Tribune libre de Kartyé Lib :

"La prison Juliette Dodu, patrimoine historique pénitencier"


Publié / Actualisé
Le collectif Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien a été reçu par la ministre de l'Outre-Mer, Annick Girardin, actuellement en visite sur l'île. Ce lundi 9 octobre 2017, l'association indique avoir été satisfaite des échanges autour de la future destruction de la prison Juliette Dodu à Saint-Denis. Nous publions le communiqué à ce sujet dans son intégralité ci-dessous.
Le collectif Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien a été reçu par la ministre de l'Outre-Mer, Annick Girardin, actuellement en visite sur l'île. Ce lundi 9 octobre 2017, l'association indique avoir été satisfaite des échanges autour de la future destruction de la prison Juliette Dodu à Saint-Denis. Nous publions le communiqué à ce sujet dans son intégralité ci-dessous.

L’association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien, à l’invitation du Conseil
Représentatif des Français d’Outre-Mer (CREFOM), a été reçue en préfecture pour une audience par la Madame la Ministre des Outre-Mer Annick GIRARDIN, dans le cadre de sa visite ministérielle dans l’île. Nous avons pu exposer le problème de destruction future de la prison Juliette Dodu, patrimoine historique pénitencier et de notre histoire de l’esclavagisme et de l’engagisme. De plus, la conservation du site pourrait donner lieu à un projet urbain, en globalisant des activités pour un développement axé sur la culture et les richesses patrimoniales de l’ile, au profit de différentes populations. Consciente de l’emploi du temps chargé de Mme la Ministre, l’association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien mesurons la volonté et l’implication de l’Etat à l’écoute des réunionnais(es). Nous l’en remercions.

Des échanges fort constructifs et collaboratifs, avec M. le Conseiller en charge de l’économie,
des entreprises, de l’agriculture et des affaires européennes de Mme la Ministre des Outre-Mer, se reconnaissant dans les valeurs "d’un marmay la kour", qui appuyé de son vécu à la Réunion,
maîtrisait bien le dossier et a su avoir une écoute de notre problématique et l’urgence impérieuse au vu des délais de destruction. Evoqué sur l’ancienne prison de Saint-Denis, site patrimonial, l’expansion de cet équipement public qui s’est agrandi depuis sa construction sur la même parcelle intégrant ainsi des édifices datant du XVIIIème siècle au XXème siècle.

Par ailleurs, l’ancienne geôle de Saint-Denis, situé à proximité des demeures inscrites à l’inventaire des monuments historiques forme avec ces maisons un ensemble patrimonial rempli de symbolisme, montrant toute la richesse historique, patrimoniale et les modes de construction à la Réunion du XVIIIème au milieu du XXème siècle, à la fois concernant les bâtiments administratifs de l’ancienne époque coloniale et les maisons individuelles édifiées à la même époque.

Conscients du besoin impératif de construction de logements et de l’exigence de projets
économiques émergents, l’association a pu exposer sa perception du futur "de la même façon
qu’on ne peut concevoir un individu sans passé, on ne peut concevoir un peuple sans histoire",
philosophe allemand Arthur Schopenhauer (1788-1860). Ainsi, l’association a émis la proposition d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine.

Au sortir de cette audience, nous sommes satisfaits de ces échanges et attendons les retours
suite à nos demandes.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !