Tribune libre de la ligue des droits de l'Homme :

Plaine des Palmistes : retour vers le passé


Publié / Actualisé
Les informations qui nous parviennent de la commune de la Plaine des Palmistes nous alertent en cette période électorale. Si les faits rapportés par la presse sont avérés, il apparaît qu'à l'instigation du maire actuel de la commune, des intimidations persistantes, des menaces et violences physiques ont été commises en raison des "opinions politiques" prêtées à une agent de l'éducation nationale en poste dans une école publique de la Plaine des Palmistes (Marco Boyer, maire de la Plaine des Palmistes - Photo archives).
Les informations qui nous parviennent de la commune de la Plaine des Palmistes nous alertent en cette période électorale. Si les faits rapportés par la presse sont avérés, il apparaît qu'à l'instigation du maire actuel de la commune, des intimidations persistantes, des menaces et violences physiques ont été commises en raison des "opinions politiques" prêtées à une agent de l'éducation nationale en poste dans une école publique de la Plaine des Palmistes (Marco Boyer, maire de la Plaine des Palmistes - Photo archives).

De telles pratiques, qui rappellent une période révolue de notre histoire politique locale, sont évidemment condamnables. Elles contreviennent de façon manifeste aux règles du droit positif qui protègent la liberté politique des citoyens et interdisent toute discrimination en fonction des "opinions".

La Ligue des droits de l’Homme à La Réunion demande donc que toute enquête judiciaire utile soit conduite dans le meilleur délai afin que, le cas échéant, des poursuites judiciaires puissent être engagées à brève échéance contre les auteurs et instigateurs des faits en question.

Elle appelle les Réunionnais à exercer leur vigilance pour empêcher la poursuite ou le renouvellement de telles pratiques.

La Ligue des droits de l’Homme à La Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !