Courrier des lecteurs de Brigitte Croisier :

Juste pour rire !


Publié / Actualisé
Une suggestion aux divers responsables du tourisme : informer les quelque 66 millions de Français que le berceau de la population française se trouve à... Saint-Paul-de-La-Réunion. En effet, si parler a encore un sens, c'est bien ce que signifie "la grotte des premiers Français". De quoi organiser des séjours, quasiment des pèlerinages, pour faire découvrir le lieu d'origine des ancêtres gaulois en plein océan Indien, cool !
Une suggestion aux divers responsables du tourisme : informer les quelque 66 millions de Français que le berceau de la population française se trouve à... Saint-Paul-de-La-Réunion. En effet, si parler a encore un sens, c'est bien ce que signifie "la grotte des premiers Français". De quoi organiser des séjours, quasiment des pèlerinages, pour faire découvrir le lieu d'origine des ancêtres gaulois en plein océan Indien, cool !

Un peu plus sérieusement, il y a de quoi s'interroger sur tout ce manège qui vise, en fait, à éviter le terme de "Réunionnais", alors même qu'on évoque "le berceau du peuplement de La Réunion".

Quoi qu'il en soit des motivations, cachées ou évidentes, un des effets est l'effacement de la trace des dix Malgaches débarqués ici avec deux Français, en provenance de Madagascar. En ce temps-là, la Grande Ile intéressait beaucoup plus le colonisateur français que Bourbon, ayant d'abord servi de lieu de relégation des mutins de Madagascar… pendant presque 20 ans.

Et dire que l'on n'est pas sûr du tout que cette grotte ou caverne ait été effectivement et durablement occupée par des humains ! Curieusement, la réticence de certains à parler de "grotte des premiers Réunionnais" se manifeste au moment même où on n'en finit pas de saluer l'entrée d'une Réunionnaise au gouvernement et la nomination d'un recteur réunionnais. Cherchez l'erreur ! A moins que, sous des formes apparemment inversées, s'exprime le même désir de reconnaissance… par Paris.

On retiendra que toute dénomination publique est lourde de symboles mettant en jeu le récit historique et la construction identitaire qui lui est liée.

Brigitte Croisier
 

   

3 Commentaire(s)

Armand GUNET, Posté
Madame Croisier,
Il ne s'agit pas de la genèse du peuplement de la France métropolitaine mais de celle de notre île. Vous confondez tout, là !
Notre île, qui n'avait alors pas de nom, a été conquise par vos ancêtres métropolitains. Il est donc juste historiquement d'appeler ses premiers habitants des Français. Pas des Malgaches, des Mozambicains, des Turcs ou des Japonais. Cette grotte est et doit rester la grotte des Premiers Français, que cela vous plaise ou non. Il ne vous appartient pas de réécrire faussement notre histoire. Ces premiers navigateurs n'étaient pas des Réunionnais mais des Français. Moi, ça me fait mal que ce soit une Zoreille qui méprise sa propre race et veuille transformer notre histoire. On pourrait également appeler cette grotte "grotte des premiers colons" ou "grotte des premiers pique-niqueurs" ou encore "grotte des premiers possesseurs". Mais ces derniers n'étaient-ils pas avant tout Français ???
Brigitte Croisier, Posté
Monsieur,
On ne peut confondre la prise de possession de l'île au nom du roi de France (d'où le nom d'une commune de l'ouest) et la genèse du peuple francais qui a eu lieu des siècles plus tôt et ailleurs. C'est pourquoi je continue à penser que cette appellation "grotte des premiers Français" n'a pas de sens en elle-même. Deuxième point, si c'est là le " berceau du peuplement" de La Réunion qu'est-ce qui empêche de parler des premiers Réunionnais ?

Armand GUNET, Posté
Chère madame,
La Réunion n'existait pas alors et les Réunionnais non plus !
Comment appeler cette grotte "grotte des premiers Réunionnais" ?
En revanche, bien que divers bateaux aient dû mouiller dans la baie de Saint-Paul, ce sont bel et bien des Français qui ont pris POSSESSION de l'île au nom du roi de France.
Il est donc historiquement juste d'appeler cette grotte "grotte des premiers Français".
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)