Tribune libre de UNSA Police :

"Délinquance en hausse" et "manque d'effectifs criant"


Publié / Actualisé
L'UNSA POLICE organisation syndicale représentative sur l'Ile de la Réunion, se félicite de la visite de Madame Ericka BAREIGTS secrétaire d'Etat auprès du premier ministre chargée de l'égalité réelle. La mission première de la Police Nationale est d'assurer la sécurité des personnes et des biens. A ce jour, le nombre de patrouilles de police sur le terrain, de jour comme de nuit, ne permet pas une prévention et une dissuasion efficiente, dès lors les services d'investigations sont submergés par les procédures, toutes les unités sont à flux tendu. Le manque d'effectifs est criant.
L'UNSA POLICE organisation syndicale représentative sur l'Ile de la Réunion, se félicite de la visite de Madame Ericka BAREIGTS secrétaire d'Etat auprès du premier ministre chargée de l'égalité réelle. La mission première de la Police Nationale est d'assurer la sécurité des personnes et des biens. A ce jour, le nombre de patrouilles de police sur le terrain, de jour comme de nuit, ne permet pas une prévention et une dissuasion efficiente, dès lors les services d'investigations sont submergés par les procédures, toutes les unités sont à flux tendu. Le manque d'effectifs est criant.

A l’occasion de l’audience de rentrée solennelle de la cour d’appel, le procureur général Claude Laplaud a dressé un tableau alarmant de la situation à la Réunion, avec, en premier lieu, une délinquance en hausse notable à la Réunion: + 9,8 % en 2015, qui concerne aussi bien les atteintes aux biens (+ 24% de cambriolages, + 40% de voitures volées) que les violences (+10 %), ce qui place la Réunion en 17e position au niveau national dans cette catégorie. Même les violences intra-familiales, pourtant "objets de toutes les attentions", ont augmenté de 11%.

Un renfort d'effectifs est donc indiscutable et indispensable dans notre département mais cela implique également un nouveau commissariat de police sur la commune du Port avec ses locaux vétustes où s’entassent 80 fonctionnaires, circonscription où la délinquance est plus qu' exponentielle.

S'agissant de l'égalité réelle, l 'Unsa Police souhaite une redéfinition de la répartition des forces de l'ordre dans le département de La Réunion . En effet le principe de la loi d'orientation et de programmation de la sécurité intérieure prévoyait un redéploiement équilibré entre forces de sécurité, sans léser aucune des deux. A ce jour la présence de la Police Nationale est limitée à 4 communes sur 24 ce qui représente 38,5 % de la population réunionnaise. Cette situation n'est pas satisfaisante car elle crée clairement un préjudice au détriment des fonctionnaires de la Police Nationale. Nous demandons l'application de la LOPSI du 21/01/1995 formalisant les critères objectifs visant à départager les zones respectives de la Police et de la Gendarmerie.

Madame la Secrétaire d'Etat, L'UNSA POLICE demande une attention particulière, ainsi que la juste prise en compte du quotidien des policiers de La Réunion avec des moyens matériels et humains indispensables, lesquels sont devenus vitaux pour offrir à nos concitoyens un service public digne de ce nom.

RIVIERE Daniel

Secrétaire régional UNSA Police section Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !