Tribune libre de Raphaël Gérard, député du groupe LREM :

Elections européennes : faire de la place sur les listes aux candidats d'Outre-mer


Publié / Actualisé
Lors de l'examen en séance publique du projet de loi relatif à l'élection des représentants au Parlement européen, Raphaël Gérard, député membre de la Délégation Outre-mer, en a appelé à la responsabilité collective pour faire élire des candidats d'Outre-mer afin de tenir compte des spécificités de ces territoires au niveau européen.
Lors de l'examen en séance publique du projet de loi relatif à l'élection des représentants au Parlement européen, Raphaël Gérard, député membre de la Délégation Outre-mer, en a appelé à la responsabilité collective pour faire élire des candidats d'Outre-mer afin de tenir compte des spécificités de ces territoires au niveau européen.

Le projet de réforme de scrutin présenté par le gouvernement vise à rétablir une circonscription nationale unique pour la prochaine échéance des élections européennes. La majorité souhaite ainsi replacer l’Europe au cœur de la vie démocratique du pays en permettant aux Françaises et aux Français de déterminer l’idéal européen auxquels ils aspirent.

Ce mode de scrutin passe par la suppression des circonscriptions d’Outre-mer qui existent depuis 2003, mais qui, comme dans l'hexagone, n'a pas permis de susciter un sentiment d'appartenance européen. Le taux d’abstention en Outre-mer s’établit à 83% aux élections européennes en 2014.

Pour autant, les enjeux européens pour les Outre-mer sont majeurs. Les Régions Ultrapériphériques de l'Union européenne, notamment, dont les spécificités sont reconnues à l’article 349 du traité de fonctionnement de l’Union, bénéficient de mesures adaptées pour tenir compte des obstacles à leur développement économique liés à l’éloignement, l’insularité,au climat, au relief, ou encore, leur dépendance vis-à-vis de certaines filières agricoles prépondérantes. La Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Martin, La Réunion et Mayotte sont ainsi concernées par le Programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) dans le domaine de la pêche et de l’agriculture.

C'est pourquoi, afin de pouvoir défendre efficacement les intérêts des Outre-mer et de la France océanique auprès des institutions européennes, Raphaël Gérard, député de la majorité, appelle à ce que chaque formation politique intègre en position éligible sur ses listes des candidats issus des territoires ultramarins.

Nous avons une responsabilité commune d'associer tous les territoires de la République au débat européen, y compris ceux à des milliers de kilomètres du continent.

Raphaël Gérard, député membre de la Délégation Outre-mer, groupe LREM

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !