Tribune libre du Cevif :

"N'attendez pas la dernière gifle, celle de la mort"


Publié / Actualisé
Le Cevif, association de lutte contre les violences faites aux femmes à La Réunion, réagit après le meurtre de Corinne, 42 ans, tuée par les coups de son mari ce samedi 28 octobre 2017 dans le quartier de la Trinité à Saint-Denis. Le collectif appelle les femmes à ne pas rester dans l'isolement. (Photo d'illustration)
Le Cevif, association de lutte contre les violences faites aux femmes à La Réunion, réagit après le meurtre de Corinne, 42 ans, tuée par les coups de son mari ce samedi 28 octobre 2017 dans le quartier de la Trinité à Saint-Denis. Le collectif appelle les femmes à ne pas rester dans l'isolement. (Photo d'illustration)

Je n'ai plus de mots à mettre sur ces violences conjugales, je suis anéantie par tant de barbarie. Mon dieu que cette femme a dû souffrir sous les coups, d'autant plus qu'elle a vu cette mort arrivée, je suis certaine qu'elle a eu avant de quitter ce monde, une pensée pour ses filles. Ses filles, à qui elle va manquer terriblement. Je pleure cette vie perdue. Je pleure cette famille dans la détresse.

En tant que présidente d'une association contre les Violences Intrafamiliales ce nouveau drame me touche particulièrement. Malgré nos interventions sur le terrain, nos campagnes de sensibilisation, la descente aux enfers continue pour ces femmes victimes.

Mesdames n'attendez pas la dernière gifle, celle de la mort, pour fuir cette violence, vous n'êtes coupables en rien. Oui, ne vous sentez pas coupables, n'éprouvez pas de honte même si votre bourreau vous répète que vous êtes responsables des coups qu'il vous porte.  

Dites-vous bien que toutes les femmes peuvent potentiellement tomber sur un compagnon violent, et que vous n'êtes pas seules à subir cet acharnement de la violence, qu'elle soit physique, psychologique, verbale, économique ou sexuelle. Rester dans l'isolement ne vous en fera pas sortir et l'emprise du persécuteur s'installera au sein de votre foyer même.

Avec les phases de rémissions et de crises, votre bourreau jouera sur cette alternance, il redeviendra aimant, gentil. De quoi vous laisser croire que la situation va s'arranger, alors que les violences auront tendance à s'aggraver. N'essayez pas de vous adapter à son comportement pour éviter de nouvelles crises. Mesdames depuis 2010, une meilleure prévention, protection et répression des violences existent. Les dispositifs d'accueil et d'écoute existent, n'hésitez pas à les contacter. Un numéro national le 3919 est à votre disposition, faites-le, il y va de votre vie.


Sophia Ferrère, Association "Les Iris" contre les violences intrafamiliales - La Possession
Membre du CEVIF – Collectif contre les Violences Intrafamiliales.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !