Tribune libre d'Olivier Hoarau :

Pour un plan cyclone régional


Publié / Actualisé
Nos territoires sont particulièrement exposés aux évènements climatiques majeurs qui ne devraient, hélas, cesser de s'amplifier dans les années à venir. L'épisode Fakir, à La Réunion, a montré notre très grande vulnérabilité face à ces aléas météorologiques. J'ai une pensée toute particulière pour les proches des deux victimes et je m'associe aux difficultés de mes compatriotes ayant subi ce météore.
Nos territoires sont particulièrement exposés aux évènements climatiques majeurs qui ne devraient, hélas, cesser de s'amplifier dans les années à venir. L'épisode Fakir, à La Réunion, a montré notre très grande vulnérabilité face à ces aléas météorologiques. J'ai une pensée toute particulière pour les proches des deux victimes et je m'associe aux difficultés de mes compatriotes ayant subi ce météore.

La solidarité nationale est donc convoquée par l’urgence de panser nos plaies parce que le désastre s’étend également aux acteurs économiques ; les agriculteurs ayant été, à nouveau, les plus sévèrement touchés. On ne peut que regretter qu’après autant d'années, nous soyons toujours au lendemain de ces évènements à déplorer des victimes, des dégâts matériels considérables et la paralysie quasi systématique de notre économie.

C’est pourquoi, il convient en priorité, pour nous prémunir de risques majeurs, de prendre en considération notre insularité, l’aménagement du territoire, l’évolution de notre urbanisation, la surexposition de nos infrastructures, la réorganisation et le renforcement de nos services de secours et de protection civile ; c’est tout le sens de notre responsabilité d’acteurs publics.

Une telle anticipation, exige également une refonte des conditions financières, administratives et organisationnelles de nos interventions. Je propose un Plan Cyclone Régional comme première réponse stratégique aux risques encourus par nos populations et à celui d’une paralysie de toute notre activité économique.

Cette nouvelle approche de la gestion des catastrophes naturelles nous permettrait de mieux protéger les Réunionnais. Je pense aussi aux Portois, car pour notre seule ville, nous devons anticiper les éventuels impacts d’une catastrophe sur Port Réunion, les cuves de la SRPP, notre trait de côte, la centrale EDF et les crues de la Rivière des Galets. Les enjeux sont immenses et nous invitent à nous fédérer sans délai autour de ce projet pour La Réunion.

Olivier Hoarau, maire du Port

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !