Tribune libre de Jean-Claude Comorassamy :

Capacité de proposer pour sauvegarder l'indexation des hospitaliers !


Publié / Actualisé
Prenant volontairement le contre-pied, les propos de quelques militants syndicalistes qui considèrent " qu'ils ne sont pas là pour faire des propositions et que c'est aux ministères d'apporter des solutions " à contrario " Paris i décid' pa po nou' " ! Au point créer un climat peu serein, moi qui suis ce fervent militant depuis de nombreuses années.
Prenant volontairement le contre-pied, les propos de quelques militants syndicalistes qui considèrent " qu'ils ne sont pas là pour faire des propositions et que c'est aux ministères d'apporter des solutions " à contrario " Paris i décid' pa po nou' " ! Au point créer un climat peu serein, moi qui suis ce fervent militant depuis de nombreuses années.

C’est d’une évidence que je ne partage pas ce genre de " conception ", de plus avec mon détachement à temps complet au syndicat à l’EPSMR depuis 4 ans où l’esprit de dialogue, concertation, propositions voire actions ont forgé et guidé ma vision syndicale !

S’appuyant sur les avancées obtenues de mon syndicat la CFDT, dont je fais parti en tant qu’élu aux instances représentatives, nous a conduit grâce à un dialogue social soutenu, à parvenir au résultat suivant, réduire la précarité de l’emploi à un taux de 5 % de contractuels à l’EPSMR. Ceci, grâce à notre dernier plan pluriannuel de titularisation, alimenté et porté une fois de plus par notre syndicat majoritaire, rallié par les autres partenaires sociaux. De plus, la loi dite " Sauvadet " a été appliquée en totalité contrairement aux autres établissements ! Alors, trouvez-moi dans tous les hôpitaux publics de France ou de Navarre un tel résultat dans ce contexte budgétaire difficile ?

Alors, si la politique partenariale soutenue par les organisations syndicales de l’EPSMR a porté ces quelques fruits. Forte de ces résultats, je pense l’idée de faire des propositions et comme l’a si bien dit Laurent Berger " la vraie combativité c’est d’être force de proposition ", c’est ce chemin que nous devrons emprunter dans la discussion sur la désindexation des primes des hospitaliers.

D’où cette proposition d’une GIPA (Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat) compensatrice équivalente à la perte de l’indexation des primes. Ce qui permettra à mon sens de légaliser par cette indemnité de Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat mensuelle, dont le montant correspondant doit compenser notre perte de pouvoir d’achat !

Notons que la GIPA a été instaurée en 2008 par le décret du 6 juin, pour les trois fonctions publiques à ceux qui ont subi une perte de pouvoir d’achat sur une période de référence de quatre ans, lequel l’indice a été bloqué. Alors n’est-ce pas là, une piste à creuser et à l’adapter dans un cadre légal pour la Réunion voire aux autres Départements ? Et si on en profitait justement de ce moment de repli pour faire des propositions ?

Partant de cette conviction, je considère la participation de nos parlementaires (qui étaient aux abonnés absents dans ce conflit) et des syndicats peuvent faire naitre parfois les meilleures propositions, dont le contour pourrait être soumis à un accord préalable dans un cadre légal. N’est-ce pas là une volonté d’avancer !

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !