Tribune libre du syndicat des marchés de France de La Réunion :

A propos de l'organisation de fêtes Commerciales


Publié / Actualisé
Le syndicat des marchés de France de La Réunion a adressé le courrier suivant au président de l'association des maires de La Réunion (Photo d'illustration)
Le syndicat des marchés de France de La Réunion a adressé le courrier suivant au président de l'association des maires de La Réunion (Photo d'illustration)

Monsieur Le Président,
L'annulation de la Braderie de Saint-André en avril 2018, les motifs invoqués et les propos tenus lors des réunions de concertations, constituent des éléments qui ne doivent passés ni pour anodins, ni pour anecdotiques, et dont nous devons tirer des leçons.

Les braderies de huit à dix jours organisées dans les villes de la Réunion à tour de rôle, sont une spécificité que l'on ne retrouve dans AUCUN autre département français. Ces braderies permettent à un nombre non négligeable de commerçants ambulants de subvenir à leurs besoins de générations en générations. Au regard de leur fréquentation il est facile de comprendre qu'elles correspondent à une attente, voir à un besoin, d'une partie importante de la population, qui les perçoit comme un évènement festif à part entière, en plus de leur proposer des opportunités d'achats complémentaires de l'offre commerciale habituelle.

Il apparait donc clairement que notre système de braderie est un élément culturel, social et éconoique typiquement réunionnais qu'il convient de protéger comme tout autre élément spécifique de la culture réunionnaise.

A ce titre, il conviendrait que les Services Animation et Economie des villes de la Réunion :
- s'attachent à l'établissement et au respect d'un planning des braderies, foires, fêtes commerciales, chaque année, afin d'éviter le déroulement de plusieurs opérations aux mêmes dates dans la même région. (Cette demande fut une des premières demandes de notre organisation professionnelle en 2012).
- procèdent à un suivi rigoureux des préparatifs (administratifs, juridiques, et logistiques) lorsque l'organisation des animations est confiée à une association de commerçants. A notre sens l'animation d'une ville relève de la responsabilité de La Ville elle même, et nécessite maitrise et contrôles par ses services.

Le fiasco Saint-Andréen d'avril 2018 ne doit plus se reproduire ! 150 pères et mères de famille (plus dans d'autres villes) ne peuvent pas êtres privés de Travail, mis au Chômage sans indemnisation, par suite de négligence, ou d'erreur, d'une ou des deux parties en charge de l'organisation d'une manifestation culturelle, sociale et économique. Le nombre de chômeurs
est déjà suffisamment important à la Réunion.

Nous formulons le souhait que notre demande soit appréciée à sa juste valeur. Nous nous tenons à votre disposition dans un esprit constructif.

Recevez, Madame et Messieurs Les Maires, Monsieur Le Président, nos salutations respectueuses.

Jean Luc Taïlamé, président, Patrick Law-Thu, secrétaire général

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !