap requins : un pillage subventionné des eaux côtières réunionnaises


Publié / Actualisé
Après l'échec mal dissimulé de son programme drum-line , le comité régional des pêches a lancé, toujours dans une totale opacité, un nouveau programme de palangres qui n'a été évalué par aucun comité scientifique, ni présenté à quiconque.Ce programme cache un véritable pillages des eaux côtières réunionnaises.
Après l'échec mal dissimulé de son programme drum-line , le comité régional des pêches a lancé, toujours dans une totale opacité, un nouveau programme de palangres qui n'a été évalué par aucun comité scientifique, ni présenté à quiconque.Ce programme cache un véritable pillages des eaux côtières réunionnaises.

Cinq pêcheurs, parmi lesquels le propre frère du président du comité régional des pêches, se sont vus attribuer la manne financière de ce programme "palangres". Comme apparemment cet argent  ne suffisait pas à leur appétit, ils sont autorisés à conserver et vendre les " prises accessoires, " c'est-à-dire tous les poissons comestibles qu'ils attraperont.

Les palangres ne sont  pas munies d’hameçons spécifiques à requins mais d'hameçons assez petits pour attraper n'importe quel cabot, carangue ou  vivaneau de plus de 2 kg.

Ce sont maintenant des palangres de dizaines d’hameçons appâtés, capables d’attraper à peu près n’importe quoi, qui vont être placées sans contrôle, tout près des plages, de la réserve, des récifs .

On va non seulement augmenter le danger pour les surfeurs et baigneurs, en attirant les requins encore plus prés, mais on va aussi piller de tous ses poissons revendables la minuscule bande côtière où se concentre toute la vie marine de la Réunion.

En dehors des quelques bénéficiaires subventionnés, c’est toute la petite pêche côtière réunionnaise, de loisirs ou professionnelle, qui est menacée par ce programme.

Cette pêche intensive aura aussi un impact sur des activités comme la plongée, la chasse sous-marine, et même sur la richesse et l’efficacité de la réserve marine.

Se pose aussi la question d'une forme de concurrence déloyale vis-à-vis des autres pêcheurs : des pêcheurs subventionnés pillent la ressource commune et peuvent vendre leurs prises en-dessous de leur prix de revient à quelques privilègiés.

Si, de plus, des fonds européens dédiés à la pêche étaient utilisés pour un programme qui relèverait du rôle de l'État et de la sécurisation, l'affaire pourrait être très grave et digne d'une république bananière. 

Nous attendons donc de Monsieur le Préfet, comme il s'y était engagé, que soient rendus publics tous les documents et conventions signés entre l’Etat qu’il représente, et le Comité Régional des Pêches Maritimes ainsi que tous les documents se rapportant à ces programmes.

Le collectif des associations Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Sauvegarde des requins, Tendua, Vague, Requin Intégration

   

3 Commentaire(s)

Maki, Posté
Réaction déchainé de surfeurs pro-pèche dans les prochaines minutes...
En ce qui me concerne, au vu de la faible concentration de poisson présent sur nos côtes aujourd'hui, il s'agit la d'une fausse bonne idée qui nuira plus qu'autre chose... Entre les pécheurs qui pèchent de façon traditionnelle plus pour de la subsidence qu'autre chose... et les surfeurs qui veulent à tout prix faire mumuse dans l'eau... L'argent public serait mieux investi dans l'éducation de la population aux gangers de la mer et le respect des interdictions puisqu'il y a danger! De toute évidence, si les gens respectaient les interdictions, nous n'aurions pas de mort.
De plus, pour les surfeurs, il existe des vigies requins. Il n'ont plus aucune excuse pour partir surfer ailleurs! (sauf peut être celui de la surpopulation de surfer... n'est ce pas ce problème qu'ils nous ressortent à chaque fois à propos des poissons sur nos cotes?)
Et pour les baigneurs, si réellement nous manquons de place (j'en doute...) nous avons les piscines et nous pouvons toujours aménager des bassins comme l'ont fait nos ancêtres à Grand-Anse ou Manapany par exemple!
Goyavedéor, Posté
Que ces associations (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) arrêtent de manipuler les réunionnais sur des contre-vérités, de la désinformation, de la manipulation orchestrées (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) Que les goyaves de France restent à traiter des veaux, vaches et cochons.
Stef, Posté
si il peuvent pécher les surfeur aussi, cela éviterais aussi les problèmes. moins de surfeur, moins de requins, moins d’attaque, logique?