Courrier des lecteurs de Jean-Pierre Marchau :

Prélèvement d'andains et menace des transporteurs


Publié / Actualisé
Il y a un mois, nous alertions l'opinion sur le rôle possible joué par les prélèvements d'andains dans les énormes dégâts provoqués par Fakir et par Berguitta. Nous évoquions la politique risquée de ces prélèvements menés sur les terres agricoles a destinés à approvisionner le chantier de la Nouvelle route du littoral, nous en demandions sa suspension au titre du principe de précaution.
Il y a un mois, nous alertions l'opinion sur le rôle possible joué par les prélèvements d'andains dans les énormes dégâts provoqués par Fakir et par Berguitta. Nous évoquions la politique risquée de ces prélèvements menés sur les terres agricoles a destinés à approvisionner le chantier de la Nouvelle route du littoral, nous en demandions sa suspension au titre du principe de précaution.

Aujourd’hui, des transporteurs d’andains, peu soucieux de la sécurité des Réunionnais, s’alarment d’un éventuel arrêt de ces prélèvements qui porteraient atteinte à leurs intérêts et menacent les autorités publiques d’un conflit, c’est-à-dire d’un blocage des routes. Depuis le début du protocole en 2015, environ 3 millions de tonnes d’andains ont été prélevées. Mais lors d’une réunion des acteurs du secteur, le 24 novembre dernier, les services de l’Etat ont spécifié que le  gisement de matériaux autorisés est estimé à 3,2 millions de tonnes.

Autrement dit, et contrairement aux affirmations fantaisistes de  M. Caroupaye, nous sommes confrontés à un épuisement des ressources et donc au bout d’un processus qui a rapporté beaucoup d’argent à certains mais ne saurait se poursuivre sans conséquences graves pour les terres agricoles, pour la sécurité des Réunionnais et des infrastructures de l’île.

Lors de la réunion évoquée, la DEAL a fortement insisté sur   la nécessité de maitriser les risques pour préserver la sécurité des biens et des personnes et protéger les terres arables des dangers de l’érosion. Déjà, après le passage de Berguitta, le Président de la Chambre d’Agriculture alertait sur les risques provoqués par les "lessivages de sols dans les champs de canne".

Aujourd’hui,  il apparait que les obligations de remise en état ne sont pas systématiquement respectées et que les opérations de  contrôles ont mis en évidence des " dérives et des pratiques inadaptées de prélèvement par creusement sous les andains " au point que l’Etat menace les contrevenants d’être retirés  du dispositif du protocole andains.

Les destructions et les glissements de terrains survenus ces derniers mois, sans commune mesure avec les années précédentes, ne sont pas une fatalité, il faut en chercher les causes et ceux qui  en ont  souffert, ou du moins  leurs assurances, sont légitimes à en chercher les responsabilités, voire à saisir les juridictions compétentes s’il s’avère que des prélèvements ont joué un rôle dans les pertes qu’ils ont  subies.

Il est temps de faire cesser cette politique de fragilisation des sols et de suspendre effectivement toute autorisation de prélèvements des andains.

Jean-Pierre Marchau, EELVR


 

   

1 Commentaire(s)

Pierrot andain, Posté
monsieur marchau
comment un président de région a t il pu signer le contrat de la NRL sans que la provenance des 12 millions de tonnes de roches massives necessaires à la route digue ne soient spécifiées?
Je repose la question autrement Didier Robert est il incompétent ou stupide?