Tribune libre d'Ericka Bareigts, députée de La Réunion :

Etats généraux de l'alimentation : "les Outre-mer oubliés de ce débat"


Publié / Actualisé
"Les états généraux de l'Alimentation débuteront demain, jeudi 20 juillet. Or, ni les parlementaires réunionnais, ni les acteurs locaux que j'ai contactés (Chambre d'Agriculture, FRCA, JA, FDSEA, CGPER) n'ont reçu d'invitations pour y participer" écrit Ericka Bareigts dans un communiqué que nous publions dans son intégralité ci-après.
"Les états généraux de l'Alimentation débuteront demain, jeudi 20 juillet. Or, ni les parlementaires réunionnais, ni les acteurs locaux que j'ai contactés (Chambre d'Agriculture, FRCA, JA, FDSEA, CGPER) n'ont reçu d'invitations pour y participer" écrit Ericka Bareigts dans un communiqué que nous publions dans son intégralité ci-après.

Nous devions pourtant être associés à cette réflexion sur notre modèle agricole et alimentaire de demain. Ma collègue, Huguette Bello, avait publiquement interrogé, le 12 juillet
dernier, le gouvernement sur le besoin de transparence de la filière canne/sucre et des revenus
qu'elle génère. J'avais moi-même échangé, le 9 juillet dernier, avec le Ministre de
l'Agriculture sur la nécessité d'associer les Outre-mer et La Réunion aux Etats Généraux de
l’Alimentation : Stéphane TRAVERT y avait donné une suite favorable.

Je regrette vivement que les Outre-mer soient oubliés lors de ce débat qui concerne la France
toute entière. Cette méthode d'exclusion de nos territoires n'est pas la bonne. À La Réunion
comme dans l'Hexagone, les agriculteurs veulent vivre de leur travail, de leurs terres et de leur savoir-faire.

L'avenir de l'agriculture réunionnaise et la construction de notre sécurité alimentaire doivent
faire l'objet de la redéfinition de notre politique agricole nationale. J'invite le gouvernement à
se souvenir que près de trois millions de citoyens français vivent hors de l'Hexagone et
méritent toute son attention comme sa considération.

Durant le mandat écoulé, j’ai travaillé pour défendre notre modèle agricole réunionnais. Avec
la loi égalité réelle, la production locale est mieux protégée contre l’importation des produits
congelés, dits de dégagement. Le décret d’attribution des 38 millions d’euros supplémentaires
pour soutenir la filière canne est un autre exemple de réalisation concrète. Enfin, la présence
importante de produits " péi " dans le bouclier qualité prix permet une valorisation de notre
production et représente une création d’activité et d’emplois locaux supplémentaires.

Éricka Bareigts

   

2 Commentaire(s)

Kfo, Posté
Une évidemment ! Nous ne sommes considéré que comme des pleurnichards et des assistés comment voulez-vous que l'on nous prenne au sérieux.
Pfff, Posté
Un jour avec Macron, le lendemain contre, arrêtez vous et votre famille de prendre les réunionnais pour des idiots!