Tribune libre de Thierry Robert :

"Fair play : la plus belle des coupes qui vaille"


Publié / Actualisé
Lors de l'ouverture des 9ème Jeux des Iles de l'Océan Indien, j'ai adressé à l'ensemble des participants mes voeux de pleine réussite pour cet évènement important de la fraternité régionale, en insistant sur le Fair-Play comme " la plus belle des coupes qui vaille ".
Lors de l'ouverture des 9ème Jeux des Iles de l'Océan Indien, j'ai adressé à l'ensemble des participants mes voeux de pleine réussite pour cet évènement important de la fraternité régionale, en insistant sur le Fair-Play comme " la plus belle des coupes qui vaille ".

J’ai fait le choix de ne pas participer jusqu’ici aux polémiques qui sont nées dans l’enchaînement des couacs et les arbitrages diplomatiques, convaincu que les Jeux sont d’abord la fête du sport. Les athlètes se sont préparés depuis longtemps et méritaient de participer avec sérénité à leurs compétitions sans que la politique ne vienne rajouter aux incompréhensions diplomatiques. Mais parce que le Fair-Play sportif est aujourd¹hui gravement attaqué je sors de ma réserve pour dénoncer l’exclusion de Myriam KLOSTER autant que le disqualification de toute l’équipe et la décision injuste, illégitime et illégale infligée par le CIJ (Conseil International des Jeux) à l'encontre de l’équipe féminine de Volley-Ball !

Je la dénonce avec d'autant plus de vigueur et de fermeté que j’ai bondi devant les informations télévisées où des membres du CIJ auraient, lors
de leur conseil, insinuer que La Réunion n¹est pas française. La remise en cause de notre identité nationale est scandaleuse. Elle est d’autant plus scandaleuse qu’elle semble faite pour disqualifier sur le terrain sportif une équipe réunionnaise.

En conséquence :

- Le CIJ doit immédiatement revenir sur cette exclusion et réintégrer Mme Kloster, le CIJ doit annuler la disqualification de l¹équipe pour se conformer aux règles sportives auxquelles elle a souscrite en conformité avec la Charte Olympique et ses textes d¹application tels que prévus dans ses propres statuts.
- Le CIJ doit prendre les dispositions utiles afin d’identifier parmi ses membres les auteurs de propos méprisants pour l’identité française des Réunionnais. Ces propos constituent une véritable agression envers notre pays, envers la population. Le CIJ doit exiger des auteurs de tels propos leur démission immédiate.

Le Fair Play sportif  doit rester la 1ère priorité des décisions et du fonctionnement du CIJ, or le traitement des recours Mauriciens et Seychellois contre le Volley-Ball Réunionnais semble cruellement manquer à cette exigence !
Faute de responsabilisation immédiate du CIJ, je demanderai à la Ligue Réunionnaise de Volley-Ball de saisir les instances sportives internationales compétentes. Je leur apporterai tout mon soutien et mon appui dans cette démarche pour faire valoir leur droit et réparer le préjudice subi qui est aussi celui de toute La Réunion injustement lésée sur le plan sportif au motif de possibles manoeuvres politiques douteuses.

Thierry Robert

   

3 Commentaire(s)

Cerise, Posté
Enfin un élu qui dit ce quil pense. La li la pas bouger depuis le tps. La li la kosé. Merci de prendre en main cet affair. Parce que la mi vois pas ki i sava bouger sinon. Merci merci pr ces volleyeuses.
Nena i koné rienk critiqué. Mais cela dit na point personne la bouger jusqu ici.
Gino PONIN-BALLOM, Posté
Jeux des îles :
Brandir l’étendard du RESPECT.
Beaucoup d’évènements ont été mis en avant pendant ces jeux des îles mais force est de constater que ce sont surtout les évènements négatifs qui ont eu la primeur.
Une chose est sûre le « NON-RESPECT » a obtenu la plus grosse médaille d’or de ces jeux.
À commencer par les politiques, en plus haut lieu, qui se sont permis d’intervenir dans le déroulement de ces jeux sans respecter le comité d’organisation et la charte actée par le comité et non par les politiques ;
S’en est suivi les répercussions d’incidents diplomatiques que nous avons tous assisté
Et enfin les conséquences de voir les athlètes des différents pays participant soit être obligé de rentrer chez eux sans participer à ces jeux, soit privés de ressentir la fierté d’entendre leur hymne national et de voir se hisser leur drapeau.
Si je puis me permettre,
Respectons d’abord ces athlètes qui se sont préparés depuis plusieurs mois pour ces jeux et pour avant tout la fierté de représenter leur pays respectifs ;
Respectons les membres du Conseil international de demander à faire appliquer la charte actuelle même s’ils auraient pu, avant le début des jeux, se réunir et retravailler celle-ci afin de ne pas pénaliser les athlètes et éviter l’intervention des politiques dans ces jeux ;
Respectons aussi la volonté des sportifs mahorais, comme les sportifs des autres nations participants d’affirmer leur fierté de concourir sous les couleurs de leur pays respectifs et de voir se hisser leur drapeau et d’entendre leur hymne national.

Jusqu’à la fin de ces jeux, que ce soit le comité d’organisation ou les politiques puissions-nous brandir « l’étendard du RESPECT » par égard à ces sportifs afin de respecter leur jeux des îles.

Gino PONIN-BALLOM
Président RASSEMBLEMENT RESPECT REUNION
Fleur caramel, Posté
Tjr ou mm po defend la reunion. Encore 1foi nou lé méprisé. Et lé international cet foi. Avec out reserve i pourra pa di c out fote. Ou sa i lé le Prés. Regional. Acoze c ou ki coze po nou??