Tribune libre de la CPME Réunion :

Le régime de micro-entreprise n'est pas une solution pérenne pour les chefs d'entreprises


Publié / Actualisé
Le Ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué que dans le prochain projet de loi de finances figurera une mesure sur le doublement du plafond de chiffre d'affaires qui doit être respecté pour conserver le statut de micro-entrepreneur (précédemment appelé auto-entrepreneur). Le plafond passerait donc à 165 600 ? de chiffre d'affaires annuel pour les ventes de marchandises et à 66 400 ? pour les activités de services.
Le Ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué que dans le prochain projet de loi de finances figurera une mesure sur le doublement du plafond de chiffre d'affaires qui doit être respecté pour conserver le statut de micro-entrepreneur (précédemment appelé auto-entrepreneur). Le plafond passerait donc à 165 600 ? de chiffre d'affaires annuel pour les ventes de marchandises et à 66 400 ? pour les activités de services.


En 2016, 6080 entreprises ont été créées à La Réunion dont 1058 micro-entreprises. Le régime de micro-entreprises permet de bénéficier de conditions fiscales et sociales spécifiques qui génèrent une concurrence déloyale notamment par rapport aux petites entreprises traditionnelles. Il fragilise non seulement des pans entiers de notre économie mais aussi les micro-entrepreneurs eux-mêmes.

L’engouement du régime de micro-entreprise marque le besoin de simplification en termes de gestion pour les entrepreneurs. Mais l’on constate aussi que les créations sous ce régime ont  fortement baissé et les radiations se sont multipliées. La création de micro-entreprises accuse une baisse de 5% par rapport à 2015 et 26% par rapport à 2014. A La Réunion, rien que pour le mois de décembre 2016, 846 micro-entreprises ont été radiées. De plus selon l’INSEE  pour 90 % des micro-entrepreneurs ayant réussi à se doter d'un revenu, le salaire versé était inférieur au salaire minimum.

" C’est pourquoi la solution n’est pas d’étendre le régime fiscal des micro-entreprises mais bien de simplifier la création et la gestion d’entreprise en France " affirme Dominique Vienne.

Le régime de micro entrepreneur ne doit pas avoir vocation à pousser les salariés à prendre le statut de micro-entreprise pour facturer des prestations à l'entreprise dont il est dans les faits un salarié ni à devenir le régime normal d’une entreprise.

Il serait en effet plus pertinent d’opérer une distinction entre revenus d’appoint et activité principale. Le statut de micro-entreprise devrait être limité à une période de 3 ans avant de passer.

CPME Réunion
 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !