Tribune libre du collectif des riverains de l'Ermitage :

L'aménagement de la plage pose problème


Publié / Actualisé
Ce lundi 27 novembre 2017, le collectif des Riverains de l'Ermitage a été reçu en mairie suite à nos différentes demandes. 
Nous avons été reçus par le Maire, son 3ème Adjoint, la DGA économique et la directrice de la SPL Tamarun. Le Maire nous a invité pour nous écouter, écouter nos préoccupations, celles des riverains de l'Ermitage mais de façon plus large les préoccupations des réunionnais, les usagers de la plage. Nous en avons profité pour l'informer de la naissance du collectif de défense du domaine public maritime (collectif ouvert à l'ensemble des réunionnais et pouvant intervenir sur toutes les questions du DPM).
Ce lundi 27 novembre 2017, le collectif des Riverains de l'Ermitage a été reçu en mairie suite à nos différentes demandes. 
Nous avons été reçus par le Maire, son 3ème Adjoint, la DGA économique et la directrice de la SPL Tamarun. Le Maire nous a invité pour nous écouter, écouter nos préoccupations, celles des riverains de l'Ermitage mais de façon plus large les préoccupations des réunionnais, les usagers de la plage. Nous en avons profité pour l'informer de la naissance du collectif de défense du domaine public maritime (collectif ouvert à l'ensemble des réunionnais et pouvant intervenir sur toutes les questions du DPM).

Après 30 minutes de prise de parole par le Collectif, le maire nous apporte les garanties de la prise en considération de nos préoccupations et nous propose une méthode de travail qui associe à ce jour le collectif à toute prise de position, de décision ou de consultation sur la problématique du DPM. Il nous confirme sa volonté de transparence dans les actions qui seront menées.

Pour sa part, il y a une nécessité de prioriser les actions et de définir les moyens de mise en œuvre de ces actions.

Il nous confirme sa volonté d’appliquer les lois immédiatement. Certains processus seront plus longs que d’autres mais d’ores et déjà, il demande à ces services d’identifier toutes les activités, toutes les implantations, tout ce qui se passe sur le DPM et qui ne serait pas conforme à la loi. Une fois identifiées il sommera aux contrevenants de prendre les dispositions pour y remédier.

Il demande à ses services de faire cesser toutes les constructions, les agrandissements actuels et demande à ce que la plage soit nettoyée des matériaux dangereux actuellement au-devant des restaurants.

D’ores et déjà, il demande à ce que le bruit occasionné par les restaurateurs, les rondavelles du Boucan au trou d’eau soit traité, un rappel à la loi sera fait et une fermeture éventuelle de l’établissement pourra être diligentée.

Par ailleurs, concernant les paillotes de la Plage, il nous confirme que les restaurateurs ne sont plus prioritaires, il nous confirme qu’il existe bien un projet de recul des activités économiques et touristiques sous forme de rondavelle, que le collectif sera associé à la réalisation du cahier des charges et que l’accord de l’AOT se fera par appel à projet et mise en concurrence.

Nous nous sommes quittés sur la base d’une confiance et d’une transparence dans le traitement du dossier du DPM de Saint-Paul du Boucan au Trou d’eau.

Malgré ces avancées, nous avions lancer une invitation à un pique-nique partage sous les filaos de l’Ermitage depuis le 16 novembre 2017 pour le 3 décembre 2017.
 Cette rencontre qui se veut festive, dans la fraternité et dans le calme est maintenue pour soutenir toutes les actions allant dans le sens de rendre la plage à nos concitoyens et de protéger notre littoral.

Nous vous tiendrons informé de l’avancement des échanges écrits et de la suite de notre combat.

Par le Collectif des Riverains de l’Ermitage mandaté par Karl Bellon

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !