Tribune libre de Jean-Claude Comorassamy :

"La psychiatrie ne sera plus le 'parent pauvre' de la santé"


Publié / Actualisé
Suite au discours de la ministre de la Santé Agnès Buzyn au congrès de l'Encéphale vendredi 26 janvier 2018 à Paris, qui a assuré que "la psychiatrie ne sera plus le parent pauvre" et que le domaine "sera l'une des premières disciplines concernées par les financements des parcours innovants", Jean-Claude Comorassamy nous transmet sa contribution. (photo d'archives)
Suite au discours de la ministre de la Santé Agnès Buzyn au congrès de l'Encéphale vendredi 26 janvier 2018 à Paris, qui a assuré que "la psychiatrie ne sera plus le parent pauvre" et que le domaine "sera l'une des premières disciplines concernées par les financements des parcours innovants", Jean-Claude Comorassamy nous transmet sa contribution. (photo d'archives)

La 16e édition du Congrès de l'Encéphale qui a eu lieu du 24 au 26 janvier 2018 au Palais des Congrès de Paris fait couler beaucoup d'encre car elle entend relever les nombreux défis de ce 21è siècle. Malgré tout, la psychiatrie néchappe pas à cette règle de "l'imprédictibilité" qui est certes présente !

C'est ainsi, dans son discours la Ministre de la Santé Agnès Buzyn a promis plus de moyens pour la psychiatrie, "parent pauvre" de la médecine dont elle veut "faire évoluer le modèle de financement".  Soyez-en assurés, a-t-elle déclaré en clôture du Congrès consacré à la psychiatrie que j'en fais "une priorité de santé" (source le journal le Monde).

La Ministre a évoqué "douze mesures d'urgence" pour la formation, la recherche et l'organisation des soins en psychiatrie, répondre aux besoins de la population, mettre fin au dualisme médecine somatique et psychique, faire évoluer le mode de financements Elles reprennent les recommandations de divers rapports officiels non suivis d'effets, ainsi que de "propositions formulées en décembre par l'ensemble des représentants de la psychiatrie française".

Je me rappelle encore, c'était un vendredi 7 février 2014, il y a à peine 4 ans, lors de la pose de la première pierre du futur Pôle sanitaire ouest (PSO) par la Ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine de l'époque que le syndicat CFDT de l'EPSMR avait déposé une motion le jour même concernant la psychiatrie.

Le syndicat CFDT demandait  dans sa motion, que la santé mentale devient "grande cause nationale, pour que les spécificités de la psychiatrie soient préservées, des moyens nouveaux pour la prévention, demandant d'étendre les contrats génération au secteur public notamment pour les infirmiers diplômés psychiatrie qualifiant d'espèce en voie de disparition à l'EPSMR, plus de reconnaissance pour le personnel socio-éducatif de la fonction publique demandant un reclassement en catégorie A etc". La CFDT avait même regretté à l'époque qu'à deux pas de l'EPSMR qu'aucune visite n'a été programmée à cet hôpital.

Par ailleurs, la CFDT de l'EPSMR avait même fait part, lors de la rencontre informelle avec Mme Touraine à Cambaie en ce vendredi 7 février, de l'image trop stigmatisant de la psychiatrie dans l'opinion publique, nous avons parlé de la formation, de la recherche, de l'organisation des soins en psychiatrie à la Réunion et Mayotte, l'idée d'une unité de soins intensifs psychiatriques (USIP)Š. Etc.

Après 4 années, voilà la Ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui vient nous annoncer cette bonne nouvelle tant attendue ce vendredi,  "plus de moyens pour la psychiatrie" et "faire évoluer le modèle de financement".

Mais, attendons de voir le contour de son projet puisque la Ministre de la Santé Agnès Buzyn a reconnu enfin que la psychiatrie est le "parent pauvre" de la médecine. Nous attendons aussi des actions fortes parce ces personnels de secteur psychiatrique font un travail extraordinaire et innovant dans l'ombre, qui méritent aussi de la reconnaissance.

Jean Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !