[AUDIO] Carrière de Bois Blanc :

Thierry Robert menace le préfet de déclarer "une guerre juridique"


Publié / Actualisé
Thierry Robert, député maire de Saint-Leu, reste déterminé à tout mettre en oeuvre pour que la carrière de Bois Blanc ne voie jamais le jour. Ce jeudi 29 décembre 2016, il expliquait être prêt à déclarer une "guerre juridique" au préfet si ce dernier validait la création de la carrière.
Thierry Robert, député maire de Saint-Leu, reste déterminé à tout mettre en oeuvre pour que la carrière de Bois Blanc ne voie jamais le jour. Ce jeudi 29 décembre 2016, il expliquait être prêt à déclarer une "guerre juridique" au préfet si ce dernier validait la création de la carrière.

Cette "déclaration de guerre" fait suite à une rencontre entre Thierry Robert et Dominique Sorain, jeudi dernier, ainsi que l'envoi ce mercredi 28 décembre 2016, d'un courrier où le député maire de Saint-Leu demande au président de la Région Réunion de retirer sa demande de Projet d'Intérêt Général pour la carrière de Bois-Blanc. Un courrier adresssé avec copie au Préfet et au Parquet National Financier, et publié sur notre site en intégralité.

Pour Thierry Robert, joint par téléphone, une signature de la part du préfet sur la carrière de Bois Blanc "équivaudrait à une déclaration de guerre qu’il lancerait à l’ensemble de la population des Avirons, de l’Etang Salé et de Saint-Leu. Si tel était le cas je serais moi-même véritablement en guerre. Non pas dans une guerre violente (...)mais dans une guerre où je ne m’interdirai rien comme action pour empêcher que la carrière de Bois Blanc se réalise vu qu'aujourd’hui elle n’est plus nécessaire (...) pour pouvoir poursuivre le chantier de la NRL (...)Aujourd’hui, on veut faire la carrière de Bois Blanc uniquement pour servir les intérêts d’une entreprise et ça c’est quelque chose de complètement illégal".

Pour rappel, un avis favorable avait été émis par le commissaire enquêteur concernant l'ouverture de la carrière de Bois-Blanc, en novembre dernier, à l'issue d'une enquête publique menée auprès des contribuables à L'Étang-Salé, Saint-Leu et aux Avirons. Mais Thierry Robert estime qu'il n'a pas joué toutes ses cartes, et promet même qu'il aura des révélations à faire en 2017, si le projet de carrière n'était pas abandonné.

Thierry Robert explique sa démarche, en détail dans cette interview audio :

www.ipreunion.com

 

   

5 Commentaire(s)

GHonte, Posté
Autant François Hollande nous a fait honte durant son quinquennat à l'échelle Mondiale, autant Thierry Robert avec ses pitreries, son irresponsabilité, ses affaires...nous fait honte à l'échelle Nationale durant également ces cinq dernières années. Qu'il cesse de ricaner, et qu'il se mette au travail ! Qu'il arrête de nous fatiguer avec ces sujets politiciens récurrents tels que la carrière et la nouvelle route du littorale. Il n'y a pas de sujet : la carrière sera ouverte et la nouvelle route faite ! N'en déplaise au à ce petit élu girouette...
Tous avec thierry robert, Posté
nous soutenons la demarche juridique de thierry robert, il y en a marre que le peuple ne soit pas respecté dans ce pays, je vous rappelle que 6000 personnes se sont rassemblées à bois blanc pour dire leur opposition forte à ce projet dementiel mais très lucratif pour la scpr.
nous sommes le peuple reveillons nous......
Divin, Posté
Se sentir investi d'une mission est-ce une psychose ? Un appel divin ?
Ou est-ce tout simplement une réponse de notre subconscient à notre raison d'être sur Terre ?
Quel était l'état psychologique de Jeanne d'Arc par exemple ?
Devrait-on s'investir à fond dans cette mission quitte à passer pour un illuminé ?
Peut-être a-t-il raison ?
Sissi974, Posté
Nous tenons bons et restons ensemble avec le collectif du quartier de bois-blanc et Monsieur le Maire de Saint-Leu, pour que cette carrière soit abandonnée, car les conséquences sont inestimables aujourd'hui, ainsi que les dommages collatéraux pour toutes les communes voisines. Nous pensons que l'enjeu financier reste la seule motivation des acteurs de ce projet.
Au nom d'un collectif citoyens du Sud.
Thierry, Posté
Le voilà maintenant qu'il se permet de parler au nom du maire de l'Etang-Salé et de celui des Avirons, le petit magistrat !

Je ne suis pas sûr que ceux-là soient en phase avec ses propos d'une grande violence à l'égard de l'État.