MENU

Tribune libre de Thierry Robert :

Lettre au préfet au sujet de la "crise requins"


Posté par
J'attire votre attention sur une question importante à La Réunion, puisqu'elle met en cause la sécurité humaine : c'est ce que l'on appelle généralement " la crise requins ". Depuis plus de deux ans, des sportifs sont agressés ou tués par ces squales. Certains pratiquaient le surf, d'autres nageaient à 50 mètres de la zone autorisée.
J'attire votre attention sur une question importante à La Réunion, puisqu'elle met en cause la sécurité humaine : c'est ce que l'on appelle généralement " la crise requins ". Depuis plus de deux ans, des sportifs sont agressés ou tués par ces squales. Certains pratiquaient le surf, d'autres nageaient à 50 mètres de la zone autorisée.

En outre, ces attaques concernent maintenant la totalité du littoral réunionnais, et non plus seulement la région Ouest : Saint-Gilles, Trois-Bassins, l’Etang-Salé, Saint-Leu notamment. Devant ce phénomène de nombreuses démarches ont été effectuées. J’ai notamment attiré à deux reprises, l’attention du gouvernement, lors de la dernière mandature.

Malheureusement, les solutions prises n’ont pas permis de résoudre la question. En effet, les études scientifiques, techniques se sont succédées, mais les requins prolifèrent et les attaques contre les Humains sont constantes. Les conséquences sont là : baisse de la fréquentation touristique, et par effet induit, cessation d’activité pour certains commerçants, donc augmentation du taux de chômage.

Il n’est pas question pour moi de remettre en cause l’écosystème de La Réunion ; pas plus qu’il n’est question de remettre en cause l’existence de la réserve naturelle marine, même s’il convient d’en redéfinir le périmètre. Il s’agit juste de trouver une réponse rapide, concrète, efficace à cette situation. Il ne s’agit pas d’abandonner les stratégies de prévention mises en place par les communes. A ce titre, je reste également favorable à la mise en place d’un plan départemental d’urgence pour soutenir l’action des maires, que des moyens financiers mis à disposition des collectivités locales pour pouvoir sécuriser quelques sites.

Néanmoins, étant pragmatique, je suis convaincu qu’il convient de prendre des mesures radicales et de procéder rapidement à une réelle régulation de l’espèce : la régulation n’est, bien évidemment pas, l’éradication. Il m’apparaît donc urgent de prendre la décision de vente de la viande de requin à La Réunion. Cette position est conforme à la décision du tribunal administratif de Saint-Denis, en date de juillet 2013, dans lequel il est fait état du " danger réel et imminent pour la vie humaine " que représentent les requins.

Cette même autorité poursuivait qu’il était de la compétence de l’autorité préfectorale de mettre en œuvre des actions " de plus grande envergure que celles entreprises jusqu'à ce jour ", c’est-à-dire la pêche. Le jugement se concluait ainsi : " Il ne peut être exclu par principe la possibilité de prélèvements conséquents et plus massifs de requins bouledogues, ciblés et localisés, de spécimen adultes, y compris dans la Réserve marine ".

Aussi, je vous demande, Monsieur le Préfet, de bien vouloir prendre les décisions nécessaires pour qu’il y ait des prélèvements de grande envergure de requins et de créer les conditions pour que la viande de requins soit commercialisée.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

Thierry ROBERT

   

1 Commentaire(s)

Merci, Posté
OUI ! Carri rekin Péî ! Merci M.Robert. Nou tien bo !