Tribune libre de l'Unsa Police section Réunion :

L'insécurité, c'est la première des inégalités


Publié / Actualisé
L'Unsa Police s'associe pleinement au constat de Mme Bello que nous dénonçons depuis plusieurs années. La députée de La Réunion s'est adressée à l'Assemblée nationale à M. Le Ministre de l'Intérieur concernant le commissariat du Port à la Réunion : "Le bâtiment actuel, où travaillent une centaine de personnes, ne respecte plus les normes en vigueur et il est à craindre, au regard de la grande vétusté des locaux et du risque d'amiante, qu'aucun agrément ne lui soit délivré par la commission de sécurité."
L'Unsa Police s'associe pleinement au constat de Mme Bello que nous dénonçons depuis plusieurs années. La députée de La Réunion s'est adressée à l'Assemblée nationale à M. Le Ministre de l'Intérieur concernant le commissariat du Port à la Réunion : "Le bâtiment actuel, où travaillent une centaine de personnes, ne respecte plus les normes en vigueur et il est à craindre, au regard de la grande vétusté des locaux et du risque d'amiante, qu'aucun agrément ne lui soit délivré par la commission de sécurité."

Question à l'Assemblée nationale sur la construction d'un nouveau commissariat au Port

L'insécurité mine le moral de nos concitoyens, elle obère leur confiance dans les institutions de la République.

La première des libertés, c'est la sécurité.

L'insécurité, c'est la première des inégalités. C'est toujours les plus faibles qui sont les premiers atteints.

Les habitants, les commerçants, les usagers du Port ne sont pas des sous-citoyens et sont en droit de bénéficier d'un service public digne de ce nom. Les policiers du Port ne sont pas des sous-citoyens et aspirent à exercer leurs fonctions dans des conditions d'hygiène et de sécurité acceptables. Les cellules de garde à vue sont d'un autre âge et ne sont plus dans le respect de la dignité humaine.

L'augmentation de la délinquance sur la commune du Port est exponentielle, à l'instar de la situation sur l'ensemble du département. A l’occasion de l’audience de rentrée solennelle de la cour d’appel, le procureur général Claude Laplaud a dressé un tableau alarmant de la situation à la Réunion, avec, en premier lieu, une délinquance en hausse notable à la Réunion: + 9,8 % en 2015, qui concerne aussi bien les atteintes aux biens (+ 24% de cambriolages, + 40% de voitures volées) que les violences (+10 %), ce qui place la Réunion en 17e position au niveau national dans cette catégorie. Même les violences intra-familiales, pourtant "objets de toutes les attentions", ont augmenté de 11%.

La ville du port est souvent le théâtre de Violences Urbaines avec des conséquences dramatiques pour les citoyens et les fonctionnaires de police intervenants

Les effectifs de police du Port ne déméritent pas, les unités de voie publique , Brigade de roulement jour et nuit, la bac nuit, le Gsp, les services d'investigations, en résumé l'ensemble des services assument au mieux leurs fonctions avec des conditions de travail exécrables.

Par conséquent, il est urgent de renforcer la circonscription de police du Port sans oublier le reste du département, comme l'a indiqué le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve lors de son dernier déplacement à La Réunion, pour enrayer la délinquance avec plus de patrouilles, pour des actions de prévention, dissuasion et répression, plus d'effectifs en investigation pour traiter dans des délais raisonnables les procédures et apporter une réponse adaptée aux victimes.

La meilleure visibilité de la force publique réside dans l'occupation la plus large possible de l'espace public, afin de rassurer la population, dissuader le passage à l'acte et garantir une plus grande réactivité face à l'évènement.

Pour ce faire, il est urgent de créer un nouveau commissariat de police sur la commune du Port (37 558 habitants – 2260 hab/km2), un projet de réhabilitation de l'ancienne Gendarmerie a été initié en 2010, 100 000 euros d'étude ont été dépensés inutilement pour en arriver à la conclusion que le bâtiment ne pouvait faire l'objet d'une réfection pour des raisons d'ordre technique.

A ce jour ce dossier est au point mort, faute de budget, le projet de démolition de l'ancienne Gendarmerie et de reconstruction d'un commissariat sur le même site, n' est plus d'actualité. L'ancienne gendarmerie représente à ce jour un site de nuisances en tout genre, pour les habitants et les commerçants en plein centre ville, cette situation est de la responsabilité de l'Etat.

S'agissant des études lancées pour un montant de 170 000 euros, permettant de préciser dans quelles conditions le site actuel pourrait être agrandi, elles sont à l'état de balbutiements.

L'Unsa police en appelle à M. Le Ministre de l'Intérieur afin que la problématique sécuritaire du Port soit enfin prise en considération.

L'Unsa police demande que le projet de construction d'un nouveau commissariat du Port soit inscrit au titre de la programmation immobilière 2018-2020 du Ministère de L'intérieur et que les services de la DEPAFI soient saisis de ce dossier en urgence.

Daniel Rivière

Secrétaire régional UNSA Police section Réunion

   

1 Commentaire(s)

Franz67, Posté
pourquoi tant de personnes ne respectant RIEN.Trop de laxisme!!!!!!!!!!!!!!