Tribune libre d'Henry Hippolyte, conseiller municipal du Port :

Alon respect a nou dann Port !


Publié / Actualisé
Dans un courrier envoyé ce mardi 21 novembre 2017, Henry Hippolyte conseiller municipal du Port du groupe "le Port nout combat, nout fierté", revient sur les échauffourées qui ont eu lieu dans la soirée du dimanche 19 novembre au Port. Nous publions ci-après
Dans un courrier envoyé ce mardi 21 novembre 2017, Henry Hippolyte conseiller municipal du Port du groupe "le Port nout combat, nout fierté", revient sur les échauffourées qui ont eu lieu dans la soirée du dimanche 19 novembre au Port. Nous publions ci-après

Les évènements qui se sont déroulés sur la commune du Port et qui amènent de vives réactions, sont loin d’être simples à gérer. Le sujet des rodéos sauvage a mis le feu à la colère et aux frustrations d’une population (surtout jeune) trop souvent ignorée, stigmatisée, pas assez écoutée et pas suffisamment accompagnée.

Il ne s’agit nullement de cautionner les exactions et les dégradations de biens publics et privés ou d’être d’accord avec la décision de l’autorité municipale de fermer l’avenue. Je pense que chacun a sa part de responsabilité. L’un dans la manière d’imposer une décision unilatérale à la population. L’autre dans sa réaction violente et absolument condamnable. Une grande partie de la population, prise entre deux feux, subit malheureusement et malgré elle, les conséquences. Lé pas bon là ! La situation n’est déjà pas facile tous les jours pour tout le monde, aussi il est impératif qu’une politique de concertation s’impose !

Pour preuve, il est regrettable que le maire ait refusé catégoriquement d’étudier la proposition d’un conseiller municipal de sa commune, président de la ligue de motos qui plus est, sur la question d’une piste dédiée et sécurisée. C’était une proposition qui allait dans le bon sens face à la problématique posée des rodéos sauvages, notamment. Ça aurait permis de discuter et d’avancer un peu. Na point la politique là d’dan ! On fait, on ne fait pas ou on ne peut pas faire ! Mais on aurait discuté au moins.

Je pense qu’il serait urgent pour le maire de mettre en place de véritables espaces d’échanges, d’écoutes, de propositions et de rencontres avec la population. Ce qui permettrait d’aboutir à des projets et des décisions véritablement partagés et d’éviter surtout des désagréments.
Ce n’est pas simple tout ça, c’est vrai ! Mais pas kapab lé mort sans essayer, kom dit kréol ! En tout état de cause, la municipalité doit prendre toutes ses responsabilités pour assurer le bien être de ses habitants, en toute équité.

Par ailleurs, il y a une chose sur laquelle tous les protagonistes doivent être d’accord pour entamer ensemble des discussions, trouver ensemble des solutions : c’est le respect. "Le respect de nos semblables est la règle de notre conduite" dit-on. Il n’est pas inutile de rappeler que ca marche dans les deux sens.

Respect des personnes et des biens. Respect de l’autorité. Respect des idées, des passions, des libertés individuelles… Tout le monde doit y trouver son compte, si tant est que nous soyons tous d’accord au Port, pour redonner des vrais couleurs à notre ville et de la dignité à ses habitants.

Personne lé plus et personne lé moins dann Port, alon respect a nou !

Henry Hippolyte, conseiller municipal au Port
Groupe "Le Port nout combat, nout fierté"

   

1 Commentaire(s)

Marie, Posté
Comment faire quand prequ'un jeune sur 2 est au chômage quand les annonces de L'ÉTAT enlève tout espoir. .quand les éducateurs de rue ont disparu. Il reste la répression et là il faut s'attendre aux affrontements.
Je ne cautionne en rien ces faits graves mais la répression ce n'est que sur le moment...il faut la prévention la mèdiation.