Tribune libre de Nassimah Dindar :

Des mesures pour lutter contre les importations des produits dits " de dégagement "


Publié / Actualisé
Les filières animales, notamment avicoles, ont exprimé leur inquiétude quant à l'importation à La Réunion de produits dits " de dégagement ", c'est-à-dire des produits de piètre qualité, vendus à des coûts anormalement bas. A titre d'exemple, il a été constaté des caisses de poulet congés vendues à moins de deux euros le kilo !
Les filières animales, notamment avicoles, ont exprimé leur inquiétude quant à l'importation à La Réunion de produits dits " de dégagement ", c'est-à-dire des produits de piètre qualité, vendus à des coûts anormalement bas. A titre d'exemple, il a été constaté des caisses de poulet congés vendues à moins de deux euros le kilo !

 Ces importations " déstabilisent la production péi ", indique la sénatrice Nassimah Dindar, qui rappelle notamment que des dispositions légales existent, même si leur application est difficile, telles que l'article 64 de la loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique.

Dans une question au Gouvernement, Nassimah Dindar demande à que ce que des mesures soient prises pour " lutter efficacement contre ces importations " qui entravent " grandement le développement économique de La Réunion ".

Mme Nassimah Dindar attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la question des produits de dégagement. Des caisses de poulet congelé à moins de deux euros du kilo : ce sont eux ces fameux produits de dégagement, de piètre qualité, qui déstabilisent la production péi, et sont à juste titre montrés du doigt par les filières locales. Pour y faire face il existe l'article 64 de la loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique. Mais la mesure n'est pas facile à mettre en place. Il faut notamment prouver que les prix des produits en cause sont " manifestement inférieurs à ceux pratiqués dans l'Hexagone ". Ces articles de consommation courante à très bas prix " ne permettent pas aux productions locales de pouvoir créer les conditions de leur développement économique ". Aussi, elle souhaite savoir quelles mesures il compte prendre pour lutter efficacement contre ces importations qui déstabilisent grandement le développement économique de notre territoire de La Réunion.

Nassimah Dindar

   

1 Commentaire(s)

Julius, Posté
Quand on vous dis que le libre échange n'existe pas. Le consommateur local payera la différence.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...