Tribune libre du Collectif Touch Pa Nout Roche Bois Blanc :

Un choix simple : les intérêts de la population ou ceux de la SCPR


Publié / Actualisé
L'enquête publique a pris fin le 6 octobre dernier, émaillée de nombreux incidents, cette procédure fut vraiment éprouvante ! Soupçonnés de partialité, on peut dire que les commissaires enquêteurs ont fait couler beaucoup d'encre. On se demande encore sur quels critères ils ont été choisis, à quelle charte d'éthique ils répondent et pourquoi ils ne font pas partie de la Compagnie Réunionnaise des Commissaires Enquêteurs, affiliée à la Compagnie Nationale.
L'enquête publique a pris fin le 6 octobre dernier, émaillée de nombreux incidents, cette procédure fut vraiment éprouvante ! Soupçonnés de partialité, on peut dire que les commissaires enquêteurs ont fait couler beaucoup d'encre. On se demande encore sur quels critères ils ont été choisis, à quelle charte d'éthique ils répondent et pourquoi ils ne font pas partie de la Compagnie Réunionnaise des Commissaires Enquêteurs, affiliée à la Compagnie Nationale.

Il est tout de même dérangeant de constater que deux des commissaires concernés ont déjà fait partie d’une précédente commission d’enquête qui a statué favorablement sur un autre projet de carrière pour la SCPR, à Cambaie. Les a-t-on choisis parce qu’on les savait acquis à la cause du promoteur ? Toutes les suspicions sont envisageables.

Les témoignages s’accumulent de personnes qui se sont senties agressées ou empêchées de donner leur avis librement, choquées par les propos orientés des commissaires enquêteurs. Devant de tels dysfonctionnements, il est normal que l’on s’interroge à propos de la déontologie de cette commission et qu’on vienne à douter de la légitimité des avis qui découleront de cette procédure administrative. Nous espérons que les décisions qui seront prises en haut lieu, pour l’avenir des habitants des trois communes concernées par cette enquête, nous permettront de réviser notre opinion et de reprendre confiance en la démocratie et les autorités.

Plus de 5000 personnes ont participé le dimanche 2 octobre à la deuxième chaîne humaine sur la RN1a, rejointes par la Marche des Mamans (plus de 400 mères de famille) depuis le quartier du Ruisseau, dans le haut des Avirons. Nous sommes infiniment reconnaissants à tous ceux qui sont venus dire " NON ", une fois encore, au projet de carrière de roches massives à Bois Blanc. C’est une véritable hérésie que de vouloir créer une méga carrière sur un littoral.

Combien de fois devrons-nous manifester pour être enfin entendus par notre Préfet et nos élus ? En à peine quelques semaines, deux nouvelles pétitions ont réuni 260 signatures de médecins d’un côté et près de 7000 signatures de l’autre contre la carrière et ce n’est pas fini. Nous avons enregistré plus de 1200 contributions argumentées  à l’enquête publique sous plusieurs formes : emails, courriers, avis inscrits dans les livres d’enquête pour confirmer l’opposition à la carrière. Seront-ils tous comptabilisés quelle qu’en soit la teneur ? Autant d’opposition à ce projet impopulaire, il sera incompréhensible que l’enquête publique puisse dans ces conditions justifier un avis favorable.

La commission d’enquête rendra son avis consultatif  le 15 novembre, et comme désormais un grand nombre de Réunionnais, nous n’avons évidemment aucune confiance dans son jugement. Ce sera au préfet de trancher dans les trois mois qui viennent, c’est de l’avenir de nos familles qu’il aura à décider.

Nous saurons alors ce que représentent les simples citoyens aux yeux de ceux qui ont le pouvoir de décision ! Une chose est sûre, nous avons tous pris conscience que le projet de carrière de Bois Blanc ne représente aucun intérêt pour le chantier de la NRL, mais bien un enjeu stratégique pour la SCPR qui veut maintenir son monopole sur les granulats et matériaux de construction à La Réunion. Aujourd’hui le choix est simple : défendre et préserver la santé et la qualité de vie de la population ou conforter les intérêts financiers d’une multinationale.

Nou tiembo, nou larg pa

Collectif Touch Pa Nout Roche Bois Blanc
 

   

2 Commentaire(s)

Demo, Posté
Intéressant Corto.... Une preuve ?
Corto, Posté
Thierry Robert vendrait des lots de biens dans le périmètre de la future carrière car il est au fait d'un accord sur l'exploitation de la carrière de Bois Blanc alors il est où le choix du citoyen là-dedans?