Tribune libre du collectif du Collectif pour le développement de la Micro-région Sud :

Pour un Multiplexe dans le Sud


Publié / Actualisé
Le collectif pour le développement de la micro-région sud a tenu une conférence de presse ce mercredi 22 février 2017. Le collectif, qui dénonce "des recours abusifs" quant au projet de Multiplexe prévu dans la région depuis 13 ans, annonce qu'il pourrait "sortir de terre", à Pierrefonds. Ci-après, le compte-rendu de Krishna Damour, porte-parole du collectif.
Le collectif pour le développement de la micro-région sud a tenu une conférence de presse ce mercredi 22 février 2017. Le collectif, qui dénonce "des recours abusifs" quant au projet de Multiplexe prévu dans la région depuis 13 ans, annonce qu'il pourrait "sortir de terre", à Pierrefonds. Ci-après, le compte-rendu de Krishna Damour, porte-parole du collectif.

Voilà plus de 10 ans que se joue la série du Multiplexe dans le sud tel un film sans fin. Successivement, il y a eu des rebondissements dans la volonté de créer un Multiplexe sur le territoire sudiste. Deux principaux acteurs sont à l’origine des différents projets qui se sont succédés : Commerce et Investissement et Mauréfilm.

Sans revenir sur l’historique sur ces épisodes constitués de recours, d’annulation et d’autorisations administratives, car nous ne voulons pas entrer dans les détails du parcours qu’a connu ce dossier qui est similaire selon l’expression à un serpent de mer …

Mais, il est nécessaire de dire que cela a duré trop longtemps puisque le dépôt du premier projet de Multiplexe, qui devait se faire à l’origine à Saint-Louis, date depuis 2004. Cela fait donc 13 ans, que les différents acteurs font rêver aux cinéphiles sudistes, la création d’un Multiplexe. Et cette attente trop longue, est devenue maintenant insupportable.

Aujourd’hui, après que mainte et mainte fois, le projet soit repoussé, un Multiplexe a toutes ses chances de sortir de terre à Pierrefonds. Il s’agit du projet porté par le Holding Yves Ethève et par la caisse des dépôts et de consignation. Ce projet a été soumis depuis 2014, à la SPLA Grand Sud qui est chargée du développement de la ZAC de Pierrefonds. Aujourd’hui, ce dossier est arrivé à maturité, puisqu’il sera examiné, ce vendredi par le CDAC (Commission Départementale d'Aménagement Cinématographique) pour son autorisation administrative comme pour tous complexes cinématographiques de plus de 300 places.

D’ailleurs, je vous rappelle que celle-ci disposera de 10 salles. C’est pourquoi, le collectif pour le développement de la Micro-région sud apporte son total appui au projet du multiplexe de Pierrefonds qui est également soutenu par la majorité municipale du Sénateur Michel Fontaine. Nous n’avons pas de parti pris concernant les porteurs de projet mais à l’heure d’aujourd’hui, c’est le projet de Pierrefonds qui est le plus avancé et le plus certain. Car, les investisseurs y sont déjà engagés et y proposent un plan concret. Aussi, parce que le multiplexe est situé en périphérique avec des facilités d’accessibilités sans aggraver la circulation comme le collectif la toujours réclamé.

Aussi et sur tout, parce que si la CDAC de ce vendredi, donne son autorisation aux porteurs du projet de Pierrefonds, les travaux pourraient alors commencer dés le mois d’octobre 2017 avec une première projection en avril 2019. Enfin, pourrons-nous dire… Mais nous craignons fortement que certains veulent encore ralentir le projet par des recours non réellement justifiés…

Ces recours injustifiés risquent de prendre en otage les cinéphiles sudistes et confisquer cette structure de loisir tant espérée par la population. Ainsi, nous savons qu’une plainte est déposée par le concurrent sur le fait qu’il n’y a pas eu d’appel à projet par la ZAC. Hors une ZAC n’a pas vocation de faire des appels à projet, en tous cas, la loi n’y contraint pas. De même, on reproche à la SPLA Grand sud d’avoir vendu à un prix trop bas, le terrain de 1.5 hectares aux porteurs du projet du multiplexe de Pierrefonds.

Serait-ce raisonnable de proposer à des entreprises, la vente de surfaces foncières à plus de 200 euros le mètre carré, sans risque de les décourager à s’installer alors qu’on est dans une période de récession économique ? Et qui plus est, avec une possibilité de spéculation foncière. Or, ce n’est pas l’objectif d’une ZAC.

Nous mettons en garde également l’opposition municipale de Saint-Pierre de vouloir entraver le projet actuel qui est prêt à voir le jour. Il serait irresponsable et ce serait prendre les sudistes en otage par leur volonté de ralentir le projet. Nous leur disons que sur ce dossier, c’est l’intérêt général et celui du développement structurel du sud qui doit primer. Il ne s’agit pas ici de faire de la politique politicienne.

Aussi, puisque depuis 2009, la CDAC et la Commission Nationale, considèrent que d’une part deux multiplexes sont économiquement viables et réguliers dans le Sud  et que d’autre part, elles donnent l’aval à la création de deux multiplexes.

Considérant cela, nous disons au concurrent qu’il lui appartient de proposer un autre projet dans le sud. Et cela pourrait se faire au Tampon dont nous savons que le Maire de la ville est prêt à accueillir également un tel projet. Ou bien, il y a la possibilité de deux autres projets moyens, c'est-à- dire, deux fois quatre salles qui pourraient se faire à la fois au Tampon et à la fois à Saint-Joseph en supplément du multiplexe de Pierrefonds. Puisque là aussi, nous savons qu’à Saint-Joseph, le maire de la ville ne serait pas contre, d’autant plus que nous savons qu’un investisseur potentiel est prêt à s’y lancer.

C’est dans ce sens que le collectif pour le développement de la Micro-région sud a pris l’initiative de créer "un comité de soutien au multiplexe de Pierrefonds", car nous ne voulons plus des rebondissements sempiternels sur cette thématique tel un film à suspens.

L’objectif de ce comité de soutien est de signifier au CDAC, qu’il est grand temps que ce multiplexe se fasse réellement. Et de lui indiquer que le Multiplexe de Pierrefonds est attendu avec impatience par l’ensemble des sudistes.

Ce comité de soutien a pour but également de dénoncer des recours abusifs. Car nous savons qu’à la décision de la CDAC de ce vendredi est suspendu un recours éventuel du concurrent au projet sous motif que la réalisation de ce multiplexe mettrait en danger son exploitation actuelle qui est située dans la même zone d’achalandage. Si c’est le cas, la décision pourrait être portée devant le CNAC voir après, vers le tribunal administratif de Bordeaux. Ce serait encore du temps perdu et prendre du retard dans le développement des activités de loisir dans le sud.

A ce concurrent, nous luis disons que dans le sud, il y a de la place pour deux complexes. Et donc qu’au lieu de s’acharner à ralentir tous les projets ficelés, il ferait mieux de travailler  réellement sur du concret qui commence par la mise en relief d’un projet tangible et globalpour le sud. Car nous pouvons avoir des doutes sur une réelle volonté de ce groupe concurrent au regard de ce qui est fait miroiter par un panneau publicitaire sur le front de mer de Saint-Denis par l’annonce d’un Multiplexe depuis quelques années maintenant. Et cela, sans vraiment que le projet se fasse au point que le panneau est maintenant illisible et que le projet soit toujours invisible. Il ne s’agit donc pas de créer des effets d’annonce et de s’empêtrer uniquement dans des recours sans vraiment vouloir concrétiser… Voilà notre crainte.

Egalement, le comité de soutien mettra une pétition en ligne et compte mobiliser des citoyens pour apporter un courrier à la préfecture. Car, nous pensons que l’Etat doit aujourd’hui donner un coup de sifflet à la récréation pour mettre fin à cet épisode sans fin et veiller à ce que les recours ne soient pas abusifs. L’ensemble des acteurs doit pouvoir se réunir et se projeter dans une vision globale dans un souci d’équilibre structurel du territoire.

Car, le sud qui comptera près de 40% de la population totale de La Réunion mérite son Multiplexe et peut absorber un deuxième projet. Et nous croyons que la réalisation le plus rapidement possible du Multiplexe de Pierrefonds est le gage pour la création d’un autre. C’est pourquoi qu’il faut déjà commencer par celui de Pierrefonds.

Nous ne voulons donc plus être pris en otage par un concurrent et ni par des opposants viennent saboter le projet. Nous exhortons alors les politiques de transcender leur clivage afin de faire le forcing pour que ce Multiplexe se fasse enfin. Car, il est temps que le clap final soit annoncé …

Krishna Damour, porte-parole du Collectif pour le développement de Micro-Région sud

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !