Tribune libre de Jean Hugues Ratenon :

Sur le découpage électoral des prochaines élections européennes


Publié / Actualisé
Mesdames, Messieurs les Responsables des Partis et Mouvement Politiques, l'Assemblée Nationale a adopté à une large majorité hier soir (mercredi 14 février) tous les articles révisant le découpage électoral pour les élections européennes en 2019. Le vote solennel sur ce texte interviendra mardi prochain (le 20 février).
Mesdames, Messieurs les Responsables des Partis et Mouvement Politiques, l'Assemblée Nationale a adopté à une large majorité hier soir (mercredi 14 février) tous les articles révisant le découpage électoral pour les élections européennes en 2019. Le vote solennel sur ce texte interviendra mardi prochain (le 20 février).


Ainsi donc, le Gouvernement aura décidé de revenir à une circonscription nationale unique pour les élections européennes de 2019, puisque cela existait déjà jusqu'en 1999. Mais après 2004, le pays a été découpé en 8 grandes circonscriptions dont une en Outremer. Un scrutin qui malheureusement intéresse peu les électeurs ;

47% de taux d'abstention en métropole, 83% en Outre-Mer en 2014, alors que pourtant, et même si certaines décisions ne correspondent aux réalités de chaque territoire, on ne peut pas nier l'apport de l'Union Européenne dans notre développement et encore plus en Outremer:

⁃ l'agriculture et l'aide à la canne ou à la banane;
⁃ les grands chantiers
⁃ l'aménagement du territoire
⁃ la protection douanière
⁃ la libre circulation des citoyens dans l'espace Schengen
⁃ l'aide à l'innovation, à la recherche, à la formation … etc

A travers l'existence de nos territoires, l'Union Européenne est présente sur l'ensemble des continents. Il existe 2 formes de relations: les RUP (Régions Utra-Périphérique) définis par l'article 349 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne) et qui font partie intégrante de L'UE. On en compte 9 dont 5 DOM: Guyane-Martinique-Guadeloupe- Mayotte et La Réunion; et une Collectivité d'Outre Mer : St Martin.

La 2ème forme: les PTOM (Pays et Territoires d'Outre Mer).

Il y en a 26, qui ne font pas partie de l'union Européenne et ne sont pas membres non plus de l'espace Schengen. Ces PTOM ont été crées en 1957 et sont régis par les articles 198 à 204 du Traité Européen. Ce sont: la Nouvelle Calédonie- la Polynésie Française- St Pierre et Miquelon- les TAAF(Terres Australes et Antarctiques Françaises)- Wallis et Futuna- St Barthélémy.

Si l'Europe apporte une aide indéniable dans le développement de nos territoires, les RUP et PTOM sont également une chance pour l'Europe et y apportent aussi beaucoup. En premier lieu, la 2ème place mondiale de la France dans le domaine maritime(ZEE, zones économiques exclusives) 11 millions 35 000 kilomètres carré; et la première place mondiale depuis 2015 de la France dans le domaine sous maritime 11 millions 614 000 kilomètres carré.

Une place obtenue grâce à 5 territoires d'Outre Mer: Guadeloupe, Martinique, les Kerguelen, la Nouvelle Calédonie, et la Guyane.

En deuxième lieu: richesse dans le secteur:  - de la biodiversité terrestre et maritime;

⁃ de la pharmacologie: présence de plantes endémiques présentant des molécules et substances actives utilisables par l'industrie pharmaceutique;
⁃ de l'énergie renouvelable;
⁃ ou encore dans l'aérospatial avec le centre spatial de Guyane.

Dans cette décision du Gouvernement de revenir à une circonscription unique nationale, le plus paradoxale c'est que l'article 349 du TFUE reconnaît nos spécificités liés à l'éloignement, l'insularité, le relief, le climat, la dépendance économique; alors qu'aujourd'hui notre République à laquelle nous appartenons, la France, nous les dénient!!!

Serait on plus considérés  par  l'Europe que par la France? La question mérite d'être posée. Aujourd'hui sur les 751 eurodéputés répartis entre les 28 États membres , il y a seulement 3 députés ultramarins: Maurice PONGA dans le Pacifique, Younouss OMARJEE pour l'Océan Indien et Louis Joseph MANSOUR pour l'Atlantique.

Avec la disparition de la circonscription Outremer : combien en restera t-il? Ce sera donc de la responsabilité des partis et mouvements politiques nationaux de faire figurer en position éligible les candidats ultramarins . L'Outremer ne doit pas servir d'appoint, l'Outremer ne doit être uniquement un réservoir électoral avec ses près de 2 millions d'électeurs.

Par conséquent, Mesdames Messieurs les responsables des partis et mouvements politiques:

⁃ Quelle est votre position sur ce sujet?
⁃ Vous engagez vous à bien positionner les candidats Outremer pour leur permettre d'être élus et offrir ainsi une belle représentativité des différents territoires?
⁃ Quelle est votre vision sur les relations entre l'Union Européenne et l'Outremer?

Ces réponses peuvent être apportées dès mardi prochain en hémicycle lors des explications de vote de chaque groupe politique mais aussi par un engagement écrit que je ne manquerai pas de rendre publique. Dans cette attente  je vous prie d'agréer Mesdames, Messieurs l'expression de mes salutations les plus distinguées.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !