Tribune libre du syndicat FSU :

Rentrée scolaire : Jean-Michel Blanquer n'a pas pris "la mesure du problème"


Publié / Actualisé
Le syndicat FSU réitère ses revendications après la visite du ministre de l'Education nationale à La Réunion ces 17 et 18 août 2017, dont les annonces concernant le système éducatif sont jugées "évasives" par l'organisation syndicale. Nous pubions ci-après son communiqué dans son intégralité.
Le syndicat FSU réitère ses revendications après la visite du ministre de l'Education nationale à La Réunion ces 17 et 18 août 2017, dont les annonces concernant le système éducatif sont jugées "évasives" par l'organisation syndicale. Nous pubions ci-après son communiqué dans son intégralité.

Jean-Michel Blanquer vient d'achever sa visite dans notre académie à l'occasion de la rentrée scolaire. Alors même que seuls 4 élèves sur 10 ont repris le chemin de l'école dans le 1 er degré, le Ministre de l'Éducation n'a pas jugé utile de rencontrer des personnels concernés par le report de la rentrée pour prendre la mesure du problème, il n'a pas non plus fait la moindre annonce de nature à lever les craintes sur les conditions de cette
rentrée.

Au cours d'une rencontre avec un membre de son cabinet, la FSU a rappelé les spécificités de notre académie et les mesures nécessaires pour relever les défis qui se posent à l'école publique à la Réunion.

Nous avons demandé :

- la ré-ouverture de la liste complémentaire du concours de professeur des écoles pour couvrir l'ensemble des CP dédoublés,

- la pérennisation des emplois précaires liés à l'école quels qu'en soient les secteurs,

- dans la voie professionnelle, une dérogation à la durée des stages pour tenir compte du tissu économique contraint, des mesures et des formations pour aider les enseignants dans l'accueil des élèves en situation de handicap,……….,

- le classement de l'ensemble de l'Académie en Éducation Prioritaire, lycées compris,

- un plan de rattrapage en postes pour combler nos retards,

- la mise en place à titre expérimental, comme le permet la loi Égalité Réelle, de la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans.

Nous avons dénoncé la précipitation avec laquelle le Ministère gère souvent l'école publique ainsi que les problèmes lié à un bâti scolaire qui est ancien et nécessite des travaux de réfection ou d'agrandissement et surtout des constructions supplémentaires alors même que la dotation aux Collectivités a été diminuée par le nouveau gouvernement.

Nous regrettons que les seules réponses aient été pour le moins évasives et renvoyées aux arbitrages de Bercy. Ce n'est pas ainsi que l'on fera progresser significativement le système scolaire
réunionnais.

FSU Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !