Ils écrivent au préfet :

Le député Lorion et la sénatrice Malet s'inquiètent pour la Police


Publié / Actualisé
Le député David Lorion et la sénatrice Viviane Malet viennent d'écrire au préfet de La Réunion Amaury de Saint-Quentin concernant l'organisation des forces de Police à La Réunion. Ils s'inquiètent de la fusion du commandement départemental d'intervention avec le commissariat de Saint-Denis. Nous publions ci-après l'intégralité de leur lettre. (Photo d'illustration)
Le député David Lorion et la sénatrice Viviane Malet viennent d'écrire au préfet de La Réunion Amaury de Saint-Quentin concernant l'organisation des forces de Police à La Réunion. Ils s'inquiètent de la fusion du commandement départemental d'intervention avec le commissariat de Saint-Denis. Nous publions ci-après l'intégralité de leur lettre. (Photo d'illustration)


Permettez-nous de vous faire part de nos inquiétudes relatives à l’organisation de nos forces de police sur l’île de La Réunion. Comme vous le savez, lors de la dernière réforme territoriale en matière de sécurité, le Commandement départemental d’intervention a été fusionné avec le commissariat de Saint-Denis. Avec d’autres élus, nous redoutons que ce dispositif ne pénalise les trois autres communes du zonage "police" : Le Port, Saint-André ou Saint-Pierre.

Ne se dirige-t-on pas vers une concentration des moyens disponibles en priorité pour Saint-Denis et sa proche périphérie, en particulier la nuit ? Ne risque-t-on pas de renforcer des zones de non-droit dans certaines autres parties de notre territoire ?

Monsieur le Préfet, nous souhaiterions obtenir de votre part l’assurance que la compagnie départementale d’intervention continuera, dans le cadre de cette nouvelle organisation, à se déplacer sur l’ensemble du zonage " police " et que toutes les communes concernées bénéficieront bien d’une couverture identique de sécurité publique. Donnerez-vous en ce sens des instructions claires à la hiérarchie policière locale ?

En vous remerciant par avance de votre réponse, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre haute considération.

Viviane Malet et David Lorion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !